Publié le 3 novembre 2014

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, en hommage à M. Bernard Bélanger, un entrepreneur québecois installé au Québec et en France, à Québec le 3 novembre 2014.

3 novembre 2014 - Seul le prononcé fait foi

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, en hommage à M. Bernard Bélanger, un entrepreneur québecois installé au Québec et en France, à Québec le 3 novembre 2014.

Télécharger le .pdf

Monsieur le Premier ministre,
Monsieur le Président l'Assemblée,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs,
C'est un honneur de venir ici, au Québec, pour remettre la Légion d'honneur. C'est vous, Bernard BÉLANGER, qui en êtes le récipiendaire. Pour mériter cette récompense, il fallait avoir servi la République française et, en même temps, ne pas avoir desservi le Québec. Sinon je n'aurais pas été autorisé à participer à cette manifestation !
Si vous avez cet immense honneur d'être reconnu par la République, c'est que vous avez pris la décision, il y a plusieurs années, d'investir en France. Vous avez fait confiance à la France et permis de nombreuses créations d'emplois dans des régions françaises. Vous êtes un entrepreneur qui veut la réussite de son entreprise et, en même temps, travaille au renforcement des liens entre la France et le Québec.
Je vous connais encore mieux depuis quelques heures, puisque nous avons échangé tout au long d'un déjeuner à Ottawa. Vous m'avez raconté votre propre histoire, bien mieux que je n'aurais pu la reconstituer. D'abord l'histoire de vos aïeux partis de Bretagne encore qu'il y avait quelques incertitudes, puisque vous êtes de plusieurs régions françaises : la Bretagne, la Normandie et peut-être d'autres Ce qui permet d'ailleurs à toutes ces régions de pouvoir accueillir vos activités maintenant !
Vous avez ensuite créé votre propre société à Rivière-du-Loup, qui est devenue une entreprise de niveau mondial dans les domaines de l'horticulture, de l'agriculture et des technologies environnementales.
Rien ne vous prédisposait à devenir chef d'entreprise. Vous étiez salarié dans la comptabilité, puis dans l'automobile. Votre père, vous me l'avez confié, était un ouvrier, un syndicaliste. Ce qui vous a conduit à ne pas avoir peur des syndicats puisque vous n'aviez pas peur de votre père ! Parce que vous avez eu cette éducation par votre père, vous avez voulu faire une société à l'image de votre idéal, une société humaine.
Vous vous êtes intéressé à la tourbe, en 1963. Ensuite, vous êtes devenu actionnaire de la Tourbe du Saint Laurent et avez acquis une société américaine qui s'appelle PREMIER TECH. C'était en 1978. Vous l'avez considérablement développée, diversifiée. Puis vous êtes parti à la conquête de nouveaux marchés, parce qu'ici au Québec, on a l'esprit conquérant.
C'est ce que vous avez fait avec PREMIER TECH qui connaît depuis 20 ans un taux de croissance annuel moyen de 10%.
En 2010, vous avez repris la société spécialisée dans la rétention d'eau, APC CALONA PURFLO, qui disposait de plusieurs sites en France. Avec l'aide des services de l'Etat, mais aussi des autorités régionales qui sont représentées ici, en Bretagne et en Pays de Loire, vous avez engagé de lourds investissements sur ces différents sites. Ces investissements ont permis la création et le développement de nouvelles activités.
Vous avez repris en 2013 la société FALIENOR, spécialisée dans la production de substrats agricoles et horticoles à Vivy. Votre entreprise développe désormais ses produits à partir de la France pour les marchés européens mais également en Afrique et au Moyen-Orient. C'est un bel exemple de la relation entre la France et le Québec : nous pouvons conquérir ensemble les marchés européens, africains et moyen-orientaux !
Vous m'avez fait la promesse d'acquérir une nouvelle société l'année prochaine. Je vous en ai fait une autre, c'est de venir avec vous l'inaugurer.
Monsieur Bernard BÉLANGER, vous avez la reconnaissance de plusieurs centaines d'employés français qui travaillent pour votre société ainsi que de nombreux sous-traitants. Vous avez aussi la reconnaissance des villes et des régions dans lesquelles vos entités de production, de recherche et développement sont installées. Vous avez enfin la reconnaissance de la République française, car vous contribuez non seulement à créer des emplois mais aussi à élever le niveau de recherche et de connaissance dans notre pays.
Monsieur BÉLANGER, je le disais, en 1634, François BÉLANGER vous m'avez demandé de relever le prénom, je le fais s'installait à Québec en venant de France. Par vos activités, par votre talent et votre réussite, vous contribuez maintenant à servir le Québec et à honorer la France.
C'est pourquoi la République française vous distingue en vous remettant les insignes de Chevalier de la Légion d'honneur. Merci.

Voir tous les articles et dossiers