Publié le 14 septembre 2021

Déplacement du Président de la République aux Assises de l'économie de la mer à Nice.

Le Président de la République Emmanuel Macron s’est exprimé durant les Assises de la mer, à Nice. Il a incité à « aller plus vite » pour « refaire de la France une grande puissance maritime ». Il a rappelé que la France est la deuxième puissance maritime mondiale ; un atout qu’il faut défendre en réinvestissant pour le développement scientifique, économique et politique.

Il a annoncé pour cela le déploiement d’une nouvelle enveloppe de 50 millions en faveur de la pêche. Déployée dans le cadre de France relance, cette somme s’ajoute aux 50 millions d’euros déjà destinés à la modernisation de la flotte et des criées. Ces 50 millions d’euros supplémentaires permettront de renforcer et moderniser le secteur maritime, et notamment d’accélérer la transition écologique des navires de commerce.

Le chef de l’Etat a également défendu une stratégie ambitieuse sur les aires marines protégées, qui vise à placer 5 % des eaux françaises en Méditerranée en zone de protection forte d’ici à 2027.

Sur le plan économique, le gouvernement a lancé en janvier une stratégie nationale pour améliorer la compétitivité des ports, avec un investissement de 175 millions d’euros porté par France relance.

Sur le plan social, le Président de la République a annoncé que l'aide à l'emploi maritime sera prolongée pour trois ans et qu’une « spécialité maritime » devrait être créée au sein de Pôle emploi, afin d’améliorer le placement des gens de mer sur fond de difficultés d'embauches.

Il a enfin rappelé l'objectif de doubler le nombre d’officiers sortant de formation à l’Ecole nationale supérieure maritime d’ici.

Ces assises de la mer ont permis de rassembler autour d’un projet commun l’ensemble des acteurs de l’écosystème maritime, avec une vocation : redynamiser et améliorer la compétitivité du pavillon français.

Revoir les échanges avec les acteurs du maritime : 

14 septembre 2021 - Seul le prononcé fait foi

DEPLACEMENT DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE AUX ASSISES DE L’ÉCONOMIE DE LA MER

Télécharger le .pdf

Merci, madame la ministre, et vous dire tout le bonheur que j'ai d'être parmi vous. Merci infiniment, monsieur le maire, monsieur le président de la métropole, cher Christian, de nous accueillir, et je suis extrêmement heureux d'être aux côtés du monde de la mer pour ces assises. Et on en parlera, on en a beaucoup parlé avec le Cluster, avec plusieurs acteurs qui sont ici présents. J'ai eu l'occasion de m'exprimer en effet à Marseille il y a quelques jours, mais être à vos côtés pour faire un peu ce point d'étape est important. Donc pas de grands discours parce qu'on a déjà en effet déroulé les choses. C’est pour moi, plutôt une revue des travaux. Et c'est comme ça que je prends les choses sur ce qui a été fait, ce qu'on va faire avancer, parce qu'il y a eu un gros travail de fond en particulier et ce qui aussi reste à faire. Par contre, madame la ministre a évoqué deux sujets qu'on ne va pas traiter si j'ai bien compris. Donc c'est pour ça que je me permettais de l'évoquer dès maintenant. Je partage ce qui a été dit pour nos pêcheurs. Parce que, vous y reviendrez donc en terre bretonne dans quelques semaines ensemble. Mais nos pêcheurs sont au cœur de ces transformations et ont beaucoup, beaucoup eux-mêmes avancé, modernisé leurs flottes et sont confrontés à des vrais défis dans un contexte de Brexit. On a fait le maximum et on va continuer de faire le maximum. Je le dis parce que le Premier ministre a eu l'occasion d'écrire à la présidente de la commission pour que ce qui a été signé en fin d'année dernière soit bien respecté par nos voisins britanniques. Sans provocation inutile et sans raviver, si je puis dire, la glorieuse histoire navale franco-britannique, puisque certains avaient apparemment envie de faire ça. Non, simplement respecter ce qui a été signé. Mais dans ce contexte, le plan de relance avait dégagé presque 50 millions d'euros pour flottes, criées, etc. Je veux simplement vous dire que compte tenu du fait que cette enveloppe a été consommée, on s'aperçoit bien qu'il y a des besoins réels : modernisation de la flotte, des criées, etc. et c’est l'appareil productif même. Nous allons abonder une nouvelle enveloppe dans le cadre du plan de relance et d'investissement de 50 millions d'euros supplémentaires pour pouvoir permettre justement d'avancer. C'est un redéploiement dans le cadre du plan de relance et là-aussi, c'est du pragmatisme. Il y a eu des besoins qui ont été exprimés. Il y a eu une consommation qui a été très bonne de ces crédits et on sait où ils vont. La deuxième, je souscris à ce que vous avez pu dire à l'instant, Madame la ministre, sur les sentiers. Et il y a 5 millions d'euros qui ont été consacrés à 200 km de sentiers ainsi rénovés. L'objectif doit être de doubler ce montant pour l'année à venir, c'est tout à fait faisable. Et vous l'avez dit, c'est la transformation de paysages. Et pour beaucoup d'élus, de nos citoyens, des amoureux de la mer et de nos côtes, la France est un grand pays maritime aussi pour cela. On va continuer le travail de modernisation et d'investissement pour rénover, embellir et continuer ce travail pour nos sentiers et France vue sur mer, qui est une formidable initiative. Voilà les deux petites remarques que je voulais faire avant de rentrer dans le vif du sujet. Mais je pense que c'était important, en vous remerciant à nouveau de m'accueillir, et en vous disant la joie que j'ai eue d'être à vos côtés.

Voir tous les articles et dossiers