Publié le 22 mars 1979

INTERVIEW ACCORDEE PAR M. GISCARD D'ESTAING A M. CLAUDE VINCENT, DU JOURNAL FRANCE-SOIR DU 22 MARS 1979 SUR LA SITUATION POLITIQUE ET ECONOMIQUE A L'APPROCHE DES ELECTIONS EUROPEENNES

INTERVIEW ACCORDEE PAR M. GISCARD D'ESTAING A M. CLAUDE VINCENT, DU JOURNAL FRANCE-SOIR DU 22 MARS 1979 SUR LA SITUATION POLITIQUE ET ECONOMIQUE A L'APPROCHE DES ELECTIONS EUROPEENNES

22 mars 1979 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger INTERVIEW ACCORDEE PAR M. GISCARD D'ESTAING A M. CLAUDE VINCENT, DU JOURNAL FRANCE-SOIR DU 22 MARS 1979 SUR LA SITUATION POLITIQUE ET ECONOMIQUE A L'APPROCHE DES ELECTIONS EUROPEENNES - PDF 774 Ko
JOURNALISTE.- MONSIEUR LE PRESIDENT, VOICI JUSTE UN AN, LES FRANCAIS ONT SUIVI VOTRE RECOMMANDATION ET, AUX ELECTIONS LEGISLATIVES, ILS ONT FAIT LE BON CHOIX. DEPUIS, IL N'EST GUERE DOUTEUX QU'UN CERTAIN NOMBRE D'ENTRE EUX ONT TROUVE L'OCCASION DE SE DEMANDER SI CE CHOIX ETAIT REELLEMENT LE BON. POUVEZ-VOUS, AUJOURD'HUI, LEUR DIRE POURQUOI C'ETAIT CE JOUR LA, LE BON CHOIX ?
- LE PRESIDENT.- UN AN APRES, JE CROIS QU'IL APPARAIT, DE MANIERE EVIDENTE, QUE C'ETAIT EFFECTIVEMENT LE BON CHOIX. LE PROBLEME DES ELECTIONS ETAIT DE DEGAGER UNE MAJORITE DE GOUVERNEMENT. D'UN COTE, IL Y AVAIT LA MAJORITE SORTANTE ET, DE L'AUTRE, LA PROPOSITION D'UNE MAJORITE DE REMPLACEMENT. TOUT CE QUI S'EST PASSE DEPUIS UN AN DEMONTRE QU'IL N'Y AVAIT PAS DE MAJORITE DE REMPLACEMENT. IL EST BEAUCOUP PLUS FACILE, DANS UNE PERIODE OU LES PROBLEMES SONT COMPLIQUES, DE S'ENTENDRE DANS L'OPPOSITION QUE DE S'ENTENDRE AU GOUVERNEMENT. OR NOUS AVONS VU DEPUIS UN AN QUE LES PARTIS DE L'OPPOSITION NE REUSSISSAIENT PAS A S'ENTENDRE DANS L'OPPOSITION. ILS N'AVAIENT DONC AUCUNE CHANCE DE S'ENTENDRE POUR GOUVERNER.
- DANS LA `NOUVELLE` PREFACE QUE J'AI FAIT PARAITRE A L'AUTOMNE 1977 `ANNEE`, A MON LIVRE "DEMOCRATIE_FRANCAISE", J'AVAIS INDIQUE QUE LE DESACCORD ENTRE LES PARTIS DE L'OPPOSITION ETAIT CERTAIN. ET QUE LA SEULE QUESTION ETAIT DE SAVOIR S'IL APPARAITRAIT AVANT OU APRES LES ELECTIONS. CE DESACCORD ETAIT CERTAIN, NON PAS POUR DES RAISONS MEDIOCRES, MAIS PARCE QU'IL Y AVAIT UNE DIFFERENCE DE CONCEPTION FONDAMENTALE ENTRE LE PARTI SOCIALISTE ET LE PARTI COMMUNISTE. TOUT CE QUI S'EST PASSE DEPUIS UN AN A CONFIRME CE DESACCORD FONDAMENTAL
-\
JOURNALISTE.- MONSIEUR LE PRESIDENT, LE BON CHOIX, C'EST AUSSI, DANS L'ESPRIT DES FRANCAIS, LA POSSIBILITE DE REGLER LES PROBLEMES QUI LES PREOCCUPENT LE PLUS ET QUI SONT ESSENTIELLEMENT ECONOMIQUES ET SOCIAUX. DEPUIS LES ELECTIONS ON OBSERVE UNE CERTAINE REPRISE ECONOMIQUE, AVEC UN ACCROISSEMENT ASSEZ SENSIBLE DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE, MAIS AUSSI UNE AGGRAVATION DU CHOMAGE. IL Y A UNE DISTORSION QUI INQUIETE BEAUCOUP LES FRANCAIS. JE VOUDRAIS VOUS DEMANDER SI CETTE DISTORSION EST DURABLE ET A QUEL MOMENT LA PRODUCTION INDUSTRIELLE ET L'EMPLOI EVOLUERONT DANS LE MEME SENS ET DANS LE BON SENS BIEN SUR ?
- LE PRESIDENT.- SI CERTAINS FRANCAIS S'INTERROGENT POUR SAVOIR S'ILS NE REGRETTENT PAS LEUR BON CHOIX, C'EST EN PENSANT A LA SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE
-\
`REPONSE` IL EST VRAI QUE BEAUCOUP DE FRANCAIS AURAIENT SOUHAITE QUE LES ELECTIONS PUISSENT DELIVRER LA FRANCE DE SES DIFFICULTES. C'ETAIT EVIDEMMENT IMPOSSIBLE. CES DIFFICULTES TIENNENT A DES DONNEES OBJECTIVES, INTERIEURES ET EXTERIEURES. SEULE UNE ACTION EN PROFONDEUR PEUT MODIFIER CES DONNEES ET NON UN CHOIX POLITIQUE. LE TRAVAIL QUI EST EN-COURS, DEPUIS MAINTENANT TROIS ANS `DUREE`, DOIT TRANSFORMER CES DONNEES ET PERMETTRE A LA FRANCE DE CONNAITRE UNE SITUATION DE PROGRES ECONOMIQUE ET SOCIAL. DES RESULTATS ONT ETE OBTENUS : NOUS ETIONS EN DEFICIT EXTERIEUR, NOUS NE LE SOMMES PLUS £ NOUS AVIONS LA MONNAIE MENACEE, ELLE NE L'EST PLUS £ NOUS AVIONS UNE PRODUCTION INDUSTRIELLE STAGNANTE, ELLE EST EN PROGRES PLUS RAPIDE DEPUIS L'AUTOMNE DERNIER. DES SITUATIONS SOCIALES PREOCCUPAIENT LES FRANCAIS ET FAISAIENT LA MANCHETTE DES QUOTIDIENS TELLE L'AFFAIRE BOUSSAC `ENTREPRISE`, SA FAILLITE ET SES LICENCIEMENTS. LE PROBLEME A ETE REGLE. ET AINSI DE SUITE. CE QUI EST VRAI, C'EST QUE L'EMPLOI A CONTINUE A SE DETERIORER PENDANT L'AUTOMNE 1978 `ANNEE` ET QU'IL RESTE A L'HEURE ACTUELLE A UN NIVEAU INSUFFISANT. JE DISTINGUE, BIEN ENTENDU, CHOMEURS ET DEMANDEURS D'EMPLOIS, CAR CE SONT DEUX PHENOMENES DIFFERENTS QU'IL FAUT SE GARDER DE CONFONDRE.
- NECESSAIREMENT, LE DEVELOPPEMENT DE L'ACTIVITE ENTRAINERA UNE EVOLUTION FAVORABLE DE L'EMPLOI. QUAND PEUT-ON L'ATTENDRE ? IL EST PREMATURE DE REPONDRE. LES PREVISIONS EUROPEENNES DU NOMBRE TOTAL DE DEMANDEURS D'EMPLOIS SONT EN LEGERE DIMINUTION EN 1979 PAR-RAPPORT A 1978. JE CROIS QUE L'ON PEUT DIRE QUE L'ANNEE 1979 DEVRAIT MARQUER UN TOURNANT DANS CETTE SITUATION. IL SERAIT IMPRUDENT DE DIRE PLUS
-\
JOURNALISTE.- MONSIEUR LE PRESIDENT, DANS CETTE RESTRUCTURATION INDUSTRIELLE DE LA FRANCE, DONT JE CROIS QUE MAINTENANT LA NECESSITE EST BIEN PERCUE, ON VOIT SURTOUT CE QUI DISPARAIT, MAIS NE VOIT PAS BIEN CLAIREMENT CE QUI VA VENIR A LA PLACE. ON NOUS PARLE PARFOIS D'INDUSTRIES INCLUANT DAVANTAGE DE MATIERE GRISE, MOINS D'ENERGIE PHYSIQUE ET MOINS DE MATIERES PREMIERES. EST-CE QUE VOUS POURRIEZ PRECISER QUELLE EST LA VOCATION INDUSTRIELLE DE LA FRANCE ?
- LE PRESIDENT.- JE VOUDRAIS D'ABORD VOUS DIRE CECI : ON NE PARLE JAMAIS DES CREATIONS D'EMPLOIS. IL Y A EU AU-COURS DES DERNIERES ANNEES, IL Y A, A L'HEURE ACTUELLE, ENVIRON 250000 `NOMBRE` CREATIONS D'EMPLOIS PAR AN. VOUS POUVEZ LE VERIFIER DE FACON TRES SIMPLE. AU-COURS DES TROIS DERNIERES ANNEES, LE NOMBRE DES TRAVAILLEURS EMPLOYES EN FRANCE EST RESTE PRATIQUEMENT CONSTANT. ET COMME L'ON CONNAIT LE NOMBRE D'EMPLOIS SUPPRIMES, ON CONNAIT DU MEME COUP LE NOMBRE EQUIVALENT D'EMPLOIS CREES. SACHEZ DONC QU'IL S'EST CREE ET QU'IL CONTINUE DE SE CREER ENVIRON 250000 EMPLOIS PAR AN
-\
JOURNALISTE.- IL N'Y A PAS MOINS D'EMPLOIS QUE LORSQUE VOUS ETES ARRIVE A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ?
- LE PRESIDENT.- NON, L'EMPLOI S'EST ACCRU D'A PEU PRES 170000 `NOMBRE` PERSONNES. LE NOMBRE DE DEMANDEURS D'EMPLOIS A AUGMENTE UN PEU PLUS VITE ENCORE, MAIS IL N'Y A PLUS DE TRAVAILLEURS AU TRAVAIL QU'IL N'Y EN AVAIT EN 1974 `DATE`. CE QUI EST FRAPPANT, C'EST QU'ON NE PARLE PLUS DE PROBLEMES QUI ETAIENT CONSTAMMENT EVOQUES IL Y A QUELQUE TEMPS : J'AI CONNU, COMME MINISTRE DES FINANCES, LES DIFFICULTES DE L'AERONAUTIQUE FRANCAISE. ON ANNONCAIT A TOULOUSE ET AILLEURS DES LICENCIEMENTS ET DES FERMETURES. A L'HEURE ACTUELLE, AU CONTRAIRE, ON RECRUTE DES TECHNICIENS OU DES INGENIEURS QUALIFIES. UN AUTRE SECTEUR ETAIT EN GRANDE DIFFICULTE IL Y A DEUX OU TROIS ANS : L'INFORMATIQUE. ON ANNONCAIT QUE L'INFORMATIQUE FRANCAISE ETAIT MENACEE DE DISPARITION. C'EST AUJOURD'HUI UN SECTEUR EN PROGRES PLUS RAPIDE QUE PREVU. EN-MATIERE SPATIALE, NOUS ENREGISTRONS - COMME VOUS LE SAVEZ - DES SUCCES, NON SEULEMENT TECHNIQUES MAIS COMMERCIAUX, PUISQUE NOUS ALLONS CONSTRUIRE PLUS DE LANCEURS QU'ON NE L'ENVISAGEAIT A L'ORIGINE
-\
`REPONSE` CE QU'IL FAUT BIEN VOIR, C'EST QUE L'ECONOMIE FRANCAISE PASSE DE LA STRUCTURE DU XIXEME SIECLE A LA STRUCTURE DE LA FIN DU XXEME SIECLE. ET QUE D'AILLEURS, LES INDUSTRIES QUI SOUFFRENT - ET QUAND JE DIS : QUI SOUFFRENT, JE PRENDS LE MOT AU SENS PLEIN - SONT DES INDUSTRIES DU XIXEME SIECLE QUI S'ETAIENT CREEES ET DEVELOPPEES A-PARTIR DE SITUATIONS QUI ONT ETE EN EFFET PROFONDEMENT MODIFIEES DEPUIS LORS. L'OBJECTIF QUE LE GOUVERNEMENT POURSUIT EST DE FAIRE EN SORTE QU'A LA FIN DE CE SIECLE UNE GRANDE PARTIE DE L'ACTIVITE NATIONALE SOIT CONSACREE A DES ACTIVITES DE HAUTE COMPETENCE, DANS LESQUELLES ON POURRA UTILISER DAVANTAGE L'INTELLIGENCE ET LA COMPETENCE DES TRAVAILLEURS FRANCAIS, PAR-RAPPORT AUX FORMES TRADITIONNELLES DE PRODUCTION
-\
JOURNALISTE.- DANS "DEMOCRATIE_FRANCAISE" `LIVRE`, VOUS INSISTEZ SUR LA NECESSITE D'UNE CROISSANCE FORTE. OR, CETTE ANNEE ENCORE, NOUS VOICI PARTIS SUR UN PROJET DE CROISSANCE INFERIEURE A 4 % `STATISTIQUES`. EST-CE QU'ON NE PEUT PAS FAIRE MIEUX ?
- LE PRESIDENT.- JE VOUS DIRAI FRANCHEMENT : NON. CEUX QUI LE DISENT EGARENT L'OPINION PARCE QU'ILS SONT IGNORANTS, OU BIEN LA TROMPENT S'IL SONT CONSCIENTS. IL N'Y A AUCUN PAYS D'EUROPE. QUELLE QUE SOIT SA STRUCTURE ECONOMIQUE ET SOCIALE, QUI DANS LES DEUX DERNIERES ANNEES AIT ATTEINT OU DEPASSE UNE CROISSANCE DE 4 %. CECI EST DU AU PRELEVEMENT CONSIDERABLE, L'IMPOT PRELEVE SUR NOUS, SOUS LA FORME DE LA MAJORATION DU PRIX DU PETROLE. C'EST COMME SI LES AUTOMOBILISTES FRANCAIS PAYAIENT L'IMPOT, NON AU BUDGET FRANCAIS, MAIS A DES PAYS ETRANGERS. CET IMPOT EST PRELEVE SUR NOTRE SUBSTANCE, ET NOUS NE POUVONS PAS CONSERVER LE MEME TAUX DE CROISSANCE QU'AUPARAVANT
-\
JOURNALISTE.- MONSIEUR LE PRESIDENT, REVENONS-EN A LA POLITIQUE ET AU "BON CHOIX". AU-SEIN DE LA MAJORITE A LAQUELLE VOUS AVIEZ APPORTE VOTRE CAUTION, EN QUELQUE SORTE, IL Y A EU TOUTES SORTES DE QUERELLES. IL Y A EU UNE CONTESTATION QUI PARFOIS, A MEME CHERCHE A ATTEINDRE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. COMMENT EXPLIQUEZ-VOUS QUE DES HOMMES QUI ONT ETE ELUS SUR DES IDEES COMMUNES, PAR DES ELECTEURS COMMUNS AIENT PU ARRIVER, EN UN TEMPS RELATIVEMENT BREF, A CET _ETAT DE DIVISION ?
- LE PRESIDENT.- CES DIFFICULTES OU CES QUERELLES NE SONT PAS VENUES DE CEUX QUI ONT ETE ELUS EN MARS 1978 `DATE ` ELECTIONS LEGISLATIVES`, APRES UNE BATAILLE MENEE EN_COMMUN. ELLES SONT VENUES DES APPAREILS DES PARTIS. CECI APPELLE DE MA PART UNE CLARIFICATION : LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE N'EST PAS EN _RAPPORT DIRECT AVEC LES APPAREILS DES PARTIS. CE N'EST PAS SA FONCTION. IL EST EN -RAPPORT AVEC LES INSTITUTIONS. ET JE DISTINGUE TOUJOURS SOIGNEUSEMENT LES DEUX NIVEAUX. LA CONSTITUTION ELLE-MEME LES DISTINGUE. ELLE CONFIE AUX PARTIS POLITIQUES UNE FONCTION PARTICULIERE QUI EST DE "CONCOURIR A L'EXPRESSION DU SUFFRAGE". LE ROLE DES PARTIS POLITIQUES, NOTAMMENT LORS DES GRANDES CONSULTATIONS ELECTORALES, EST DE PARTICIPER A L'INFORMATION ET A L'EXPLICATION DU CHOIX DES FRANCAIS. LE PARLEMENT, EN REVANCHE, EST UNE DES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE, ET L'ELU, QU'IL APPARTIENNE OU NON A UNE FORMATION POLITIQUE, DEVIENT PARTIE INTEGRANTE DE CETTE INSTITUTION. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A PARMI LES DEVOIRS DE SA CHARGE CELUI DE VEILLER AU FONCTIONNEMENT REGULIER DES POUVOIRS PUBLICS. IL ENTRETIENT DONC DES RELATIONS REGULIERES AVEC LE PARLEMENT ET LES ELUS. J'OBSERVE QU'AU-SEIN DES INSTITUTIONS, C'EST-A-DIRE ENTRE LE PARLEMENT D'UNE_PART, ET LE GOUVERNEMENT D'AUTRE_PART, LES RAPPORTS ONT ETE SATISFAISANTS, LES TENSIONS FAIBLES ET LES QUERELLES VITE SURMONTEES
-\
`REPONSE` MA CONVICTION EST QUE L'UNION DE LA MAJORITE CORRESPOND A LA FOIS AU DESIR PSYCHOLOGIQUE DES FRANCAIS, ET A LA LOGIQUE POLITIQUE DE LA SITUATION. D'ABORD AU DESIR PSYCHOLOGIQUE DES FRANCAIS. ILS SOUHAITENT QUE DANS LES GRANDES CIRCONSTANCES, OU SUR LES GRANDS CHOIX, LA MAJORITE SOIT UNIE. QUAND JE DIS UNIE, JE NE VEUX PAS DIRE UNIFORME. J'AI TOUJOURS PENSE QU'IL ETAIT BON QU'IL Y EUT DES TENDANCES DISTINCTES A L'INTERIEUR DE LA MAJORITE, QU'IL Y AIT MEME UNE DISCUSSION DIALECTIQUE ENTRE CES TENDANCES, MAIS QUE CETTE DISCUSSION S'ARRETE LA OU LA QUERELLE COMMENCE. ET J'OBSERVE QUE, DANS TOUTES LES CONSULTATIONS RECENTES, SE MANIFESTE CE DESIR PSYCHOLOGIQUE DES FRANCAIS DE VOIR PRESERVEE L'UNION DE LA MAJORITE. EN SECOND _LIEU, LA LOGIQUE POLITIQUE VEUT QU'IL Y AIT UNION DE LA MAJORITE. A-PARTIR DU MOMENT, EN EFFET, OU IL N'Y A PAS DE MAJORITE ALTERNATIVE DE GOUVERNEMENT - ET IL N'Y EN A PAS A L'HEURE ACTUELLE - IL EST INDISPENSABLE QUE CEUX QUI EXERCENT CETTE RESPONSABILITE APPARAISSENT COMME UNE MAJORITE DE GOUVERNEMENT, C'EST-A-DIRE COMME UNE MAJORITE CAPABLE DE SE REUNIR SUR L'ESSENTIEL
-\
JOURNALISTE.- MONSIEUR LE PRESIDENT, COMMENT VOYEZ-VOUS L'AVENIR DE LA MAJORITE ? AVEZ-VOUS L'INTENTION VOUS-MEME DE PRENDRE DES INITIATIVES QUI FAVORISERAIENT SA REUNIFICATION ?
- LE PRESIDENT.- LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE N'EST PAS EN PRISE DIRECTE SUR LA MAJORITE. LA ENCORE, JE SUIS TRES ATTENTIF AU JEU DES INSTITUTIONS : C'EST LE PREMIER MINISTRE QUI EST AU CONTACT DIRECT DE LA MAJORITE PARLEMENTAIRE. C'EST LUI QUI CONDUIT LE GOUVERNEMENT DANS SES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT. LE ROLE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE EST DE FAIRE EN SORTE QUE D'UNE_PART LES INSTITUTIONS, ET D'AUTRE_PART LES PARTIS, FONCTIONNENT DANS L'ESPRIT DE LA CONSTITUTION, CE QUI, JE L'AI DIT, NECESSITE UNE BONNE ENTENTE AU-SEIN DE LA MAJORITE. JE VOUS DEMANDE DE TOUJOURS SITUER MES INITIATIVES SELON CES DEUX NIVEAUX
-\
`REPONSE` AU-NIVEAU DES INSTITUTIONS, JE REUNIRAI AVANT LE DEBUT DE LA SESSION PARLEMENTAIRE, AUTOUR DU PREMIER MINISTRE `RAYMOND BARRE` LES PRESIDENTS DES GROUPES DE LA MAJORITE, DE L'ASSEMBLEE_NATIONALE ET DU SENAT, POUR M'ASSURER DES CONDITIONS DE PREPARATION DE LA SESSION PARLEMENTAIRE, ET POUR VOIR COMMENT LES REFLEXIONS ET LES PROPOSITIONS DES DEUX GROUPES DE LA MAJORITE POURRONT ETRE PRISES EN CONSIDERATION PAR LE GOUVERNEMENT DANS LA PREPARATION DE LA SESSION.
- POUR CE QUI CONCERNE LE ROLE DES PARTIS POLITIQUES, NOUS ALLONS AVOIR UNE EXPRESSION DU SUFFRAGE UNIVERSEL AU PRINTEMPS, LE 10 JUIN `1979 ` DATE`, AVEC L'ELECTION DE L'ASSEMBLEE_DES_COMMUNAUTES_EUROPEENNES. LA, LES PARTIS POLITIQUES ONT EFFECTIVEMENT UN ROLE POSITIF A JOUER. IL SE TROUVE QUE LES FORMATIONS DE LA MAJORITE ONT, SUR LA QUESTION EUROPEENNE, DES CONCEPTIONS ET DES SENSIBILITES DIFFERENTES. ENCORE FAUT-IL EXAMINER COMMENT L'UNITE FONDAMENTALE DE LA MAJORITE PEUT ETRE PRESERVEE MALGRE CES DIVERGENCES. J'AI SUIVI L'EVOLUTION DE CETTE QUESTION DU TEMPS DU GENERAL DE GAULLE ET DE GEORGES POMPIDOU. CE DEBAT PEUT ETRE CLARIFIE ET EN TOUT CAS CIRCONSCRIT. JE _COMPTE M'EN ENTRETENIR AVEC LES DIRIGEANTS DES PARTIS. C'EST POURQUOI JE RECEVRAI SUCCESSIVEMENT M. JACQUES CHIRAC ET M. JEAN LECANUET
-\
JOURNALISTE.- MONSIEUR LE PRESIDENT, PENSEZ-VOUS QUE LA SESSION EXTRAORDINAIRE QUI VIENT DE S'ACHEVER AIT NUI, COMME CERTAINS LE DISENT AU PRESTIGE DU PARLEMENT ?
- LE PRESIDENT.- JE SUIS TRES ATTACHE A LA PLACE DU PARLEMENT DANS LES INSTITUTIONS FRANCAISES. JE SUIS MOI-MEME D'ORIGINE ET, SI VOUS ME LE PERMETTEZ, DE FAMILLE PARLEMENTAIRE. JE CONSIDERE QUE LE PARLEMENT EST UN ELEMENT CENTRAL DE NOTRE VIE POLITIQUE ET INSTITUTIONNELLE. JE L'AI MARQUE PAR DEUX ACTIONS.
- JE SUIS A L'ORIGINE DE LA SEULE REFORME QUI AIT AMELIORE RECEMMENT CERTAINS ASPECTS DE LA VIE PARLEMENTAIRE CELLE DE L'INTRODUCTION DES QUESTIONS D'ACTUALITE DU MERCREDI, AVEC LA PRESENCE OBLIGATOIRE DU PREMIER MINISTRE ET DES MEMBRES DU GOUVERNEMENT.
- VIS-A-VIS DU SENAT, J'AI TENU, VOUS LE SAVEZ, A LE FAIRE DELIBERER, A PLUSIEURS REPRISES, PAR APPLICATION DE L'ARTICLE DE LA CONSTITUTION QUI LUI PERMET DE SE PRONONCER SUR UNE DECLARATION DE POLITIQUE GENERALE
-\
`REPONSE` CONNAISSANT BIEN LE PARLEMENT, JE SAIS QUE LES TRAVAUX PARLEMENTAIRES SONT DES MECANISMES FRAGILES ET DONT LE FONCTIONNEMENT DOIT ETRE SOIGNEUSEMENT PREPARE. C'EST AINSI QUE, PAR EXEMPLE, UN ACCORD VIENT D'ETRE SIGNE ENTRE LE CNPF ET L'ENSEMBLE DES ORGANISATIONS SYNDICALES SUR L'INDEMNISATION DU CHOMAGE. EH BIEN, CET ACCORD A ETE PREPARE PAR LE PARLEMENT AU-COURS DE LA SESSION EXTRAORDINAIRE SUR L'EMPLOI TENUE FIN DECEMBRE `1978 ` DATE`. LE PROJET, PRESENTE PAR LE GOUVERNEMENT, A ETE ETUDIE, DISCUTE ET VOTE. IL A PERMIS L'ADOPTION, LA SEMAINE DERNIERE, DE LA REORGANISATION COMPLETE DU SYSTEME D'INDEMNISATION DU CHOMAGE. JE SAIS PAR EXPERIENCE QUE LES TRAVAUX PARLEMENTAIRES DOIVENT ETRE SOIGNEUSEMENT PREPARES. C'EST POURQUOI, EN_VUE DES TRAVAUX DE LA PROCHAINE SESSION, JE PREVOIS CETTE REUNION AVEC LE PREMIER MINISTRE `RAYMOND BARRE` ET LES PRESIDENTS DE GROUPE, DE FACON A VEILLER AU DEROULEMENT UTILE DES TRAVAUX PARLEMENTAIRES
-\
JOURNALISTE.- MONSIEUR LE PRESIDENT, SUR-LE-PLAN POLITIQUE, UNE _ENTREPRISE QUE VOUS AVIEZ AMORCEE DANS LA SUITE IMMEDIATE DES ELECTIONS LEGISLATIVES, ETAIT L'AMELIORATION DU DIALOGUE ENTRE LE POUVOIR QUE VOUS REPRESENTEZ ET L'OPPOSITION, ET AUSSI ENTRE LA MAJORITE ET L'OPPOSITION. EST-CE QU'ON PEUT DIRE QUE CA A DONNE DES RESULTATS ? EST-CE QUE C'EST EN PROGRES ?
- LE PRESIDENT.- IL Y A EU UNE PREMIERE PHASE DE PROGRES, QUI A DURE PRATIQUEMENT JUSQU'A L'AUTOMNE. ENSUITE, IL N'Y A PLUS EU DE PROGRES. CELA EST DU LARGEMENT A L'EVOLUTION DES PREOCCUPATIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES QUI A ENTRAINE UN DURCISSEMENT DU CLIMAT POLITIQUE. J'AI EVITE, EN CE QUI ME CONCERNE, D'AJOUTER QUOI QUE CE SOIT A CE DURCISSEMENT. JE PENSE NEANMOINS QUE DES RELATIONS PLUS NORMALES AVAIENT COMMENCE A S'ETABLIR, QU'IL FAUT PERSEVERER DANS L'EFFORT ET QUE C'EST UN BIEN POUR TOUT LE MONDE. CERTES, IL Y A DES PROBLEMES QU'ON NE PEUT MEME PAS SONGER A ABORDER D'UNE MANIERE POLEMIQUE, CAR UNE DISCUSSION DE CE TYPE SUR CES POINTS EST CONDAMNEE AU DEPART A ETRE STERILE. PAR EXEMPLE, UNE DISCUSSION POLEMIQUE ET SUPERFICIELLE SUR L'ADAPTATION DE L'ECONOMIE FRANCAISE AUX NOUVELLES DONNEES DE L'ECONOMIE EST EVIDEMMENT CONDAMNEE A ETRE STERILE. OR, JE CROIS QUE LES FRANCAIS SOUHAITENT QUE LE DEBAT POLITIQUE SOIT UN DEBAT A CONTENU POSITIF. C'EST POURQUOI, LORSQUE L'OCCASION S'EN REPRESENTERA - ET ELLE S'EN REPRESENTERA - JE CONTINUERAI DE RECHERCHER A CREER UNE ATMOSPHERE DE DISCUSSION ET D'EXPLICATION AVEC LES DIRIGEANTS DE L'OPPOSITION
-\
JOURNALISTE.- POUR LA PREMIERE FOIS, LES FRANCAIS VONT ELIRE DIRECTEMENT LEURS DEPUTES A L'ASSEMBLEE_EUROPEENNE. CETTE ELECTION ALIMENTE D'INNOMBRABLES DEBATS. ET JE VOULAIS VOUS DEMANDER : ETAIT-ELLE VRAIMENT INDISPENSABLE ?
- LE PRESIDENT.- C'EST UNE QUESTION QU'ON SE POSE A PROPOS DE CHAQUE PROGRES. BIEN DES GENS REGRETTENT DE N'ETRE PAS RESTES A L'_ETAT ANTERIEUR. ON POUVAIT SOUHAITER, AU MOMENT DE PASSER A L'AGE DE BRONZE, RESTER A L'AGE DU FER... ET AU MOMENT DE L'AVENEMENT DE LA REPUBLIQUE DEMEURER SOUS LA MONARCHIE... L'HISTOIRE DE L'HUMANITE, C'EST L'HISTOIRE DE SON PROGRES.
- ACTUELLEMENT, CETTE ASSEMBLEE_EUROPEENNE EXISTE. ELLE A DES DEPUTES, ET CES DEPUTES, AU_LIEU D'ETRE ELUS PAR DES ELECTEURS, CE QUI EST LA REGLE UNIVERSELLE, SONT ELUS PAR D'AUTRES DEPUTES DANS LES PARLEMENTS NATIONAUX. POURQUOI UNE ATTITUDE AUSSI MEFIANTE VIS-A-VIS DU SUFFRAGE UNIVERSEL. C'EST UN PROGRES DE FAIRE EN SORTE QUE DES DEPUTES SOIENT ELUS PAR DES ELECTEURS. C'EST ALLER VERS UNE SITUATION NORMALE, D'AILLEURS PREVUE DES L'ORIGINE PAR LE TRAITE_DE_ROME. MAIS CETTE SITUATION EST EN MEME TEMPS LA CONTREPARTIE D'UNE DECISION CONSIDERABLE QUI EST CELLE PRISE EN 1974 `ANNEE` A MON INITIATIVE, ET QUI A ETE LA CREATION DU CONSEIL_EUROPEEN
-\
`REPONSE` JE VOUS RAPPELLE QUE LE CONSEIL_EUROPEEN ETAIT UN VIEUX REVE DU GENERAL DE GAULLE ET QU'UNE SERIE D'ETUDES, DE PROPOSITIONS, QU'IL AVAIT FAITES ET QUI N'AVAIENT PAS ABOUTI, TENDAIENT A CETTE REUNION DES CHEFS_D_ETAT ET DE GOUVERNEMENT EUROPEENS. VOUS SAVEZ QUE C'EST MAINTENANT UNE INSTITUTION REGULIERE, QUI PREND MEME PROGRESSIVEMENT LE PREMIER RANG DANS LES INSTITUTIONS EUROPEENNES PUISQUE C'EST ELLE QUI TRANCHE LES PROBLEMES LES PLUS IMPORTANTS. A-PARTIR DU MOMENT OU CETTE INSTANCE SOUHAITEE PAR LA FRANCE S'AFFIRMAIT ET DONNAIT L'IMPULSION ET SA COLORATION A L'ORGANISATION DE L'EUROPE, LA CONTREPARTIE ETAIT QU'UNE AUTRE INSTITUTION PUISSE ETRE CONDUITE VERS SON STATUT NORMAL, C'EST-A-DIRE QUE LES DEPUTES SOIENT ELUS AU SUFFRAGE UNIVERSEL. VOUS OBSERVEREZ QUE LA PLUPART DES AUTRES PAYS CECI NE DONNE PAS _LIEU A UN GRAND DEBAT. LE DEBAT, A L'HEURE ACTUELLE EST CANTONNE A LA FRANCE. A MON AVIS, A PROPOS D'UNE FAUSSE QUESTION QUI EST CELLE DES POUVOIRS DE L'ASSEMBLEE_EUROPEENNE. C'EST POURQUOI JE PROPOSE A L'ENSEMBLE DES PARTIS POLITIQUES FRANCAIS DE DECLARER ENSEMBLE QUE LES POUVOIRS DE CETTE ASSEMBLEE NE SERONT PAS MODIFIES PAR L'ELECTION. CHACUN D'EUX EXPLIQUERA DANS SA CAMPAGNE ELECTORALE QUE CETTE ASSEMBLEE EXERCERA LES POUVOIRS CONFERES PAR LE TRAITE_DE_ROME, ET RIEN D'AUTRE
-\
JOURNALISTE.- ON DIT PARFOIS QUE LA POLITIQUE DANS LAQUELLE NOUS SOMMES ENGAGES CONDUIT A LA DISPARITION DE LA FRANCE EN TANT QUE NATION INDEPENDANTE. CETTE FORMULE EST POLEMIQUE. MAIS PEUT-ON DEFINIR DANS LA FUTURE CONFEDERATION A LAQUELLE VOUS PENSEZ... QUELLE SERA LA PART DE RESPONSABILITE QUI RESTERA AUX ETATS ET QUELLE SERA LA PART DELEGUEE A UNE AUTORITE CONFEDERALE ?
- LE PRESIDENT.- ON PEUT LE FAIRE. IL FAUDRA LE FAIRE. JE L'AVAIS DEMANDE, DU TEMPS DU PRESIDENT POMPIDOU. J'AVAIS DEMANDE QU'ON FASSE CETTE CLASSIFICATION ENTRE CE QUI EST DU DOMAINE NATIONAL ET CE QUI PEUT ETRE DU DOMAINE CONFEDERAL. IL FAUDRA ETABLIR CETTE CLASSIFICATION. JE CONSIDERE PAR EXEMPLE QUE C'EST A TORT QUE LA POLITIQUE REGIONALE A ETE CONSIDEREE COMME UNE POLITIQUE COMMUNAUTAIRE. LA POLITIQUE REGIONALE AURAIT DU RESTER UNE POLITIQUE NATIONALE.
- A L'ECHELON CONFEDERAL, ON PEUT TRAITER DE TOUT CE QUI EST LIE A L'ACTIVITE ECONOMIQUE GENERALE ET DE TOUT CE QUI TOUCHE A L'EVOLUTION DE LA POLITIQUE SOCIALE Y COMPRIS LES QUESTIONS SOCIALES LIEES A LA CONCURRENCE, C'EST-A-DIRE A L'HARMONISATION DES POLITIQUES SOCIALES QUI PERMETTE D'EVITER LES PHENOMENES DE CONCURRENCE ABUSIVE EN EUROPE
-\
`REPONSE` MAIS POUR BIEN REPONDRE A VOTRE QUESTION, IL FAUT RAISONNER SUR UNE LONGUE PERIODE. LA FRANCE, PENDANT TOUT LE XIXE SIECLE ET AU DEBUT DU XXE SIECLE, ETAIT MOINS INTERESSEE PAR L'EUROPE QU'ELLE NE L'EST AUJOURD'HUI. ELLE L'ETAIT MOINS, CAR ELLE AVAIT MOINS D'INFLUENCE SUR CE QUI SE PASSAIT AU DANEMARK, EN IRLANDE, EN ITALIE, QU'AUJOURD'HUI. JE CONSIDERE A L'HEURE ACTUELLE QUE L'INFLUENCE FRANCAISE, SANS ETRE LE MOINS DU MONDE IMPERIALISTE, EST PLUS GRANDE QU'ELLE NE L'ETAIT DANS LES PERIODES OU NOUS PENSIONS QUE NOUS AFFIRMIONS DAVANTAGE NOTRE AUTORITE. NOUS DEVONS NOUS DONNER POUR OBJECTIF D'ETRE DAVANTAGE PRESENTS ENCORE SUR LE LONG TERME. LA FRANCE NE DISPARAITRA PAS DANS L'EUROPE MAIS ELLE SERA PRESENTE EN EUROPE, COMME L'ONT SOUHAITE TOUS LES GRANDS DIRIGEANTS HISTORIQUES DE LA FRANCE, DE CHARLEMAGNE A LOUIS XIV, ET DE BONAPARTE A DE GAULLE
-\
JOURNALISTE.- VOUS NE REDOUTEZ PAS QUE L'EUROPE FUTURE SOIT DOMINEE PAR LA PUISSANCE ALLEMANDE ?
- LE PRESIDENT.- C'EST UN THEME QUI PREOCCUPE CERTAINS ET QUE L'ON EXPLOITE DE FACON A CREER UN REFLEXE DE PEUR DANS L'OPINION FRANCAISE. ON NE SE REND PAS _COMPTE QUE LA REPONSE NORMALE A UN NATIONALISME ANTIGERMANIQUE SERAIT UN NATIONALISME GERMANIQUE. ET SI ON SUSCITE UN NATIONALISME ANTI-GERMANIQUE, ON COMMET LA PLUS MAUVAISE ACTION QUI SOIT, QUI EST DE POUSSER A LA RENAISSANCE D'UNE CALAMITE HISTORIQUE POUR L'EUROPE, DONT NOTRE GENERATION A SUBI LES CONSEQUENCES. LA FRANCE A LA CAPACITE D'ETRE SUR UN PIED D'EGALITE AVEC L'ALLEMAGNE `RFA`. JE CONNAIS SUFFISAMMENT LES ALLEMANDS POUR AFFIRMER QU'A L'HEURE ACTUELLE ILS NE CROIENT PAS QU'ILS PUISSENT IMPOSER LEUR VOLONTE A LA FRANCE. DANS L'AVENIR, POUR DES RAISONS DEMOGRAPHIQUES ET ECONOMIQUES, CETTE SITUATION DEVRAIT, SI NOUS FAISONS LES EFFORTS NECESSAIRES, EVOLUER A NOTRE AVANTAGE
-\
JOURNALISTE.- L'INFLUENCE DE LA FRANCE, L'INNOVATION SCIENTIFIQUE, LA CREATION ARTISTIQUE, LA RENOMMEE CULTURELLE, ONT TOUJOURS ETE LA GLOIRE DE LA FRANCE ET UNE PARTIE TRES IMPORTANTE DE SON STATUT DANS LE MONDE. N'AVEZ-VOUS PAS L'IMPRESSION QUE NOUS CONNAISSONS UN PASSAGE A VIDE ?
- LE PRESIDENT.- IL EST TOUJOURS DIFFICILE D'EN JUGER ET LES EPOQUES SE SONT TROMPEES SUR ELLES-MEMES. LES EPOQUES QUI ONT CRU ETRE TRIOMPHANTES DU POINT_DE_VUE ARTISTIQUE, COMME LE SECOND EMPIRE, ETAIENT TRIOMPHANTES, MAIS NON PAS POUR LES OEUVRES DANS LESQUELLES ELLES CROYAIENT
- A L'HEURE ACTUELLE, IL Y A DES DOMAINES OU LA FRANCE EXERCE UN RAYONNEMENT MONDIAL. EN MATHEMATIQUES, DANS D'AUTRES DOMAINES DE LA PHILOSOPHIE, DE LA MEDECINE, DES SCIENCES ET DES TECHNIQUES, LA PENSEE FRANCAISE EST INCONTESTABLEMENT AU PLUS HAUT NIVEAU DE LA PENSEE UNIVERSELLE. IL EST TRES IMPORTANT D'EN AVOIR LA PREOCCUPATION AU-NIVEAU DU GOUVERNEMENT, ET DE PROLONGER DANS LES PROCHAINES ANNEES CE QUI A ETE FAIT SUR-LE-PLAN DE LA CULTURE, DU DEVELOPPEMENT CONSIDERABLE DES MUSEES, DE L'EFFORT EXCEPTIONNEL EN_FAVEUR DE LA MUSIQUE, DE LA CONSIDERATION PERSONNELLE QUE JE PORTE AUX INTELLECTUELS DE NOTRE PAYS. LE GOUVERNEMENT CONTINUERA D'AIDER L'EXPRESSION ET L'AFFIRMATION CULTURELLES DE LA FRANCE. J'AI PROPOSE QUE CE SOIT LA FRANCE QUI ORGANISE L'EXPOSITION `UNIVERSELLE` DE L'AN 2000. BIENTOT, DES TRAVAUX DE PREPARATION VONT ETRE ENGAGES. CE SERA L'OCCASION D'UNE AFFIRMATION CULTURELLE POUR LA FRANCE. CAR C'EST LA FRANCE QUI MONTRERA COMMENT LA SOCIETE HUMAINE DE LA FIN DE NOTRE SIECLE SE PREPARE DANS TOUS SES ASPECTS A L'ENTREE DANS LE TROISIEME MILLENAIRE, ET COMMENT, APRES LA GRANDE PEU DE L'AN MIL NOUS NOUS INTERROGERONS SUR CE QUI PEUT ETRE L'ESPOIR DE L'AN 2000
-\

Voir tous les articles et dossiers