Publié le 19 septembre 2006

Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur la centrale d'achat internationale de médicaments, UNITAID, à New York le 19 septembre 2006.

Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur la centrale d'achat internationale de médicaments, UNITAID, à New York le 19 septembre 2006.

19 septembre 2006 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur la centrale d'achat internationale de médicaments, UNITAID, à New York le 19 septembre 2006. - PDF 152 Ko

Mesdames et Messieurs les Chefs d'État et de gouvernement,
Monsieur le Secrétaire général, cher Kofi ANNAN,
Mesdames et Messieurs les ministres,
Mesdames et Messieurs,
Dans cette enceinte des Nations Unies, symbole des valeurs de solidarité et de fraternité entre les hommes et entre les peuples, une volonté commune nous rassemble : combattre l'injustice, en particulier le scandale d'un monde où les maladies ravagent le Sud alors que les médicaments sont au Nord.
Un monde où le sida fait chaque année 3 millions de morts parce que la plupart des malades n'ont pas accès aux traitements nécessaires. Un monde où la tuberculose continue de tuer 2 millions de personnes par an, alors qu'on sait la prévenir et la guérir. Un monde où près de 500 millions de cas de paludisme doivent être traités et soignés.
Face à ces fléaux qui déciment des générations, déstabilisent des sociétés, dévastent des nations, notamment en Afrique, nous avions le devoir d'imaginer une réponse efficace et solidaire : c'est pour cela que nous lançons aujourd'hui UNITAID.
UNITAID repose sur un principe simple : affecter à l'achat ou à la production de médicaments une part infime des immenses richesses créées par l'accélération des échanges et l'accélération de la production industrielle, et ceci pour que la mondialisation de la solidarité réponde à la mondialisation de l'économie.
UNITAID c'est, d'une part, une centrale d'achat internationale de médicaments, appuyée sur l'OMS. Cette facilité permettra l'accès des plus pauvres, aux prix les plus bas, à des médicaments de qualité reconnue, y compris les génériques, ainsi qu'aux moyens de diagnostic du sida, de la tuberculose et du paludisme.
Dès octobre, le conseil d'administration se réunira et les premiers projets seront lancés, toujours en partenariat, notamment avec le Fonds mondial, l'UNICEF et des fondations, et tout particulièrement, la plus dynamique et la plus remarquable d'entre elles, la Fondation du Président Clinton.
UNITAID c'est, d'autre part, un financement innovant spécifique, reposant sur des contributions prévisibles, stables et pluriannuelles. La France y affectera le produit de la contribution solidaire sur l'achat de billets d'avions qu'elle a établie le 1er juillet dernier. D'un montant de 50 millions d'Euros en 2006, cette contribution s'élèvera l'année suivante, en année pleine, à 200 millions d'euros
UNITAID est un grand pas en avant pour répondre à un enjeu de solidarité essentiel pour l'équilibre du monde. Mais ce n'est qu'un premier pas, et c'est ça qui est capital : avec la démographie galopante, que nous observons, avec les inégalités qui se creusent de plus en plus, les écarts de richesse entre les pauvres et les riches grandissent considérablement, la réalisation des objectifs du millénaire passe nécessairement par des financements innovants et nouveaux.
Inspirons-nous de l'exemple d'UNITAID pour relever d'autres défis majeurs, tels que l'élimination de la faim, dont souffrent encore 850 millions de personnes dans le monde£ l'accès à l'eau potable et à l' assainissement£ l'éducation pour tous et notamment les filles, ceci conformément à la décision Déclaration de Dakar de l'An 2000. C'est notre intérêt commun. Mais c'est aussi notre devoir moral et notre responsabilité.
Mesdames et Messieurs,
Avec le Secrétaire général des Nations Unies, qui a apporté son soutien sans réserve à cette initiative, avec les autres pays fondateurs -le Brésil, la Norvège, le Chili, le Royaume-Uni, avec le Président de l'Union Africaine, M. N'GUESSO, avec la Fondation Clinton, la plus dynamique, avec les représentants des malades, que je salue, avec tous les États qui mettent en place de nouveaux mécanismes de financement pour le développement, nous unissons nos efforts dans cette action de solidarité qui est aussi une action politique. Et c'est la raison pour laquelle j'appelle tous les membres des Nations Unies à nous rejoindre dans cette initiative, fidèle à ces valeurs humanistes de progrès et de fraternité qui forment notre idéal commun et partagé et vous me permettrez, malgré le fait qu'il soit un membre de mon gouvernement, de dire à nouveau, toute ma reconnaissance et toute mon estime à Philippe DOUSTE BLAZY, qui a été un militant actif depuis l'origine et grâce à qui, une part non négligeable de ce résultat, a été obtenu. Je vous remercie.

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers