Publié le 2 juillet 2021

Inauguration de la Grande Exposition du Fabriqué en France

Après le succès de sa première édition en janvier 2020, la Grande Exposition du Fabriqué en France fait son grand retour ce week-end !

Pendant deux jours, entreprises, artisans, producteurs et industriels pleinement engagés dans la fabrication française seront mis à l’honneur au Palais de l’Élysée. 

Revoir le discours du Président : 

2 juillet 2021 - Seul le prononcé fait foi

DISCOURS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE À L’OCCASION DE L’INAUGURATION DE L’EXPOSITION DU FABRIQUÉ EN FRANCE

Télécharger le .pdf

Bonjour Mesdames et Messieurs, 

Merci d’être là. Merci beaucoup. 

Mesdames, Messieurs les ministres, Mesdames, Messieurs les élus, Mesdames, Messieurs les préfets, Mesdames, Messieurs les entrepreneurs et entrepreneuses, Mesdames, Messieurs, chers amis, 

Je ne vais pas faire un long discours, mais je suis très heureux de vous accueillir ici à l’Elysée. D’abord, je veux vraiment remercier les membres du jury avec les ministres qui ont donné de leur temps, deux fois plus, me disaient-ils qu’à l’édition précédente pour sélectionner l’ensemble des lauréats de cette exposition du Fabriqué en France. Et on a pu, là faire un premier tour qui montre la richesse de nos territoires, de notre inventivité, de vos talents parce que c'est véritablement ça dont il s'agit. 

Alors, je dois dire que la première édition s’était tenue en janvier 2020. Nous avons traversé tous ensemble beaucoup d'épreuves depuis. Et même si la pandémie n’est pas terminée, on a traversé cette période de confinement, de souffrance. Pour beaucoup, des vies ont été bousculées, mais il y a un invariable, un invariant. Celui-ci, si je puis utiliser ce terme dans un contexte, où on l’utilise autrement, c’est que notre pays a toujours cette force : le produire en France, l'innover en France, le fabriquer en France. 

Je veux vraiment vous dire la fierté de pouvoir accueillir l'ensemble, justement, de vos métiers, de vos productions ici, de pouvoir les donner à voir à nos concitoyens pendant tout ce week-end et de pouvoir aussi avoir ce petit guide de la grande exposition qui va permettre de valoriser l'ensemble, justement, de ces produits, ces créations, ces identités que vous portez. Ça me rend extrêmement fier. Ça rend fiers tous les membres de l'Elysée qui sont là à nos côtés et se sont mis au service, justement de tout ce que vous pouvez produire. Je veux saluer d'ailleurs la présence de nombreux maires, parlementaires et préfets qui sont là aussi aux côtés des entrepreneurs, fiers des territoires qui sont ici représentés. 

C'est à la fois une histoire française, à chaque fois des histoires familiales, des histoires de savoir-faire, de tours de main ancestraux. Ce sont des histoires humaines. Parfois, l'innovation la plus contemporaine est venue justement croiser des gestes qui venaient de très loin. Ce sont des histoires aussi d'engagements qui ont été rendues possibles ou accélérées par les investissements collectifs que nous avons décidés, en particulier le plan de relance qui a été largement mobilisé aussi aux côtés de vos entreprises. Plusieurs ont été récipiendaires, ont gagné des appels à projets, ont permis justement de donner une réalité à ce fameux plan de relance de 100 milliards d'euros. Je veux remercier ici l'ensemble des services et des ministères qui les ont instruits, Madame la ministre, Monsieur le ministre, et remercier Bpifrance, largement mobilisé aujourd'hui justement aussi aux côtés du jury et des entreprises présentes, avec cette capacité aussi à montrer nos produits, notre industrie, notre savoir-faire français. 

Je ne vais pas ici, je vous rassure, énumérer les 126 produits qui sont mis à l'honneur dans cette exposition. Mais la sélection, je crois, est très représentative des forces de l'usine et de l'atelier France, d'abord parce que les produits ici exposés viennent de tout le pays. Toutes les régions sont représentées, y compris nos territoires d'Outre-mer que je salue. Ensuite, parce qu'une grande variété de domaines sont représentés. Il y a les produits de l'art de vivre à la française, depuis les lentilles de Haute-Loire jusqu'au pâté Hénaff, en passant par le rhum Clément de Martinique. Il y a les produits de la mode, des sneakers aux lacets de Cholet en passant par les chaussettes de Haute-Vienne. Il y a les produits de l'innovation et de l'ingéniosité, le cinémobile de « Toutenkamion » qui amène le cinéma dans les territoires où il n'y en a pas, la toiture hydroactive qui permet d'optimiser la ressource en eau jusqu'aux innovations en termes de recyclage que je viens de voir à l'instant. Et puis, il y a tous ces produits qui portent en eux une part de rêve, les montres Pequignet, le fanion de l'équipe de France de football, le miroir Mersen Boostec qui équipe le télescope spatial Gaia, l'avion de tourisme, l'ULM etc., qui portent une part de nos mythologies collectives, enfantines ou adolescentes, et qui sont aussi un savoir-faire français que vous avez su défendre, préserver, développer ou parfois complètement réinventer. Au fond, cette mosaïque rassemblée ici dans cette exposition dégage ce que je qualifierais être une véritable histoire de progrès, celle d'une France qui, par son industrie, par ses savoir-faire, par ses entrepreneurs, peut résoudre tout, tout à la fois nombre de défis contemporains qu'on a trop souvent opposés. 

D'abord parce que le fabriqué en France, c'est de l'emploi, la meilleure réponse au chômage et au pouvoir d'achat. Les 126 entreprises réunies ici représentent plus de 30 000 emplois qui sont souvent mieux rémunérés que les autres parce qu'il y a de la qualité, de la valeur ajoutée, des métiers souvent manuels qui nécessitent de la compétence et de l'apprentissage. Ce sont aussi des emplois qu'on recrée par des entreprises, qu'on arrive par le fabriqué en France à recréer sur notre sol. On voyait à l'instant le premier lave-linge produit sur le sol français depuis quinze ans. C'est de l'emploi parce que dans toutes vos entreprises, c'est la culture de l'apprentissage, du compagnonnage qui est portée. Il n'y a pas d'emplois si on ne développe pas justement cette capacité à former nos jeunes. 

Ensuite, le fabriqué en France, c'est la souveraineté, l'indépendance, c'est-à-dire la capacité aussi, comme plusieurs d'entre vous l'ont fait, à relocaliser des savoir-faire ou des parts de production sur le sol français, pas dans une visée qui consisterait à fermer la France du reste du monde, cela n'aurait aucun sens. D'ailleurs, nombre d'entre vous travaillez avec des partenaires internationaux, vous souhaitez exporter ou vous exportez déjà. Une France qui ne regarderait qu'elle-même n'aurait pas un tel destin, non. Vous, vous avez à cœur, à chaque fois que dans la chaîne de valeur on peut le faire, de recréer de la production sur notre sol et des emplois. Le fabriqué en France, c'est la vision d’un patriotisme conquérant et pas d’un nationalisme étriqué. Ca consiste à dire qu’il y a encore de l’avenir pour l’agriculture, l’industrie, la production sur notre sol si on sait s’en donner les moyens. Il y a de la volonté, de l’innovation, de la formation, de l’investissement mais à la clé, c’est aussi un peu plus d’indépendance et de souveraineté pour nous. L’indépendance et la souveraineté, ce n’est pas l’autarcie, c’est la coopération choisie. 

Le Fabriqué en France c’est aussi l’écologie. D’abord, parce que j’ai vu que nombre d’entre vous creusaient le sillon de l’économie circulaire pour ne citer qu’une part de cet engagement mais c’est de l’écologie aussi parce que c’est la réduction du coût carbone. Quand on fabrique sur notre sol, on réduit immensément les coûts logistiques et les émissions de CO2 et c’est une réponse aux défis environnementaux. Et c’est une réponse qui ne passe pas par la décroissance, par la renonciation, par l’interdiction. C’est l’écologie par l’innovation et l’emploi. C’est l’écologie par la réinvention des chaînes de valeur qui fait qu’on produit au plus près des marchés finaux, qui fait qu’on reproduit au plus près de nos marchés en donnant aussi de l’emploi. Je ne sais pas expliquer une aventure où la réponse à l’écologie serait la destruction d’emplois, où la réponse au consommateur serait la perte de son emploi. On ne répondra à nos défis contemporains qui sont ceux du pouvoir d’achat, de la production, de l’écologie qu’en sachant réorganiser nos modes de production et en sachant fabriquer en France avec moins d’émissions, avec moins de coût de logistique et avec des emplois de qualité et mieux rémunérés. Nous mettons à l’honneur ainsi nombre d’entreprises qui développent ces filières françaises et qui, en quelque sorte, en rapprochant les producteurs des consommateurs viennent réduire le nombre de porte-conteneurs, les pollutions qui sont ainsi embarquées. Les fleurs qui sont mises en valeur juste derrière moi, c’est la fleur française sur les 10 qu’on vend dans notre pays. Les 9 autres sont produites hors de France. On l’évoquait à l’instant, si on a l’ambition d’abord de valoriser les entreprises qui produisent les fleurs françaises pour les distribuer en France, mais le valoriser davantage, l’étiqueter, permettre justement de l’expliquer à nos concitoyens, je suis sûr que derrière, nous y arriverons. 

Et puis le Fabriqué en France c’est très souvent un élan humaniste. Le Tech for Good en France, ce n’est pas un slogan, c’est une réalité de tous les jours. Je pense à l’entreprise ARGENE en Ariège qui en 53 jours seulement s’est mise en capacité de produire en masse du réactif pour les tests PCR, je pense à plusieurs d’entre vous qui ont produit aussi des masques quand le pays était pris d’assaut par le virus. Il y a chez vous tous, des valeurs profondes qui vont avec vos entreprises. C’est que vous n’oubliez pas ce qui aujourd’hui est rappelé à tous nos grands groupes. Plusieurs d’entre eux portent aussi ces valeurs. Où qu’on aille, où qu’on exporte quelle que soit la taille qu’on acquiert, on est toujours parti de quelque part et on est toujours ancré quelque part. Et quand le pays, la ville où l’on est, le département ou la région est bousculé par une attaque, une épidémie, on a tous un rôle à jouer, une fonction à remplir. 

C’est ce que vous avez fait durant cette crise avec là aussi un sens du patriotisme extraordinaire parce que le Fabriqué en France, c’est la force du collectif. Derrière les produits, il y a beaucoup plus souvent qu’une simple entreprise. Des aventures familiales souvent, des aventures humaines et tout un écosystème d’innovation avec des grands groupes, des PME, parfois des centres de recherche. Pas moins de 8 sociétés rendent possible le vélo électrique présenté ici. Nous devons et c’est une des grandes ambitions de la dynamique Fabriqué en France, penser non plus la concurrence entre les acteurs mais la coopération, la capacité à agir en bloc. Je sais que plusieurs d’entre vous font partie de grandes filières françaises dont nous devons rappeler à chaque instant qu’elles ont des responsabilités de filière. Si on a la fierté de pouvoir encore produire du caoutchouc sur notre sol à quelques centaines de kilomètres de Paris, ça ne tiendra que si les grands groupes de l’automobile continuent à valoriser cette production française et ces filières. Et donc c’est une responsabilité collective dans laquelle nous sommes prises, c’est le sens du collectif. 

Voilà mesdames et messieurs, nous allons donc continuer à soutenir les entrepreneurs que vous êtes, les valeurs qui vont avec, à accompagner les investissements, le développement de l’emploi. Je veux ici dire que jamais depuis 15 ans, autant d’offres de CDI n’avaient été publiées qu’au mois de mai. Il n’y a donc aucune fatalité. Et donc, au moment où je vous parle, nous sommes en train de battre le record d’apprentissage, au moment où je vous parle, nous sommes en train de battre le record de création de CDI et donc nous avons traversé et nous traversons encore une période historiquement difficile mais nous avons tous tenu et nous sommes tous mobilisés et quand il y a de la volonté, du sens de la responsabilité du collectif, on peut sortir de tous les discours de défaite et au contraire, battre des records, ce que nous sommes en train de faire collectivement. Nous avons aussi tous ensemble supporté des décisions parfois difficiles mais qui ont permis de moderniser le pays. C’est pour cela que le Fabriqué en France, au-delà des produits que vous portez, c’est une formidable histoire de progrès et une formidable histoire de ce qu'est l'esprit français. Cet esprit d'ambition, de conquête du monde, d'ancrage mais surtout de sens des valeurs, d'humanisme qui nous porte. 

Pour toutes ces raisons, je considère que tout justifie votre présence ici au palais de l'Elysée, nous rend fiers de pouvoir vous exposer durant ces deux jours et tout justifie que nous mettions tous ensemble le Gouvernement, l'équipe que forme le jury que je remercie une fois encore du temps qu'il a passé et des engagements qui sont les vôtres du salon made in France jusque justement, aux engagements très profonds depuis tant d'années pour valoriser nos savoir-faire, nos produits, jusque aussi l'engagement que portent nos CCI, nos réseaux consulaires, EPV, etc. Que portent aussi nos préfets partout sur le territoire que je salue ici à vos côtés parce que ce sont des engagements de jour et de nuit. 

Merci aux entrepreneurs et aux entrepreneuses que vous êtes et merci à toutes vos équipes que vous représentez ici aussi aujourd'hui et qui je le sais, portent avec vous cette même fierté. 
Nous sommes fiers et donc nous continuerons ce combat et les valeurs qu'il porte. 

Vive la République et vive la France !
 

Voir tous les articles et dossiers