Publié le 28 novembre 1987

Témoignage de M. François Mitterrand, Président de la République, pour "Le Courrier Picard", à l'occasion du 40ème anniversaire de la mort du Maréchal Leclerc le samedi 28 novembre 1987.

Témoignage de M. François Mitterrand, Président de la République, pour "Le Courrier Picard", à l'occasion du 40ème anniversaire de la mort du Maréchal Leclerc le samedi 28 novembre 1987.

28 novembre 1987 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Témoignage de M. François Mitterrand, Président de la République, pour "Le Courrier Picard", à l'occasion du 40ème anniversaire de la mort du Maréchal Leclerc le samedi 28 novembre 1987. - PDF 70 Ko
Evoquant le Chevalier sans peur et sans faiblesse que fut le général Leclerc, il m'est arrivé, en juin 1945, de constater que la défaite de notre armée cinq ans plus tôt devait engendrer sa grandeur puisque des hommes tels que Philippe de Hauteclocque, dans l'effondrement général de 1940, ont su restituer à l'armée sa gloire. En cela, la destinée de Philippe de Hauteclocque est exemplaire, comme l'est toute sa vie.
- Le général Leclerc est un modèle d'indépendance d'esprit. Pour défendre la France menacée, cet officier a su rompre avec son milieu et n'a jamais douté de la victoire. Sa foi en la destinée de la France l'a conduit à comprendre envers et contre tous que l'Empire français devait évoluer. Il avait osé parler, à propos du Vietnam, d'indépendance.
- Il est bon que les derniers mots qu'il ait prononcés avant de mourir, en novembre 1947, s'adressant à quelques officiers en Algérie, soient eux aussi exemplaires : "Ne vous laissez pas abattre par les difficultés, la misère du moment, le découragement.. Continuez dans la confiance avec foi et persévérance..."\

Voir tous les articles et dossiers