Publié le 27 octobre 1997

Allocution de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le lancement du projet de voiture urbaine "Smart" et sur le choix de l'implantation du site de production dans la région Lorraine, Sarreguemines le 27 octobre 1997.

Allocution de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le lancement du projet de voiture urbaine "Smart" et sur le choix de l'implantation du site de production dans la région Lorraine, Sarreguemines le 27 octobre 1997.

27 octobre 1997 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le lancement du projet de voiture urbaine "Smart" et sur le choix de l'implantation du site de production dans la région Lorraine, Sarreguemines le 27 octobre 1997. - PDF 311 Ko
Mesdames et Messieurs,
Je voudrais saluer, d'abord, avec une très fidèle et cordiale amitié,
le Chancelier Helmut Kohl, le Vice-Président Flavio CottiI,
saluer les Ministres français, l'ensemble aussi des élus lorrains qui
sont heureux aujourd'hui de cette initiative qui enrichit leur région,
saluer les Présidents Schrempp et Hayek sans lesquels rien
n'aurait été possible et saluer surtout les 700 collaborateurs de ce
cite industriel. 700 femmes et hommes, très souvent Lorrains, qui
seront 2.000 dans deux ans et qui travaillent ainsi et travailleront
sur la terre qu'ils aiment et à laquelle ils sont attachés.
La naissance d'une nouvelle entreprise, surtout quand il s'agit d'un
investissement de cette importance, est toujours un moment fort,
parce que c'est un moment d'espoir. C'est un pari sur l'avenir,
avec, nous le souhaitons tous, ici bien sûr, à la clé le succès. Pour
une région comme la Lorraine, c'est aussi la promesse de nouvelles
richesses, de nouveaux emplois. Et, dans ce cas précis, Helmut
KOHL l'a souligné, tout à l'heure, à juste titre, c'est aussi, l'Europe
en marche, l'Europe de paix qui renforce sans cesse les liens
existants entre ces hommes, ces femmes, ces intérêts, c'est donc
l'Europe au service des hommes
Je voudrais souligner l'importance de ce projet exemplaire, tout
d'abord, par son caractère novateur. Avec la Smart, tout est
nouveau : nouveau concept, nouveau mode de fabrication, nouveau
mode de commercialisation.
Votre démarche s'inspire, Monsieur le Président Nicolas Hayek,
d'une nouvelle philosophie du déplacement urbain. Vous aviez eu
l'occasion, il y a quelques années, de me la développer et j'avais
été très impressionné par votre vision des choses dans ce domaine,
comme dans d'autres d'ailleurs. Vous avez conçu une voiture qui
permet de circuler et de se garer plus facilement dans la ville de
demain. Une ville où le trafic s'imposera et je partage le sentiment
exprimé par le Chancelier Kohl lorsqu'il a dit qu'il croyait en la
voiture, mais une ville qui devra mieux respecter l'environnement.
Se métamorphosant au gré des fantaisies de chacun, tout en
répondant à des impératifs élevés de sécurité, la Smart constitue
une véritable novation. Demain, la Swatchmobile offrira une
motorisation " électro-hybride ", adaptée tant à la route qu'à la
circulation urbaine. Cette solution, non polluante, mérite d'être
soulignée à l'heure où chacun aspire à un meilleur cadre de vie.
Nouveau, également, le mode de fabrication et de montage de la
Smart qui ramène à environ quatre heures le temps de sortie des
chaînes. En intégrant sur le même site d'Hambach l'ensemble de
vos partenaires, en rationalisant le processus de fabrication, vous
avez considérablement réduit les délais et les coûts.
Originale enfin, l'organisation du travail où l'initiative et le sens des
responsabilités sont systématiquement encouragés.
Avec, en l'an 2000, une production annuelle de 200 000 Smart,
vos objectifs sont ambitieux. Nous souhaitons qu'ils soient atteints
voire dépassés.
C'est une chance pour la région Lorraine, pour les femmes et les
hommes qui y vivent et qui souhaitent y travailler.
700 personnes déjà sur le site. 2.000 dans deux ans. Mais au-delà,
ce sont plusieurs milliers d'emplois induits qui sont attendus, grâce
aux nouvelles synergies créées autour de l'entreprise et de ses
fournisseurs. Voilà pourquoi chacun ici s'est résolument engagé en
faveur de ce projet.
Car cette implantation ne doit rien au hasard : le choix de l'industriel
vient en réalité consacrer les efforts continus des pouvoirs publics,
en faveur du bassin houiller lorrain et de sa reconversion. Un effort
auquel j'avais souhaité donné une forte impulsion dès avril 1987.
Avec cette idée qu'au moment où l'Union européenne se renforce,
s'approfondit et s'élargit, la longue tradition industrielle de la
Lorraine, sa situation au coeur de l'Europe la plus industrialisée, les
savoir-faire développés par des générations de Lorrains sont une
grande force pour l'avenir.
Création d'entreprises, diversification des activités traditionnelles,
modernisation des infrastructures et réhabilitation du cadre de vie
produisent ainsi des résultats à la mesure de notre ambition initiale :
aujourd'hui, la Lorraine est en France la première région d'accueil
des investissements étrangers, notamment allemands et asiatiques.
Pour autant, la situation de la Lorraine reste fragile. Les mutations
techniques et économiques, amplifiées par la mondialisation,
portent ici sur un tissu industriel encore en restructuration. La
situation de l'emploi demeure préoccupante.
Voilà pourquoi nous devons poursuivre nos efforts. Nos efforts au
service de l'emploi et des entreprises, nos efforts pour doter la
Lorraine d'infrastructures performantes au premier rang desquelles
le TGV Est.
Voilà pourquoi la Lorraine doit rester une priorité nationale
d'aménagement du territoire, articulée sur une coopération
transfrontalière forte avec l'appui de l'Union Européenne, à l'image
du pôle européen de développement de Longwy situé à l'autre
extrémité de l'espace SAR-LOR-LUX.
Je sais l'engagement personnel des élus locaux et régionaux de
Lorraine pour attirer les investisseurs étrangers. C'est notamment
grâce à leurs efforts que cette usine d'Hambach a pu voir le jour.
C'est grâce à leurs efforts aussi que Daewoo développe son
implantation en Lorraine.
Oui, la Lorraine, soutenue par l'Etat, promue par ses élus, fait
chaque jour la preuve de son dynamisme et de son attractivité
retrouvée. Elle doit envisager l'avenir avec confiance. Et cette
inauguration, cette superbe inauguration, ce succès attendu
adressent un signal fort tant aux investisseurs étrangers et français
qu'aux Lorrains eux-mêmes.
Enfin, votre projet, Messieurs les Présidents, l'appui que lui ont
conjointement apporté les pouvoirs publics allemands, suisses et
français, est exemplaire de ce que doit être l'Europe et je ne peux
que partager, comme d'habitude, d'ailleurs ce qu'a dit sur ce sujet
le Chancelier Hemult KOHL.
L'Europe s'impose aujourd'hui comme une réalité. L'Union
européenne, c'est d'abord et avant tout la paix. Nous avons eu tant
et tant de conflits dans le passé, et c'est aussi l'enracinement de la
démocratie sur notre continent. Voilà d'abord l'Europe que nous
voulons et pour laquelle nous travaillons.
Cette grande aventure européenne fut rendue possible par la
réconciliation entre l'Allemagne et la France, scellée par le
Chancelier ADENAUER et le Général de GAULLE en 1963. Que
de progrès depuis. La coopération entre nos deux pays et nos
deux peuples n'a cessé de se développer et de s'approfondir.
L'amitié franco-allemande, les Lorrains en connaissent toute la
valeur. Cette terre a été, plus que d'autres, meurtrie par les guerres
de jadis. Et l'on sait, en Lorraine, ce que signifie la présence -côte
à côte- du Chancelier Fédéral Allemand et du Président de la
République Française, amicalement. Nous avons, l'un et l'autre, une
grande responsabilité : celle de porter toujours plus haut notre
ambition commune. Nous avons la responsabilité d'être les garants
des progrès de la construction européenne.
Oui, la France et l'Allemagne, l'Allemagne et la France, préparent
ensemble les grandes échéances de l'Union Européenne. Oui,
demain, l'Euro sera là. L'Allemagne et la France seront au
rendez-vous. Cela signifie, le Chanchelier l'a dit tout à l'heure, une
monnaie stable et solide, un atout irremplaçable pour la croissance
et pour l'emploi.
L'emploi : c'est le problème majeur des Européens. Nous
l'aborderons en commun lors du Conseil Européen extraordinaire
consacré à l'emploi qui se tiendra dans un mois à Luxembourg.
Plus généralement, l'Europe doit affirmer, l'Europe doit défendre
son modèle social, seul moyen de tirer le meilleur parti, le parti le
plus humain de la mondialisation des échanges.
L'Europe de l'investissement et de la croissance, l'Europe de
l'emploi, ce sont nos entreprises qui la construisent.
Dans un monde de plus en plus ouvert, où s'exacerbe la
concurrence, c'est en unissant nos savoir-faire, nos capacités à
innover, la vitalité de nos petites et moyennes entreprises, la
puissance de nos grands groupes, que nous nous imposerons sur
les marchés.
MCC-FRANCE est née de cette idée. Elle réunit dans un
partenariat privilégié la Suisse, l'Allemagne et la France, renforçant
ainsi la solidarité déjà puissante entre nos trois pays.
Je voudrais que la même dynamique d'invention et d'alliance
s'étende à d'autres secteurs industriels en Europe.
*
Messieurs les Présidents, avec ce grand projet, vous lancez à
toutes celles et à ceux qui veulent créer leur entreprise un message
de confiance, d'audace et d'ouverture. Vous les invitez à aller de
l'avant, à prendre des risques et, pour être plus fort, à partager
avec d'autres cette grande et belle aventure. Je vous souhaite,
Messieurs les Présidents, plein succès et, à la Smart, à toutes celles
et à tous ceux qui la construisent, je souhaite bon vent pour l'avenir
!

Voir tous les articles et dossiers