Publié le 23 octobre 1984

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, en présence du Lord Maire et de la municipalité de Westminster, Londres, Palais Saint-James, mardi 23 octobre 1984.

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, en présence du Lord Maire et de la municipalité de Westminster, Londres, Palais Saint-James, mardi 23 octobre 1984.

23 octobre 1984 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, en présence du Lord Maire et de la municipalité de Westminster, Londres, Palais Saint-James, mardi 23 octobre 1984. - PDF 93 Ko
Monsieur le Lord Maire,
- Mon épouse et moi-même sommes très touchés des mots que vous venez de prononcer. Nous vous adressons à vous-même ainsi qu'aux Echevins et aux conseillers qui vous entourent nos sincéres remerciements. Parmi les lieux qui témoignent du glorieux destin de votre pays, la Cité de Westminster occupe une place éminente. L'Histoire y est à chaque pas présente, comme en ce beau Palais de St-James. S'il est une image que connaissent, je crois, tous mes concitoyens, c'est bien celle de votre Parlement. Nombreux sont les artistes de mon pays qui ont été fascinés par le spectacle des Chambres du Parlement émergeant de la Tamise. Nul quartier de Londres ne symbolise mieux le Royaume-Uni que celui aux destinées duquel vous présidez.
- Nos deux pays sont dorénavant réunis au sein de mêmes grandes -entreprises : construction de l'Europe, Alliance atlantique, préservation de la paix et de la sécurité internationale, lutte contre le dénuement, la pauvreté, la famine, pour ne citer que les plus importants. La -nature de nos relations, de notre coopération désormais plus nourrie et plus confiante et des sentiments que se portent nos deux peuples en sera nécessairement et profondément changée. Que la Nation britannique et plus particulièrement la population de sa capitale soient aujourd'hui remerciées de l'accueil qu'elles nous ont réservé et de l'occasion qu'elles nous offrent de célébrer le rapprochement de nos pays.
- Comme elles l'ont fait hier, pour défendre leurs libertés et la démocratie, la Grande-Bretagne et la France doivent aujourd'hui - et devront demain - mettre en-commun leurs ressources et leurs énergies pour apporter une contribution décisive à la construction de l'Europe et à la consolidation de la paix dans le monde. Je suis très fier d'être, en effet, l'un des chefs d'Etat, Président de la République française, à avoir pu recevoir votre hospitalité dans ces lieux et, une fois de plus, je vous en remercie.\

Voir tous les articles et dossiers