Publié le 9 mars 2009

Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, sur les relations franco-mexicaines, à Mexico le 9 mars 2009.

Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, sur les relations franco-mexicaines, à Mexico le 9 mars 2009.

9 mars 2009 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, sur les relations franco-mexicaines, à Mexico le 9 mars 2009. - PDF 110 Ko
Monsieur le Président des Etats-Unis du Mexique,
Cher Felipe,
Madame,
Permettez-moi de vous dire le plaisir que nous ressentons, Carla et moi, de nous trouver, enfin, au Mexique, pour ma première visite dans l'Amérique hispanophone. Nous voulons vous remercier chaleureusement de l'hospitalité extraordinaire du peuple mexicain, de l'accueil que vous nous réservez, avec votre épouse Margarita. La France aime le Mexique. Et je puis vous dire que nous apprécions cet accueil, cette chaleur et cette hospitalité.
Je suis particulièrement heureux de vous retrouver, après nos différentes rencontres au G8 et au G20, afin de poursuivre ici les échanges engagés peu après nos prises de fonctions respectives, en 2007. Mais d'ores et déjà, je veux affirmer la parfaite convergence de nos vues. La démocratie mexicaine travaille pour la paix dans le monde. La République française veut travailler aussi pour la paix dans le monde. Je le dis au peuple mexicain : le Mexique et la France, nous avons un chemin à parcourir ensemble.
Je mesure l'importance de ce lieu solennel, symbole de l'identité mexicaine, cette si forte identité, chargé du souvenir de Benito Juarez, de Diego Rivera et de tant d'autres. Vous avez vous-même parlé du général de Gaulle. Oui, il y a 45 ans ce mois-ci, depuis le balcon derrière nous, il proposait au Mexique et à la France d'aller « la mano en la mano ». Cette proposition, ce serment, cher Felipe, nous devrons non seulement le renouveler, mais le porter plus loin encore, parce que le monde en a besoin.
Chers amis mexicains, le passé nous a souvent réunis, parfois il nous a divisés, mais jamais il ne nous a séparés. Ce passé nous oblige, naturellement, mais c'est vers l'avenir que je veux maintenant me tourner. Dans ce monde en mouvement, nous avons besoin d'un Mexique acteur, comme grand pays émergent. Nous voulons soutenir vos combats, et je veux, dès maintenant, dire combien la France soutient votre combat courageux et déterminé contre le crime et contre la criminalité organisée.
Monsieur le Président, cher Felipe, l'importance de la délégation qui m'accompagne, ministres, chefs d'entreprise, directeurs d'établissements de recherche, membres du groupe de haut niveau franco-mexicain, témoigne de notre volonté de porter à un niveau jamais égalé sur le plan économique, culturel, politique, diplomatique, stratégique, les relations entre le Mexique et la France.
Monsieur le Président, cher Felipe, au travail maintenant ! Nous n'avons pas de temps à perdre. Le peuple mexicain comme le peuple français n'attendent pas de discours, ils attendent des décisions, des actes, des résultats. Et croyez bien que c'est un grand moment d'émotion pour moi de dire, du fond du coeur, au nom du peuple français :
Vive le Mexique !
Vive la France !
Vive l'amitié entre le Mexique et la France !

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers