Publié le 18 décembre 1987

Télégramme de M. François Mitterrand, Président de la République, adressé à Claude Gallimard au lendemain du décès de Marguerite Yourcenar, Paris, vendredi 18 décembre 1987.

Télégramme de M. François Mitterrand, Président de la République, adressé à Claude Gallimard au lendemain du décès de Marguerite Yourcenar, Paris, vendredi 18 décembre 1987.

18 décembre 1987 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Télégramme de M. François Mitterrand, Président de la République, adressé à Claude Gallimard au lendemain du décès de Marguerite Yourcenar, Paris, vendredi 18 décembre 1987. - PDF 63 Ko
Avec Marguerite Yourcenar vient de s'éteindre un des grands écrivains de ce siècle.
- Femme de haute culture et de grande exigence, elle cherchait dans l'Histoire des exemples de la grandeur humaine. A travers Hadrien, l'empereur rêveur, ou Zénon, le médecin philosophe de Bruges, elle nous a donné des leçons de noblesse, de conscience et aussi d'appétit de vivre. Dans ses Souvenirs, dans ses Archives, elle nous a fait pénétrer dans le cheminement mystérieux de l'héritage.
- Curieuse et voyageuse, admirable traductrice de Virginia Woolf, de James et des Grecs, poète reconnue par le monde entier, elle incarnait les valeurs irremplaçables de l'humanisme.
- Tout au long de sa vie, Marguerite Yourcenar a témoigné de la puissance et de l'indépendance de l'esprit. Son oeuvre honore la langue française.
- Je veux exprimer la tristesse que j'éprouve et dire à tous ses amis que je partage leur peine.\

Voir tous les articles et dossiers