Le Président de la République Emmanuel Macron s'est entretenu avec Petr Fiala, Premier ministre de la République tchèque.

Cet entretien est intervenu dans le cadre de l'étroite coopération entre la France, qui exerce actuellement la Présidence du Conseil de l’Union européenne, et la République tchèque qui l'exercera au second semestre 2022.

Les deux dirigeants ont abordé les discussions en cours au niveau européen, notamment concernant le soutien à l'Ukraine, la nécessité d'indépendance européenne en matière d'énergie et de défense, et les transitions écologique et numérique. Ils sont également revenus sur le projet de Communauté politique européenne évoqué par le Président lors de la clôture de la Conférence sur l'avenir de l'Europe.

Revoir la déclaration : 

7 juin 2022 - Seul le prononcé fait foi

Déclaration du Président Emmanuel Macron à l’occasion de la visite du Premier ministre de la République tchèque, M. Petr Fiala.

Télécharger le .pdf

Mesdames et messieurs, bonjour,
Monsieur le Premier ministre, cher Petr, je vous souhaite la bienvenue aujourd’hui à Paris. Merci à toi d’être là. 

2022 est une année qui lie étroitement la République tchèque et la France alors que nos deux pays ont à assumer l’un après l’autre la présidence du Conseil de l’Union européenne dans un contexte ô combien tourmenté. C’est pourquoi je suis heureux d’avoir aujourd’hui cet échange avec toi afin de lier étroitement le travail en cours de la présidence française qui se termine dans moins d’un mois et les futures priorités que votre présidence saura porter dès début juillet. 

Nos présidences reflètent le contexte géostratégique actuel et nous avons successivement la tâche d’organiser la réponse européenne à la guerre en Ukraine. Car cette guerre que la Russie a choisie de mener transforme profondément notre agenda : il s'accélère, s’intensifie, et nous a amenés à des choix historiques dans un esprit d’unité et de responsabilité. Notre solidarité massive à l’égard de l’Ukraine, les sanctions rapides, elles aussi massives, à l’encontre de la Russie avec le sixième paquet de sanctions pris il y a encore quelques jours, en sont la preuve. 

Je vais ici souligner la solidarité exceptionnelle de la République tchèque qui a accueilli plus de 350 000 personnes venant d’Ukraine. Je salue aussi nos actions conjointes sur le flanc oriental avec des chasseurs aériens français et tchèques qui patrouillent aujourd’hui en Estonie - démonstration si besoin en été de ce travail conjoint et de cette vision commune de notre Europe. 

Nous échangerons donc sur la situation en Ukraine, les efforts pour aider le Président ZELENSKY à parvenir à un cessez-le-feu ainsi que sur l’avenir de l’Ukraine dans la famille européenne. 

Nous reviendrons aussi sur la structuration politique de notre continent. J’ai proposé il y a quelques semaines de créer tous ensemble une « Communauté politique européenne », je souhaite que nous puissions en parler, et les moyens d’organiser une véritable concertation politique à cette échelle. Il nous faut aussi répondre aux propositions que les citoyens européens ont formulées le 9 mai dernier sur l'avenir de notre Europe. 

Si l'heure n'est pas encore aujourd'hui à la passation de flambeau, il y a plusieurs dossiers urgents sur lesquels nous allons échanger et pour lesquels je sais notre mobilisation commune. 

  • Nous souhaitons que l’Europe avance dans sa transition énergétique en réduisant sa dépendance aux énergies fossiles, et en répondant aux défis climatiques. Je sais aussi pouvoir compter sur la présidence Tchèque pour mener à bien notre ambitieux agenda en matière de défense afin d’investir dans les capacités européennes.
  • En matière industrielle, pour porter les projets communs.
  • Et enfin, nous poursuivrons l’action déterminée de l’Union vis-à-vis de nos voisins directs et au-delà à travers le sommet avec les Balkans occidentaux qui se tiendra le 23 juin ; la poursuite de notre partenariat renforcé avec l'Afrique ; et l'agenda que vous même avez souhaité pour votre présidence sur ces sujets majeurs. 

Plus généralement, c'est bien un agenda de souveraineté européenne que nous allons continuer de bâtir et qui, j'en suis sûr, continuera aussi de structurer la présidence de l'Union européenne par votre pays. 
Voilà cher Petr, cher ami, ce que je voulais dire en t’accueillant aujourd'hui à Paris, en te remerciant d'être là pour pouvoir évoquer les grands sujets du prochain Conseil européen et de la présidence que tu auras à conduire. 


 

Voir tous les articles et dossiers