Publié le 11 août 2016

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur l'inauguration d'un hôtel de luxe en Corrèze et sur les relations franco-libanaises, à Pompadour le 11 août 2016.

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur l'inauguration d'un hôtel de luxe en Corrèze et sur les relations franco-libanaises, à Pompadour le 11 août 2016.

11 août 2016 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur l'inauguration d'un hôtel de luxe en Corrèze et sur les relations franco-libanaises, à Pompadour le 11 août 2016. - PDF 285 Ko

Monsieur le Premier ministre,
Messieurs les ministres,
Mesdames, Messieurs les Parlementaires et Elus,
Monseigneur,
Mesdames, Messieurs,
Et surtout vous, Cher monsieur NAJEM,
Parce que sans vous cet événement, cette inauguration n'aurait jamais eu lieu et vous me donnez à la fois beaucoup de plaisir et beaucoup d'émotion.
Le plaisir de retrouver un site que je connais bien et un territoire que j'ai beaucoup servi, la Corrèze et en particulier cette partie-là du département. J'étais en effet à quelques kilomètres de là, le conseiller général du canton de Vigeois. Canton de Vigeois qui a toujours rêvé d'avoir Pompadour en son sein, mais n'y est jamais parvenu, parce que Pompadour était déjà une étoile dans le département. Vous l'avez fait scintiller cette étoile, mais Pompadour était et est pour le département un de ses atouts.
C'est là aussi le plaisir de retrouver ici des visages amis, les élus bien sûr, mais aussi cette population de Pompadour qui a donné des éléments particulièrement brillants et je pense à Pierre VILLEPREUX qui est avec nous, qui a été un joueur magnifique de rugby, aussi un entraineur et qui a la chance de voir un stade porter son nom de son vivant, ici à Pompadour.
Mais il y a de l'émotion parce que je suis venu pendant des années comme résident ici dans le Club Méditerranée qui était à Pompadour et avec ma famille, mes enfants, nous y avons passé des moments très heureux. Je retrouve ici plein de souvenirs, souvenirs de parties de tennis, - nous n'avons pas visité les courts, je ne sais pas ce qu'ils deviendront, - mais également de moments dans ce pavillon notamment où les chevaux étaient déjà très beaux. Mais vous les avez maintenant installés ces chevaux, chevaux d'une très grande qualité puisqu'il y a ici les meilleurs étalons.
Emotions donc de retrouver un site qui était finalement abandonné et c'est là que le maire de Pompadour a pu avoir cette expression : « c'était une douleur quand le Club Méditerranée nous a annoncé que Pompadour ne figurerait plus dans son catalogue ». C'était pour des dizaines de personnels une épreuve que de perdre leur emploi et pour beaucoup de familles ici, le Club Méditerranée représentait une activité et aussi une référence. Donc il était très important que les élus se mobilisent et d'abord le maire de Pompadour pour qu'il y ait une forme d'alliance qui puisse se constituer pour que le site puisse être un jour repris.
Cette alliance autour du maire de Pompadour, des élus du territoire était de faire en sorte d'agréger toutes les bonnes volontés et il y en avait. Le Conseil général, devenu le Conseil départemental, le Conseil régional qui s'est également investi et puis il y avait la communauté de communes, parce que c'est elle qui portait aussi ce patrimoine à travers la société d'économie mixte dont il a été ici fait mention, parce que c'était elle qui était propriétaire du lieu. Le lieu avait été loué au Club Méditerranée et le Club Méditerranée se retirant, la société d'économie mixte était propriétaire d'un lieu mais ne pouvait pas l'exploiter.
C'est là que l'alliance des territoires a pu rencontrer une famille et c'est cette famille qui a changé le destin de Pompadour, c'est votre famille. Il a fallu d'abord qu'il y ait un neveu - le vôtre - qui puisse être un cavalier exceptionnel et qui connaisse le site de Pompadour. Puis il a fallu qu'il y ait votre investissement et celui de votre famille que nous avons accompagné et je remercie aussi tous les amis du Liban et de Jordanie qui sont venus ici vous témoigner de leur amitié. Parce qu'il a fallu qu'il y ait un esprit d'entreprise, le vôtre qui puisse faire comprendre qu'il y avait là à Pompadour un espace, un site qui puisse être un lieu d'excellence, car ce devait être un lieu exceptionnel puisque l'espace était lui même exceptionnel. Pompadour, je le rappelle, c'est la cité du cheval, c'est un château, c'est aussi, à travers l'Institut du cheval, un haras qui est classé comme monument historique et c'est un hippodrome.
Donc, il fallait qu'il y ait un lieu d'hébergement qui puisse être à la hauteur de ce qu'était la réputation de Pompadour. C'est ce que vous avez réalisé. Vous avez apporté ici une touche particulière, en respectant la tradition, c'est-à-dire les éléments qui constituent ici notre richesse, la pierre, la charpente et vous y avez ajouté ce qui fait votre qualité professionnelle et votre réussite exceptionnelle au Liban et dans le monde, le marbre.
C'est là que nous avons une autre alliance, celle de la tradition corrézienne et de l'exception libanaise. Nous pouvons avoir maintenant ces bâtiments qui ont pu retrouver un éclat, que nous ne soupçonnions pas d'ailleurs, quand nous le fréquentions comme touristes ou ensuite comme élus. Nous en prenons conscience grâce à vous.
L'alliance, c'est aussi d'avoir été capable de nouer une relation particulière entre un investisseur privé et des acteurs publics. Des acteurs publics, qui, autour du maire, se sont fédérés et puis l'investisseur privé que vous êtes avez respecté les normes et les règlementations que nous devions vous imposer, même si ici, il y a plus de liberté qu'ailleurs.
Nous avons aussi voulu que vous puissiez avoir confiance, car il était très important que vous soyez sûr que ce lieu serait porté au plus haut niveau. C'est ce que vous m'avez d'ailleurs expliqué lorsque nous nous sommes vus, au mois de janvier. Vous m'avez dit : Il faut à la fois que nous puissions faire une résidence hôtelière de très grande qualité, un restaurant gastronomique qui puisse être apprécié, que nous puissions avoir des soins qui puissent être apportés. C'est là que l'entreprise SOTHYS est intervenue je vous remercie de lui avoir fait confiance car c'est une grande entreprise à taille départementale, mais à vocation mondiale, puisque SOTHYS est présente partout dans le monde et vous avez pu faire cette coopération, il y en aura d'autres, avec également LE TANNEUR, si vous faites ce choix et puis d'autres entreprises de la région qui seront à votre disposition.
Là encore, l'alliance de tous les talents et nous pouvons effectivement, - au-delà de cette résidence hôtelière, au-delà des soins qui seront apportés, - nous imaginer nous projeter dans le temps et lorsqu'il sera possible d'organiser des évènements internationaux, nous pourrons nous dire, - pour ce qui me concerne ou pour d'autres qui me succèderont, - que c'est un lieu qui peut accueillir les plus grands chefs d'Etat et de gouvernement à l'occasion d'évènements importants.
Vous avez aussi préparé des installations qui peuvent nous permettre d'organiser les Jeux Olympiques de 2024 à Paris, en sachant que notre équipe d'équitation pourra toujours s'entrainer ici à Pompadour, équipe d'équitation qui a réussi là encore à décrocher des médailles et nous voulons la saluer.
Alors voilà pourquoi j'avais toutes les raisons de venir aujourd'hui à Pompadour. D'abord de respecter un engagement que j'avais pris. Je vous avais demandé d'être prêts pour le 12 août, mais nous n'avons pas voulu attendre cette date importante, mais nous avons anticipé le 11. Et vous êtes prêts.
Je voulais vous en remercier et saluer aussi tous ceux qui ont pu, à travers les entreprises qui se sont également mobilisées, permettre l'inauguration à cette date.
Il se trouve que je veux saluer une famille libanaise, mais au-delà de votre famille, je veux saluer tout le Liban. Vous savez l'attachement que la France porte au Liban, vous savez le lien qui nous unis et finalement il y a aussi un symbole de nous retrouver, ici en Corrèze, avec des familles libanaises, aussi des représentants de la Jordanie, à un moment où le Moyen-Orient est dans l'épreuve.
Cette solidarité qui nous lie, Liban et France demeurera pour toujours. Et vous en êtes un des acteurs, il y en a d'autres ici. Mais si la France est également mobilisée au Moyen-Orient, c'est pour sa propre sécurité, car nous savons que ce qui s'y joue là-bas, c'est également l'équilibre du monde. Nous avons une mobilisation particulière pour les chrétiens d'Orient, nous savons quelles sont les souffrances qu'ils peuvent connaitre dans le Moyen-Orient et combien ils sont indispensables au Moyen-Orient, parce qu'ils contribuent précisément à l'équilibre.
Je sais que le Pape est pleinement engagé pour que les chrétiens d'Orient ne soient pas oubliés dans cette crise terrible, mais je voulais aussi vous dire que la France l'était également.
Enfin, il y a pour la France, un enjeu qui est de préserver l'unité du Liban et son intégrité territoriale. Nous sommes, nos deux pays, frappés par le terrorisme. Nous l'avons été, vous l'avez été, et nous sommes dans cette lutte contre ce fléau. Et là encore, nous devons faire preuve d'une grande solidarité.
Chaque fois que la France est attaquée, nos amis Libanais sont à nos côtés et ils nous témoignent de leur soutien et de leur affection. Chaque fois que le Liban est lui-même attaqué, et cela a été le cas ces derniers jours, nous sommes également à ses côtés.
Je n'oublie pas qu'il y a des soldats français qui sont présents en Liban, à travers la FINUL et nous serons toujours là pour assurer la sécurité du Liban.
Voilà pourquoi cette inauguration n'est pas une inauguration comme les autres, même si ici, c'est un bâtiment rénové qui n'est finalement pas comme les autres, à travers cette alliance qui s'est forgée, alliance entre un territoire et une famille, alliance entre l'investissement privé et le soutien public, alliance entre le Liban et la France.
Alors, c'est sous cette étoile-là, que je veux que nous puissions inaugurer le site qui est le vôtre. Merci.

Voir tous les articles et dossiers