Le Président de la République, Emmanuel Macron, a reçu au Palais de l’Elysée, le Président de la République de Lituanie, M. Gitanas Nausėda, pour un déjeuner de travail.

Revoir la déclaration conjointe :

30 novembre 2021 - Seul le prononcé fait foi

DÉCLARATION CONJOINTE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ET DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DE LITUANIE, M. GITANAS NAUSEDA.

Télécharger le .pdf

Bonjour. Mesdames, Messieurs. Monsieur le Président, cher Gitanas, merci beaucoup d'être aujourd'hui à Paris. Je suis très heureux d'avoir l'opportunité, d'une part, de t'accueillir et de pouvoir échanger, en particulier après des événements extrêmement difficiles que notre Europe a connu ces dernières semaines et qui ont touché ton pays et avant la présidence française du Conseil de l'Union européenne au premier semestre 2022. Je n'oublie pas non plus le formidable accueil que nous avions reçu avec mon épouse en venant dans ton pays et je suis très heureux de pouvoir me remémorer ce moment. Ta visite, je l'évoquais, intervient dans un instant où notre Europe est frappée par une crise migratoire provoquée à nos portes et qui est caractéristique d'une attaque hybride que toi-même, avec plusieurs autres dirigeants de la région, avait très tôt dénoncée. L'Europe a su y réagir rapidement afin de lutter contre cette instrumentalisation de la détresse, mais aussi en renforçant sa coordination pour trouver une solution pérenne à cette crise. Et à ce titre, j'attends que nos conclusions de décembre permettent aussi de consolider ce que nous avons su faire et ce qu'il convient de faire dans la durée. Dès cet été, nous avons réagi notamment au niveau bilatéral, en envoyant de l'aide aux Etats membres qui le demandaient pour permettre tant l'accueil dans des conditions dignes qu'une meilleure protection de la frontière. Nous avons aussi réagi au cours des dernières semaines en augmentant la pression sur le président LOUKACHENKO et en demandant aux compagnies aériennes de cesser de participer à ces manipulations.

Mais nous devons continuer à agir pour nous assurer que le HCR puisse accéder aux demandeurs d’asile en Biélorussie, pour organiser les retours vers les pays d’origine, pour continuer à soutenir les pays de notre frontière orientale à protéger celle-ci. Ces actions biélorusses nous prouvent que le système d'asile et de gestion des migrations européen est perfectible et que nous devons continuer à travailler pour rapprocher nos pratiques d'asile, renforcer nos frontières communes externes et densifier les échanges avec les pays tiers et pays de transit. 

Cette rencontre doit aussi nous permettre sur d'autres sujets de l'actualité internationale d'agir ensemble, notamment le Sahel, où la Lituanie compte s'engager davantage puisque le Parlement examine la possibilité pour le pays de soutenir la task force Takuba. Et je veux te remercier, cher Gitanas, pour ton action résolue pour permettre ce soutien lituanien. 

Nous reviendrons, bien sûr aussi, sur d'autres grands acteurs internationaux : la Russie, la Chine. Et je veux sur ces sujets vous redire ici la solidarité complète et constante de la France. Je crois dans l'engagement du dialogue avec les grandes puissances internationales et c'est l'histoire même de la France et l'intérêt de notre Europe. Mais vous le savez, j'ai toujours mis la solidarité européenne au premier plan et la France est solidaire de la Lituanie quand elle subit des pressions et quand les choix courageux que vous avez pu faire, en particulier dans le cadre de leurs relations avec la Chine, donnent lieu à des pressions et des conséquences bilatérales. 

En tant qu’européens, nous devons à la fois être solidaires et y apporter une réponse unie. Nos échanges porteront par ailleurs sur les questions européennes. Comme je le disais, à près d'un mois du lancement de la présidence française du Conseil, nous aborderons, bien sûr, la défense européenne puisque nous aurons à conclure cette discussion lancée sous la présidence allemande de la boussole stratégique. Je sais aussi que la Lituanie partage nos ambitions de lutte contre le changement climatique, pour la transition numérique et de soutien à l'industrie européenne. Ce seront des dossiers importants des prochains mois, avec des textes structurants en cours de négociation. De même qu'évidemment les mesures de sortie de crise, qu'il s'agisse de la coordination sanitaire - nous aurons sans doute, dans les prochains jours encore à nous ajuster sur ce point - ; que comme la réponse sanitaire de court terme et économique et sociale de moyen terme. Sur ces sujets, vous avez toujours été un dirigeant responsable, présent, solidaire, actif et je veux vous en remercier. Et je veux te redire ici d'abord le plaisir que nous avons à travailler ensemble. Je crois que jamais la relation bilatérale n'a été aussi intense, émaillée par des déplacements bilatéraux comme nous le faisons. Et je crois que les circonstances l'exigent en même temps que l'amitié entre nos peuples. Merci, Gitanas, d'être aujourd'hui à Paris et je suis impatient que nous puissions discuter de chacun de ces sujets.  

Voir tous les articles et dossiers