Publié le 4 mai 1987

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, lors de l'arrivée à Orly de M. Paul Biya, Président du Cameroun, lundi 4 mai 1987.

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, lors de l'arrivée à Orly de M. Paul Biya, Président du Cameroun, lundi 4 mai 1987.

4 mai 1987 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, lors de l'arrivée à Orly de M. Paul Biya, Président du Cameroun, lundi 4 mai 1987. - PDF 68 Ko
Monsieur le Président,
- Madame,
- Nous sommes très heureux de recevoir en vos personnes des amis de la France. Certes ce n'est pas la première fois, monsieur le Président, que vous venez dans notre pays.
- J'ai pu déjà à diverses reprises vous rencontrer, et éprouver aussi chez vous la qualité de votre accueil. Nous avons bâti au travers de ces rencontres et dans nos multiples échanges, une relation forte, amicale, qui montre bien parmi d'autres exemples, à quel point nos deux pays sont associés.
- Vous venez aujourd'hui accomplir une visite du plus haut degré officiel, ce que l'on appelle une visite d'Etat, et vous serez reçus, monsieur le Président, madame, de la façon qui convient, non seulement selon les usages du protocole mais plus encore avec la joie que je vous exprime, celle du peuple français, et celles des responsables de la France qui vous cnnaissent et vous estiment.
- J'espère que vous passerez parmi nous des heures fécondes, des heures heureuses, et je vous souhaite dès maintenant le meilleur accueil possible. C'est le Cameroun, c'est le peuple camerounais, c'est vous même qui êtes maintenant les hôtes de la France, et nous vous recevons de grand coeur. Merci.\

Voir tous les articles et dossiers