Publié le 13 septembre 1983

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, lors de sa rencontre sur le chantier du Laboratoire à électrons et positons (LEP), avec les Français travaillant au CERN, Meyrin, mardi 13 septembre 1983.

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, lors de sa rencontre sur le chantier du Laboratoire à électrons et positons (LEP), avec les Français travaillant au CERN, Meyrin, mardi 13 septembre 1983.

13 septembre 1983 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, lors de sa rencontre sur le chantier du Laboratoire à électrons et positons (LEP), avec les Français travaillant au CERN, Meyrin, mardi 13 septembre 1983. - PDF 184 Ko
En venant aujourd'hui au CERN `Centre européen de recherches nucléaires` inaugurer avec le président Aubert les travaux de construction du LEP `laboratoire à électrons et positons`, j'ai pu apprécier l'exemplarité de cette Organisation européenne, ses résultats scientifiques, ses réalisations techniques, son fonctionnement authentiquement international, la coopération entre Etats qui anime et soutient une entreprise grâce à laquelle l'Europe est aujourd'hui revenue au premier rang en physique des particules. La nouvelle aventure qui commence garantit pour de longues années l'avenir du CERN.
- Il m'a paru normal et naturel de saisir cette occasion pour rencontrer ceux que j'appellerai "les Français du CERN" qui, à des -titres divers et dans des positions différentes, contribuent si largement à ses succès. Ma présence ici témoigne de l'importance que j'attache aux travaux accomplis et au maintien, à un niveau élevé, de la participation active de la France au CERN.
- Au CERN, vous servez deux grands idéaux : l'Europe et la recherche scientifique. Notre pays y attache, pour lui-même et pour l'avenir de l'Europe, une importance capitale. Pour vous-mêmes, ils donnent à votre métier la dimension d'un engagement et d'une mission. Vous qui êtes "de la France", vous en exprimez la langue, les traditions, la culture et, comme vos collègues des autres nationalités, vous incarnez cette Europe qui se forme ainsi spontanément autour d'un grand dessein. Vous avez montré la voie à d'autres disciplines scientifiques, qui contribuent avec vous à créer une Europe de la science, ouverte sur l'extérieur et capable de compétitivité créatrice.
- Parmi vous, les talents et les responsabilités sont divers : vous êtes chercheurs, administrateurs, ingénieurs, techniciens, ouvriers. A tous ces -titres, vous participez à cette aventure que mène le CERN au service de la connaissance pure, du progrès et de la paix. J'aimerais vous dire à tous mes encouragements à poursuivre cette tâche, même si elle n'est pas toujours aisée dans les circonstances que connaissent nos pays et le monde aujourd'hui.\
Vos statuts aussi diffèrent, et je voudrais dire un mot à chacun de vous. Aux fonctionnaires internationaux du CERN `Centre européen de recherches nucléaires`, je tiens à dire que la France est attentive à leur condition. Le gouvernement vient de décider la nomination d'un délégué aux fontionnaires internationaux placé auprès du Premier ministre. Il aura pour mission de connaître l'ensemble des problèmes touchant à la présence des Français dans les organisations internationales. Il s'emploiera à trouver des solutions aux difficultés que vous pouvez rencontrer qui, je le sais, ne manquent pas actuellement dans une organisation installée sur deux territoires `France ` Suisse`. Pour ce qui concerne les problèmes qui résultent de la règlementation actuelle en-matière de contrôle des changes, je tiens à vous informer de ce que M. le ministre de l'économie et des finances a reçu instruction de M. le Premier ministre de prendre les mesures nécessaires pour harmoniser votre situation avec celle des fonctionnaires internationaux de nationalité étrangère résidant en France.\
Aux attachés scientifiques qui, tout en demeurant dans les structures nationales, appartiennent à des équipes participant à des expériences au CERN `Centre européen de recherches nucléaires`, je voudrais dire tout le -prix que j'attache à cette participation. Vous exprimez la présence de nos universités, de nos laboratoires, de nos Instituts dans la recherche européenne en physique des particules, dans les équipes plurinationales qui font cette recherche et vous êtes le lien qui permet la transmission à notre pays des connaissances en physique fondamentale acquises dans-le-cadre de la coopération européenne. Certes, la "navette" entre le CERN et votre Institut de rattachement est souvent contraignante. Ces difficultés pourront aussi être étudiées par la structure interministérielle, en liaison avec les services de la recherche en vue d'y apporter des solutions.
- Enfin, aux personnels des entreprises contractantes et des sociétés de service qui sont associées aux travaux du CERN, je tiens à dire que tout a été et sera mis en oeuvre pour que ces travaux se déroulent dans les meilleures conditions et notamment dans le respect du droit, qu'il s'agisse de la sécurité du travail ou de la protection de l'emploi. Ainsi que je l'ai déjà souligné, la mise en chantier du LEP `laboratoire à électrons et positons` est la meilleure garantie pour l'avenir.
- Je me félicite d'avoir pu vous rencontrer, vous qui, avec vos collègues des autres Etats européens, font le CERN. Il y a un grand nombre de Français au CERN. Ceci résulte de l'établissement du CERN en France et de ce que notre pays est un grand Etat européen. Beaucoup d'entre vous habitent en Frnce - le pays de Gex, la Haute Savoie - et jouent un rôle actif dans les communes, les associations locales. Je vous encourage à poursuivre dans cette voie harmonieuse qui allie l'esprit européen à l'attachement au pays.\

Voir tous les articles et dossiers