Publié le 30 novembre 1981

Déclaration de M. François Mitterrand, Président de la République, à son arrivée à l'aéroport d'Alger, lundi 30 novembre 1981

30 novembre 1981 - Seul le prononcé fait foi

Déclaration de M. François Mitterrand, Président de la République, à son arrivée à l'aéroport d'Alger, lundi 30 novembre 1981

Télécharger le .pdf
Dès mon arrivée, je tiens à rendre hommage à l'Algérie et à son Président. Je salue depuis leur pays vos frères algériens qui résident et travaillent en France. La contribution de leur labeur à la prospérité de mon pays mérite la reconnaissance et le respect. Voilà qui leur est désormais garanti.
- La France et l'Algérie sont capables de surmonter et d'assumer les déchirements du passé. Il y a déjà bien longtemps que ces choses auraient dû être dites. Elles entendent, j'en suis sûr, franchir les obstacles et dépasser les malentendus qui ont trop longtemps entravé leur compréhension. Elles peuvent désormais fonder leur rapprochement, construire leur amitié sur une donnée nouvelle : la confiance. Grâce-à elle, la confiance, la richesse et la diversité des relations entre les deux peuples pourra désormais nourrir le dialogue et la coopération des Etats. C'est cette confiance que je suis venu témoigner à l'Algérie.
- Confiance dans la rigueur de l'idéal que vous incarnez monsieur le Président. Confiance dans l'identité de nos déterminations à refuser la logique de la confrontation dans les -rapports internationaux. Confiance dans la nation algérienne, dans sa lutte sans relâche pour le développement chez elle et pour le nouvel ordre international à l'échelle mondiale. Confiance dans notre capacité à fournir ensemble de nouveaux -rapports égalitaires que nous entendons établir entre le Sud et le Nord.
- C'est dans cette perspective, c'est dans cette espérance, c'est, je voudrais pouvoir ajouter, dans cette certitude que je porte en cet instant ma pensée sur le destin de l'Algérie et sur le destin de la France et que je formule des voeux pour la prospérité de l'une comme de l'autre, pour la cause si noble, si ambitieuse, si nécessaire de l'amitié à construire ou à parachever, l'amitie franco - algérienne, de l'amitié des Français pour les Algériens, des Algériens pour les Français.\

Voir tous les articles et dossiers