Publié le 26 février 1981

Allocution de M. Valéry Giscard d'Estaing à l'occasion de la présentation des Lettres de créance de M. E. Kanyanya Wapenyi, ambassadeur de l'Ouganda en France, Paris, Palais de l'Élysée, le jeudi 26 février 1981

Allocution de M. Valéry Giscard d'Estaing à l'occasion de la présentation des Lettres de créance de M. E. Kanyanya Wapenyi, ambassadeur de l'Ouganda en France, Paris, Palais de l'Élysée, le jeudi 26 février 1981

26 février 1981 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. Valéry Giscard d'Estaing à l'occasion de la présentation des Lettres de créance de M. E. Kanyanya Wapenyi, ambassadeur de l'Ouganda en France, Paris, Palais de l'Élysée, le jeudi 26 février 1981 - PDF 130 Ko
`Politique étrangère ` relations franco - ougandaises`
- Monsieur l'ambassadeur,
- Je suis heureux de recevoir aujourd'hui les Lettres par lesquelles Son Excellence le président de la République de l'Ouganda, le Dr Apollo Milton OBOTE, vous accrédite auprès de moi en qualité d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire.
- J'ai été sensible aux souhaits amicaux qu'au nom du peuple ougandais, vous avez adressés au peuple français. Soyez assuré que celui-ci qui connaîtles épreuves `famine` récemment endurées par votre pays, ressent à son égard sympathie et amitié.
- Il en a offert le témoignage dans l'élan de solidarité qu'il a récemment manifesté devant la détresse des populations du Karamoja. En effet, c'est non seulement le Gouvernement qui a tenu à vous apporter une aide rapide et adaptée à la fois aux conditions locales et aux situations les plus critiques £ c'est aussi le peuple français qui, soit par des dons individuels, soit par l'intermédiaire de ses organisations caritatives, a pris une part directe à ce secours pour lequel vous avez bien voulu exprimer l'appréciation et la gratitude de votre gouvernement.\
`Politique étrangère ` relations franco - ougandaises`
- Aujourd'hui, celui-ci, sous l'autorité du Président OBOTE, a entrepris une tâche nécessaire de restauration de l'Etat et de réconciliation nationale sans laquelle il ne serait pasen mesure de s'attaquer efficacement aux problèmes économiques et sociaux que pose un pays épuisé par des années d'oppression.
- Vous avez exprimé le souhait que se développent nos liens de coopération économique, technique et culturellequi se situent déjà aux tous premiers rangs parmi ceux que l'Ouganda entretient avec les pays industrialisés. Soyez certain que la France, qui mesure l'ampleur des problèmes auxquels vous avez à faire face, est disposée à aider votre gouvernement dans son action. Le protocole financier que nous avons conclu en offre le témoignage £ il permettra la remise en -état de votre réseau ferroviaire dont l'importance est vitale dans un pays enclavé tel que le vôtre.\
`Politique étrangère ` relations franco - ougandaises`
- Vous avez évoqué, monsieur l'ambassadeur, la situation du continent africain en rappelant les principes de respect de la souveraineté des Etats et de non-ingérence dans leurs affaires intérieures. Vous savez qu'ils sont ceux qui guident la France dans ses rapports avec les autres Etats. De même, vous avez observé qu'il appartient aux Etats africains de déterminer eux-mêmes l'aide à laquelle ils souhaitent requérir. C'est aussi un principe auquel la France souscrit pleinement lorsqu'elle déclare que, si ses amis africains font appel à elle face à des menaces dont ils seraient l'objet elle est disposée à les aider à préserver leur sécurité. Il la guide également dans le -concours qu'elle apporte au développement économique et social du continent africain.
- Soyez assuré, monsieur l'ambassadeur, que vous trouverez toujours auprès de moi-même et des membres de mon gouvernementl'accueil le plus ouvert et la volonté de vous aider dans votre mission.
- Je vous prie de bien vouloir transmettre les assurances de ma très haute considération à Son Excellence le président Milton OBOTE ainsi que les voeux que je formepour le bonheur et la prospérité du peuple ougandais.\

Voir tous les articles et dossiers