Publié le 15 janvier 2019

Déclaration du Président de la République Emmanuel Macron au Conseil municipal de la ville de Gasny, dans l'Eure

DÉCLARATION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

15 janvier 2019 - Seul le prononcé fait foi

Monsieur le Maire,

Mesdames, Messieurs,

Je suis venu un peu déranger votre Conseil, passer un petit moment avec vous. D’abord je veux vous présenter mes vœux et vous dire à toutes et tous une très bonne année et vous souhaiter le meilleur à titre personnel, familial et puis dans vos engagements pour la collectivité ici ou professionnels. Vous dire ensuite, Monsieur le Maire, pour vous rassurer que tout ce qui n’a pas été dit aujourd’hui pour autant aura le droit d’être porté plus tard parce que n’ayez pas le sentiment que je passe et que tout doit être sorti maintenant sinon il n’y aura plus de demande reconventionnelle !   

Mais au fond ce qui me plait dans ce que vous venez de dire c’est que vous poussez des projets, vous avez envie de faire des choses et je crois qu’on a tous envie de faire de faire des choses et la période que traverse le pays c’est un peu ça, il y a beaucoup d’impatience, on a envie de faire des choses, il y a des situations qui sont très dures, il y a des problèmes qui ne datent pas d’hier qu’il nous faut traiter parce que cette impatience est là et c’est très bien.

Il y a un cours du monde qui s’accélère à côté qui fait que beaucoup de gens, beaucoup de nos concitoyens aussi ont du mal à comprendre ce qui est en train de se passer et parfois ce qui est en train de se passer accélère des problèmes qui étaient déjà là. Et donc partout où nous sommes sur le territoire on doit si je puis dire partager ces contraintes mais aussi porter ensemble des projets. Donc c’est pour ça que moi je voulais passer ce petit moment avec vous pour que vous puissiez reprendre et que chacun puisse exprimer d’ailleurs ce qu’il souhaite porter, qu’on puisse échanger extrêmement librement. Mais dans cet esprit-là que j’ai écrit aux Français, c’est dans cet esprit-là que je veux pouvoir travailler avec l’ensemble de nos concitoyens mais aussi avec celles et ceux qui au plus près du terrain portent des projets pour que la vie aille mieux au quotidien. Il n’y a pas de fatalité, ce que vous venez de dire le montre très bien, même si c’est dur il n’y a pas de fatalité et puis parfois vous avez à vous confronter aussi avec des situations, des contraintes, donc il faut expliquer parce qu’on ne peut pas tout régler tout de suite. Mais ça vous le savez, vous avez accepté d’endosser une responsabilité au titre d’un collectif.

En tout cas, moi, je suis très heureux d’être parmi vous et j’ai cru comprendre que c’était vous qui étiez en train de présenter le projet, donc je vous rends la parole !

Voir tous les articles et dossiers