Entretien avec des associations de harkis en présence de M. Kader ARIF

Le Président de la République a reçu le vendredi 4 juillet, les membres du « G12 harki », structure de concertation et de dialogue entre le monde harki et le Gouvernement. 

Le Président de la République a réaffirmé la dette morale de la France envers les harkis. Il y a cinquante ans, la France a abandonné ses propres soldats, ceux qui lui avaient fait confiance, ceux qui s'étaient placés sous sa protection, ceux qui l'avaient choisie et qui l'avaient servie. Ensuite les harkis et leur famille ont été accueillis et traités de manière souvent indigne sur le sol français. Il a fallu attendre 1974 pour que ces derniers soient reconnus comme anciens combattants. 

Le Président de la République a ensuite tenu à rappeler les progrès inédits accomplis pour la reconnaissance et la réparation dues par la France aux harkis et à leurs familles. La loi de programmation militaire 2014-2019 qui facilite l’accès aux emplois réservés pour les enfants de harkis ainsi que le décret du 7 septembre 2013 qui fixe les bases de la politique d’aide à l’insertion professionnelle en sont les exemples. 

Cet effort doit se poursuivre. C’est pourquoi, le Président de la République a demandé au secrétaire d’Etat chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire d’établir un plan d’action détaillé avec les ministères concernés qui sera présenté par le Gouvernement lors de la cérémonie nationale en hommage aux harkis du 25 septembre 2014. Ce plan, comportera trois volets : 

- L’approfondissement du travail sur la mémoire des harkis dans la République, son entretien et sa transmission 

- Le renforcement des relations entre l’Etat et le monde harki au niveau national comme au niveau local 

- L’amélioration des aides existantes pour qu’elles répondent mieux aux besoins des harkis et de leurs descendants

Restez connecté