Publié le 16 mars 1983

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la présentation des Lettres de créance de M. Thongsay Bodhisane, ambassadeur du Laos, Paris, Palais de l'Élysée, mardi 16 mars 1983.

16 mars 1983 - Seul le prononcé fait foi

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la présentation des Lettres de créance de M. Thongsay Bodhisane, ambassadeur du Laos, Paris, Palais de l'Élysée, mardi 16 mars 1983.

Télécharger le .pdf
Monsieur l'ambassadeur,
- C'est avec plaisir que je reçois les Lettres par lesquelles le président de la République démocratique populaire Lao, Son Excellence Souphanouvong, vous accrédite comme ambassadeur auprès de la République française.
- Comme vous l'avez justement relevé, les relations entre nos deux pays découlent d'un très ancien passé.
- Vous-même, diplômé de nos universités, connaissez bien notre pays et le choix de votre gouvernement de vous nommer à Paris nous honore.
- Le rétablissement en décembre 1981 des relations diplomatiques entre nos deux pays, a été l'occasion, pour la France, de renouer un dialogue, brièvement interrompu et d'amorcer la reprise d'une coopération adaptée aux besoins et aux souhaits de votre pays. C'est dans cette voie que j'ai demandé au gouvernement de s'engager.
- Je ne doute pas qu'à la tête de la mission diplomatique que vous dirigez, vous aurez, vous aussi, à coeur de favoriser le renforcement des liens entre nos deux pays. Je puis vous assurer que vous trouverez auprès de mon gouvernement et de moi-même toute l'aide nécessaire à l'accomplissement de votre mission.
- Je saisis l'occasion que nous offre cette première rencontre pour vous demander de bien vouloir transmettre à Son Excellence Souphanouvong, président de la République démocratique populaire Lao, l'expression de ma haute considération ainsi que tous les voeux de bonheur et de prospérité que je forme pour lui et le peuple lao.\

Voir tous les articles et dossiers