Publié le 4 juin 1994

Message de M. François Mitterrand, Président de la République, adressé à la Fédération nationale des aides familiales à domicile pour leur mission auprès des plus défavorisés, Paris le 4 juin 1994.

Message de M. François Mitterrand, Président de la République, adressé à la Fédération nationale des aides familiales à domicile pour leur mission auprès des plus défavorisés, Paris le 4 juin 1994.

4 juin 1994 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Message de M. François Mitterrand, Président de la République, adressé à la Fédération nationale des aides familiales à domicile pour leur mission auprès des plus défavorisés, Paris le 4 juin 1994. - PDF 86 Ko
Créées pendant l'occupation, simultanément à Roubaix et à Lyon, les associations populaires de l'aide familiale veulent croire en l'espoir. Des hommes et des femmes, de la jeunesse ouvrière chrétienne refusent l'assistance. Ils décident d'agir pour la promotion du monde ouvrier. Dans notre pays alors divisé, appauvri, les difficultés des familles étaient immenses.
- Depuis cette époque, certes les besoins matériels ont changé, mais la souffrance, la solitude, l'angoisse, la maladie, le désespoir, demeurent. Et, c'est sans relâche, depuis cinquante ans, que vos associations d'aide familiale à domicile militent au premier rang.
- A ces familles, vos militants apportent le reconfort moral et l'aide matérielle. Pour cela, ils sont des organisateurs. Ils forment des travailleuses familiales, qui aident les familles avec une immense générosité. Elles sont proches des plus démunis, sans pour autant oublier les autres. Parmi vos actions, l'aide aux personnes qui perçoivent le RMI, aux femmes isolées, aux enfants pour leur scolarité, ou encore l'aide aux malades du SIDA, témoignent de votre combat quotidien.
- Vos efforts pour l'insertion, notamment celle des familles nombreuses, méritent que les pouvoirs publics écoutent vos propositions. Vous demandez plus de concertation entre tous les partenaires, pour valoriser les financements accordés à l'aide à domicile aux familles. Vous avez raison et j'apporte mon soutien à vos projets. Je souhaite à tous les congressistes présents à Angers ces 4 et 5 juin, conviction dans leurs idées, ténacité et fermeté pour que personne ne soit exclu du droit d'être aidé.\

Voir tous les articles et dossiers