Publié le 28 avril 2010

Conférence de presse conjointe de MM. Nicolas Sarkozy, Président de la République, et Hu Jintao, Président de la République populaire de Chine, sur les relations franco-chinoises et sur la nouvelle gouvernance mondiale, à Pékin le 28 avril 2010.

Conférence de presse conjointe de MM. Nicolas Sarkozy, Président de la République, et Hu Jintao, Président de la République populaire de Chine, sur les relations franco-chinoises et sur la nouvelle gouvernance mondiale, à Pékin le 28 avril 2010.

28 avril 2010 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Conférence de presse conjointe de MM. Nicolas Sarkozy, Président de la République, et Hu Jintao, Président de la République populaire de Chine, sur les relations franco-chinoises et sur la nouvelle gouvernance mondiale, à Pékin le 28 avril 2010. - PDF 256 Ko
M. HU JINTAO - Mesdames et Messieurs,
Chers amis,
Bonjour,
C'est un grand plaisir pour moi de vous rencontrer avec le Président SARKOZY. Nous venons d'avoir un entretien franc, amical et fructueux qui nous a permis d'échanger nos vues de manière approfondie sur les relations bilatérales et les questions internationales et régionales d'importance majeure et nous sommes parvenus à de nombreux consensus importants. Le Président SARKOZY et moi avons hautement apprécié les progrès importants enregistrés dans les relations sino-françaises et nous estimons qu'il faut s'en tenir au principe de respect mutuel, d'égalité, de bénéfice mutuel et de développement partagé.
Nous sommes parvenus à un consensus sur le fait qu'il faut poursuivre les échanges, le dialogue et les consultations de haut niveau. C'est donc avec un grand plaisir que j'ai accepté l'invitation du Président SARKOZY de me rendre une nouvelle fois en France, à un moment qui convient aux deux parties.
Nous sommes d'accord pour promouvoir activement la coopération pragmatique dans différents domaines pour qu'elle donne de nouveaux fruits. Je pense notamment à notre coopération mutuellement bénéfique dans le domaine de l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire, de l'aéronautique, de l'économie d'énergie, de la protection de l'environnement, de nouvelles énergies, de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Nous avons décidé également de multiplier les échanges culturels et humains afin de consolider la base sociale de l'amitié sino-française.
Comme je l'ai dit au Président SARKOZY, nous remercions la France de nous avoir envoyé un message pour nous exprimer sa profonde sympathie et fourni son aide précieuse après le violent séisme qui a frappé Yushu de la province du Qinghai.
Le Président SARKOZY et moi avons longuement parlé également de la situation internationale et des affaires mondiales. J'ai dit qu'aujourd'hui que l'humanité est tout à fait capable d'éviter le retour des guerres chaudes et des guerres froides du XXème siècle et de faire du XXIème un véritable siècle de la coopération mondiale et du développement harmonieux. La Chine et la France, en tant que deux pays de grande influence dans le monde, se doivent de renforcer leur coordination et leur coopération à l'échelle mondiale afin de contribuer effectivement à la paix et au développement du monde.
Le Président et moi, nous avons des positions très proches en ce qui concerne la multipolarisation du monde et la réponse à apporter aux défis planétaires. Nous avons décidé de renforcer le dialogue sur les questions planétaires et la coopération sur le règlement pacifique des différents internationaux et régionaux.
Nous estimons que la crise financière internationale n'a pas affecté la tendance à long terme de la croissance économique mondiale et que les différents pays doivent continuer à prendre des mesures actives pour renforcer leur coordination macro-économique, combattre toutes formes de protectionnisme et gérer adéquatement les frictions économiques et commerciales, afin de consolider la reprise économique mondiale. Nous sommes d'accord pour renforcer la coordination dans les enceintes multilatérales pour faire avancer ensemble la coopération internationale contre le changement climatique.
Comme je l'ai dit également au Président SARKOZY, la Chine apprécie hautement le rôle de l'Union européenne dans les affaires internationales et la soutient dans l'application du traité de Lisbonne. Nous apprécions hautement la position constructive du Président SARKOZY concernant la promotion des relations sino-européennes. La Chine et l'Union européenne doivent considérer le développement de l'autre comme une chance et la soutenir dans le choix de sa voie de développement. La Chine entend travailler ensemble avec la France pour faire avancer, sans cesse, le partenariat global stratégique sino-européen.
La France est un promoteur de la réforme de la gouvernance économique mondiale, la Chine soutient la France dans l'organisation du sommet du G20 l'année prochaine. La Chine estime que la réforme du système économique financier international doit mettre l'accent sur le renforcement de la régulation financière internationale, la promotion de la réforme des institutions financières, de la coopération financière régionale, de la réforme du système monétaire international. Nous sommes d'accord pour que les deux pays restent en étroite coordination et concertation afin de contribuer à un développement équilibré, harmonieux et durable de l'économie mondiale.
Nous sommes unanimes à estimer que la présente visite du Président SARKOZY en Chine a ouvert une nouvelle page dans les relations sino-françaises et nous sommes déterminés à construire un partenariat global stratégique sino-français durable, sain, stable et tourné vers le monde.
LE PRESIDENT - Je remercie le Président HU Jintao d'avoir accepté l'invitation à venir en France à l'automne.
J'ai présenté au Président les condoléances du peuple français à la suite de la catastrophe du 14 avril dernier en Chine. Voilà deux catastrophes de très grande ampleur en 2 ans pour la Chine. Le peuple chinois peut compter sur la solidarité de la France.
La conviction de la France, c'est qu'il n'y aura pas de croissance et de reprise sans la stabilité du monde et il n'y a pas de stabilité possible dans le monde sans une implication plus forte de la Chine dans la gouvernance mondiale. Nous avons besoin d'une Chine qui exerce toutes ses responsabilités, qui occupe toute sa place dans la gouvernance du XXIème siècle. C'est la raison de ma quatrième visite depuis mon élection en Chine, et je ressens comme un grand honneur pour mon pays cette deuxième visite d'Etat.
Avec le Président HU Jintao, les points de consensus sont très nombreux. Avec la Chine, nous voulons une meilleure régulation des activités financières pour que le monde ne connaisse pas, à nouveau, une nouvelle crise financière. Nous allons donc préparer, très en amont, la présidence française du G20 qui commencera en novembre prochain, notamment en réfléchissant au nouvel ordre monétaire multipolaire. La conviction de la France, c'est qu'il est parfaitement improductif de s'accuser les uns et les autres et qu'il est beaucoup plus intelligent de préparer les évolutions nécessaires de l'ordre monétaire du XXIème siècle. Nous allons donc réfléchir, travailler ensemble sur cette question, comme sur la question essentielle de la régulation du prix des matières premières.
Nous avons parlé des grandes crises que connaît le monde aujourd'hui, au premier rang desquelles se trouve la question iranienne. La France a fait valoir à ses amis chinois combien la course à l'armement atomique par l'Iran peut nuire à la stabilité du monde. La France partage le même objectif que la Chine, considérant que l'obtention de l'arme nucléaire par un pays comme l'Iran serait un grave problème pour le monde. La Chine souhaite donner toute sa chance au dialogue, la France le comprend. Toute la question sera d'examiner quand l'absence de dialogue constructif doit nous conduire à voter des sanctions, pour favoriser le dialogue constructif. Chacun est convaincu que le moment approche.
Enfin, sur un plan bilatéral, pour terminer, je voudrais dire combien la France se réjouit de la coopération avec la Chine sur le plan nucléaire. Le chantier de l'EPR fonctionne très bien et nous avons proposé l'ouverture de deux nouvelles tranches. En matière aéronautique, nous sommes fiers de participer à la naissance de l'avion chinois et nous allons fortement développer notre collaboration dans de nouveaux domaines : l'environnement -Jean-Louis BORLOO est d'ailleurs très intéressé par l'expérience de la taxe carbone dans trois provinces chinoises- l'environnement, l'agroalimentaire et la finance seront des domaines prioritaires de développement de nos relations.
Enfin, je voudrais dire combien aux yeux de la France l'organisation par la Chine des Jeux olympiques a été un succès considérable. Voilà donc qu'il est possible de marier l'identité et la modernité et je ne doute pas que l'exposition universelle de Shanghai sera un succès exceptionnel.
Comprenez donc que ce voyage était, pour la délégation que je conduis comme pour moi-même, extrêmement important, à quelques mois de la présidence française du G20 et du G8 et à quelques mois de la visite du Président HU Jintao en France.
Merci, Monsieur le Président

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers