Publié le 23 octobre 1999

Message de M. Jacques Chirac, Président de la République, à l'occasion du lancement de la campagne nationale contre toutes les formes de violence, Paris le 23 octobre 1999.

Message de M. Jacques Chirac, Président de la République, à l'occasion du lancement de la campagne nationale contre toutes les formes de violence, Paris le 23 octobre 1999.

23 octobre 1999 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Message de M. Jacques Chirac, Président de la République, à l'occasion du lancement de la campagne nationale contre toutes les formes de violence, Paris le 23 octobre 1999. - PDF 105 Ko
Mesdames et messieurs,
Les " journées contre la violence " marquent le début d'une vaste campagne nationale. Je salue les six grandes organisations non gouvernementales qui sont à l'origine de cette initiative attendue, généreuse et nécessaire.
La violence s'exprime dans les lieux publics, à l'école, dans la rue. Sous des formes différentes, elle existe également dans la vie professionnelle et sociale. Il arrive aussi qu'elle éclate là où on l'attend le moins, au coeur de la famille elle-même.
Intimidation, menace, incivilité, exclusion, agression, que la violence soit physique ou morale et quel que soit son degré, elle se développe toujours au détriment des plus fragiles, les jeunes, les personnes âgées, les femmes seules. Elle piétine leur dignité, bafoue leur liberté, bouleverse leur vie, parfois de façon irrémédiable. Elle tend aussi à frapper ceux qui incarnent le service public, le dévouement ou le secours : enseignants, chauffeurs d'autobus, pompiers, policiers, bénévoles.
Les règles de la vie en société doivent être apprises, comprises et respectées. Cela suppose, bien sûr, un engagement coordonné de toutes les administrations. Mais ce n'est pas seulement l'affaire des pouvoirs publics. Pour enrayer la violence, nous aurons besoin de la mobilisation de chacun.
Aux côtés des familles, qui jouent un rôle irremplaçable dans l'éducation des comportements et dans l'apprentissage de la reconnaissance de l'autre, en appui des institutions, notamment scolaire et judiciaire, avec les acteurs sociaux, qui veillent à prévenir les situations qui débouchent sur la violence, l'engagement des associations s'avère primordial pour que l'action soit efficace et durable.
De plus en plus confrontés aux souffrances physiques et psychiques engendrées par les violences ou à l'origine de celles-ci, vous avez décidé d'unir vos forces et de conduire ensemble une action de prévention, de sensibilisation et de mobilisation.
J'apporte mon entier soutien à cette initiative. Je remercie tous ceux, notamment les bénévoles, qui ont contribué à sa réalisation et vont animer cette campagne concrète et constructive. Vous avez non seulement voulu susciter la réflexion et l'engagement, tant individuels que collectifs, mais aussi identifier et mettre en lumière les expériences qui réussissent.
Les associations qui composent le " groupe des six contre les violences ", parce qu'elles incarnent tout particulièrement l'esprit d'écoute, la rencontre et le respect de l'autre, sauront toucher le plus grand nombre et contribuer ainsi au succès d'une action nécessaire, d'un combat difficile, qui exigent la prise de conscience et l'engagement de chacun.
Jacques CHIRAC\

Voir tous les articles et dossiers