Publié le 25 novembre 1983

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion du déjeuner offert en l'honneur de M. Helmut Kohl, chancelier de la République fédérale d'Allemagne, à l'issue du sommet franco-allemand, Bonn, vendredi 25 novembre 1983.

25 novembre 1983 - Seul le prononcé fait foi

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion du déjeuner offert en l'honneur de M. Helmut Kohl, chancelier de la République fédérale d'Allemagne, à l'issue du sommet franco-allemand, Bonn, vendredi 25 novembre 1983.

Télécharger le .pdf
(...) Il faut maintenant que nos délégués travaillent beaucoup pendant toute la semaine. Beaucoup de choses me paraissent aujourd'hui facilitées, qui me rendent plus optimiste que je ne l'étais avant de venir ici. Je veux dire optimiste pour Athènes, je ne parle pas des problèmes bilatéraux pour lesquels il n'y a pas lieu d'être pessimiste, au contraire, bien que ces problèmes soient très difficiles. Vous avez apporté à nos travaux, monsieur le chancelier `Helmut Kohl`, et vous messieurs, une hospitalité, un accueil amical, qui sont un élément indispensable aux relations internationales lorsqu'on veut atteindre un niveau de coopération aussi important que celui qui existe entre l'Allemagne `RFA` et la France. Soyez en donc remerciés. Je lève mon verre à votre santé.\

Voir tous les articles et dossiers