Publié le 9 octobre 1986

Message de M. François Mitterrand, Président de la République, lu par l'ambassadeur d'Israël en France, M. Ovadia Sofer, lors de la soirée de gala donnée à l'occasion du centenaire de la naissance de David Ben Gourion à l'Opéra royal de Versailles, jeudi 9 octobre 1986.

Message de M. François Mitterrand, Président de la République, lu par l'ambassadeur d'Israël en France, M. Ovadia Sofer, lors de la soirée de gala donnée à l'occasion du centenaire de la naissance de David Ben Gourion à l'Opéra royal de Versailles, jeudi 9 octobre 1986.

9 octobre 1986 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Message de M. François Mitterrand, Président de la République, lu par l'ambassadeur d'Israël en France, M. Ovadia Sofer, lors de la soirée de gala donnée à l'occasion du centenaire de la naissance de David Ben Gourion à l'Opéra royal de Versailles, jeudi 9 octobre 1986. - PDF 59 Ko
Je tiens à m'associer à l'hommage ici rendu au fondateur de l'Etat d'Israël. Treize ans après sa mort, le message de David Ben Gourion reste d'une vivante actualité. Il constitue la voie de la raison face aux tentations de l'extrémisme et du désespoir. La France, sensible aux souffrances millénaires du peuple juif, comprend son aspiration à la stabilité et à la sécurité. Mon voeu le plus cher est que, à la logique du rejet et de l'exclusion, se substitue le temps du dialogue et de l'acceptation mutuelle. Je demande à M. le Premier ministre Shimon Pérès d'être mon interprète auprès du peuple d'Israël.\

Voir tous les articles et dossiers