Publié le 17 octobre 1991

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la manifestation culturelle "La fureur de lire", Paris le 17 octobre 1991.

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la manifestation culturelle "La fureur de lire", Paris le 17 octobre 1991.

17 octobre 1991 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la manifestation culturelle "La fureur de lire", Paris le 17 octobre 1991. - PDF 91 Ko
Mesdames et messieurs,
- Quelques mots pour vous dire le plaisir que j'ai de vous recevoir au Palais de l'Elysée. C'est une façon pour moi d'honorer celles et ceux qui sont venus prendre part d'une façon éminente à cette fête, "la fureur de lire".
- D'autant plus que vous toutes et vous tous vous prenez part à cette "fureur", vous y contribuez, vous la nourrissez, vous éveillez l'intérêt, non seulement pour ce que vous écrivez, mais au-delà, pour la culture. En somme, vous répondez au besoin d'apprendre, au besoin d'aimer, au besoin de se distraire, au besoin de rêver. C'est, faut-il le répéter la fête du livre et donc de l'écrit. L'écrit n'est pas aussi menacé qu'on le pense, mais il doit garder sa place qui, à mes yeux, est la première. C'est donc la fête de la création et par là-même, la fête de la mémoire. Tandis que, à travers les temps, c'est la fête du patrimoine. Ces littératures modernes ou anciennes sont l'expression du même besoin £ besoin de communiquer, besoin de réfléchir, besoin de savoir. Comme vous en êtes toutes et tous les artisans, je tenais à vous remercier au nom de la République française.
- Je suis heureux d'avoir à mes côtés Jack Lang qui, depuis déjà pas mal d'années, se charge de ce travail difficile et divers. Puisqu'il s'agit de livres, je voudrais marquer à quel point c'est pour nous un premier souci que de contribuer au développement des bibliothèques, des bibliothèques municipales, des bibliothèques - départementales ou centrales - de prêts de livres, en même temps que nous édifions une bibliothèque nouvelle de caractère national et international. Tout cela pour célébrer le livre et au travers du livre, bien entendu, le lecteur.
- Il faut qu'ensemble, nous aiguisions ce besoin. Que le goût de lire devienne vraiment "fureur". Il me semble que vous êtes là pour cela. Merci à toutes et à tous et revenez l'année prochaine.\

Voir tous les articles et dossiers