Publié le 9 octobre 1984

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, en l'honneur de M. Rudolph Kirchschläger, Président de la République d'Autriche, lors de son arrivée à l'aéroport d'Orly, mardi 9 octobre 1984.

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, en l'honneur de M. Rudolph Kirchschläger, Président de la République d'Autriche, lors de son arrivée à l'aéroport d'Orly, mardi 9 octobre 1984.

9 octobre 1984 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, en l'honneur de M. Rudolph Kirchschläger, Président de la République d'Autriche, lors de son arrivée à l'aéroport d'Orly, mardi 9 octobre 1984. - PDF 91 Ko
Monsieur le président,
- Madame,
- Je suis heureux de vous accueillir cet après-midi, à Paris. Nous sommes dans cet aéroport d'Orly, où les honneurs vous ont été présentés, avant que vous ne commenciez ce séjour dans notre capitale.
- J'ai eu l'honneur d'être reçu par vous - il y a maintenant deux ans - au cours d'un voyage, fort instructif, intéressant, utile, pour la connaissance de votre pays et bien au-delà, en raison de ses hautes traditions, pour connaître le point de vue de l'Autriche sur les affaires du monde.
- Ce n'est pas la première fois que dans vos fonctions ou dans des fonctions publiques, vous venez chez nous. Vous avez d'ailleurs été, je crois, ministre des affaires étrangères de votre propre pays, et il y a une dizaine d'années, vous étiez là. Vous n'êtes pas un inconnu pour nous. Vous êtes à la tête d'un des pays qui compte dans l'histoire de l'Europe, qui compte aujourd'hui encore dans cette vie contemporaine, et dont la façon d'être, de penser, dont la situation politique présentent un caractère qui permet à l'Autriche d'être partout présente.
- Votre personne est respectée, vous exercez des fonctions qui vous permettent d'exercer l'arbitrage nécessaire et, dans le -cadre d'institutions qui fonctionnent bien, vous êtes, à nos yeux, représentatif d'un Etat démocratique et vous assurez la plus haute fonction avec la dignité et la connaissance des choses que j'ai plaisir à saluer, en ce jour.
- Je suis heureux d'accueillir avec vous Mme Kirchschläger. Nous nous efforcerons, au cours de ces heures, de vous réserver l'accueil que la France donne à ses amis. Vous êtes de nos amis, vous êtes du cercle des nations dont l'opinion et le comportement comptent pour nous.
- Soyez le bienvenu, monsieur le président, madame. Vive l'Autriche !
- Vive la France !\

Les dernières actualités

2020-09-23 (202285) Longjumeau (91) Maison de la petite enfance

Voir tous les articles et dossiers