Publié le 23 janvier 1978

ALLOCUTION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING, A L'OCCASION DU XEME ANNIVERSAIRE DE L'INSTITUT NATIONAL DE LA CONSOMMATION, LUNDI 23 JANVIER 1978

ALLOCUTION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING, A L'OCCASION DU XEME ANNIVERSAIRE DE L'INSTITUT NATIONAL DE LA CONSOMMATION, LUNDI 23 JANVIER 1978

23 janvier 1978 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger ALLOCUTION DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING, A L'OCCASION DU XEME ANNIVERSAIRE DE L'INSTITUT NATIONAL DE LA CONSOMMATION, LUNDI 23 JANVIER 1978 - PDF 566 Ko
MADAME LA PRESIDENT, MADAME LE SECRETAIRE_D_ETAT, MONSIEUR LE DIRECTEUR, MESDAMES ET MESSIEURS LES MEMBRES DU CONSEIL D'ADMINISTRATION, MESDAMES ET MESSIEURS, VOUS CELEBREZ AUJOURD'HUI, COMME L'INDIQUE CETTE AFFICHE, LE XEME ANNIVERSAIRE DE L'INSTITUT NATIONAL DE LA CONSOMMATION `INC`. A MI-PARCOURS, IL Y A EXACTEMENT CINQ ANS, EN INAUGURANT LE PREMIER SALON DU CONSOMMATEUR DE 1972, J'AVAIS EU L'OCCASION DE CONSTATER QUE L'INSTITUT ETAIT DEJA UNE REUSSITE. AUJOURD'HUI, CE JUGEMENT MERITE D'ETRE CONFIRME. LA NOTORIETE ACQUISE PAR VOTRE ETABLISSEMENT, LA QUALITE ET LA REPUTATION DE SES TRAVAUX, QU'IL S'AGISSE D'ESSAIS COMPARATIFS, D'ACTIONS DE FORMATION ET D'INFORMATION, OU DE REFLEXION ECONOMIQUE ET JURIDIQUE, LE ROLE D'ANIMATION ET DE CONTACT QU'IL JOUE A LA FRONTIERE DES ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS, DU MONDE DE LA PRODUCTION ET DES SERVICES PUBLICS, TOUT CECI CONCOURT A FAIRE DE LUI AUJOURD'HUI UN PIVOT DE LA POLITIQUE DE LA CONSOMMATION ET DE LA DEFENSE DU CONSOMMATEUR. C'EST POURQUOI, JE TIENS A FACILITER L'INSTITUT, SA PRESIDENTE, QUI, EN-RAISON DES AUTRES FONCTIONS QU'ELLE EXERCE, NOUS RAPPELLE QUE LE PROBLEME DE LA CONSOMMATION N'EST PAS LIMITE AUX SEULS GRANDS CENTRES URBAINS, MAIS CONCERNE LA TOTALITE DE NOTRE TERRITOIRE NATIONAL ET DE NOTRE VIE RURALE £ ELLE NOUS RAPPELLE EGALEMENT QU'IL Y A, COMME ON LE SAIT, DES RELATIONS ETROITES ENTRE LES PROBLEMES DE LA CONSOMMATION ET CEUX DE LA FAMILLE £ SON CONSEIL D'ADMINISTRATION QUI ANIME ET ORIENTE L'ACTION DE L'INSTITUT £ SON ACTIF DIRECTEUR M. HENRI ESTINGOY QUE J'AVAIS MOI-MEME NOMME A CETTE FONCTION ET DONT CHACUN RECONNAIT A LA FOIS L'EFFICACITE ET L'ATTACHEMENT AU BIEN PUBLIC, ENFIN, TOUS SES COLLABORATEURS POUR LA QUALITE DU TRAVAIL ACCOMPLI AU-COURS DE CES DIX DERNIERES ANNEES AU_SERVICE DE LA CONSOMMATION
-\
J'AURAI TOUT A L'HEURE L'OCCASION DE FAIRE UN VOEU POUR LES DIX PROCHAINES ANNEES DE L'INSTITUT NATIONAL DE LA CONSOMMATION. DES MAINTENANT, J'EXPRIME LE SOUHAIT QU'AU-COURS DE CES PROCHAINES ANNEES, LE PROBLEME DE SON INSTALLATION ET DE SES MOYENS DE TRAVAIL, PUISSE TROUVER UNE SOLUTION APPROPRIEE. J'AVAIS PREVU DE RESERVER DEUX JOURS, AUJOURD'HUI ET DEMAIN, A LA REFLEXION SUR LES PROPOS QUE JE DOIS TENIR A LA FIN DE LA SEMAINE, EN BOURGOGNE. J'AI TENU A INTERROMPRE CETTE REFLEXION POUR VENIR PARTICIPER A CETTE COMMEMORATION, EN-RAISON DE SON IMPORTANCE PARCE QU'ELLE TRAITE D'UN PROBLEME QUI EST AU_COEUR DE BIEN DES ASPECTS DE LA VIE SOCIALE DE LA FRANCE : LE PROBLEME DE LA CONSOMMATION. ET LES REFLEXIONS QUE JE VOUS PRESENTERAI S'ARTICULENT AUTOUR DE DEUX QUESTIONS : LA CONSOMMATION, POURQUOI ? LA CONSOMMATION, COMMENT ? POURQUOI D'ABORD Y A-T-IL _LIEU DE METTRE EN_OEUVRE UNE POLITIQUE DE LA CONSOMMATION ? IL N'Y A PAS SI LONGTEMPS, LA CONSOMMATION, COMME D'AILLEURS LES LOISIRS, DU FAIT QU'ELLE EST UN ACTE INDIVIDUEL, ETAIT CONSIDEREE COMME ETANT DE CEUX AUXQUELS LES POUVOIRS PUBLICS N'ONT PAS DE RAISON DE S'INTERESSER. C'ETAIT UNE ERREUR : DES LORS QUE LA CONSOMMATION EST DEVENUE, COMME ELLE L'EST DANS TOUTES LES GRANDES DEMOCRATIES INDUSTRIELLES, UN PHENOMENE DE MASSE, ELLE DOIT FAIRE L'OBJET D'UNE ACTION CONSCIENTE DE LA COLLECTIVITE. CETTE NECESSITE EST PARFOIS MASQUEE PAR UNE AUTRE ERREUR, EN QUELQUE SORTE SYMETRIQUE DE LA PREMIERE : L'ERREUR QUI CONSISTE A PENSER, COMME BEAUCOUP LE FONT ENCORE AUJOURD'HUI, QUE LES SEULS VRAIS PROBLEMES SONT CEUX DE LA PRODUCTION ET DE LA REMUNERATION DU TRAVAIL PRODUCTIF. COMME SI, UNE FOIS CES PROBLEMES RESOLUS, CEUX DE LA CONSOMMATION DEVAIENT L'ETRE AUTOMATIQUEMENT, PAR EUX-MEMES PAR VOIE DE CONSEQUENCE
-\
OR, NOUS SAVONS BIEN, AUJOURD'HUI, QU'IL N'EN EST RIEN, LA CONSOMMATION EST UNE ACTIVITE QUI N'EST NI SUBORDONNEE, NI SECONDAIRE, MAIS AU CONTAIRE FONDAMENTALE ET MOTRICE. EN TOUT CAS, IL EN EST AINSI DANS LES PAYS COMME LE NOTRE, DANS NOS DEMOCRATIES INDUSTRIELLES QUI ONT ETE SOUVENT QUALIFIEES DANS LE PASSE DE "SOCIETES DE CONSOMMATION". JE SAIS BIEN QUE CETTE EXPRESSION LEUR A ETE APPLIQUEE DANS UN ESPRIT DE DENIGREMENT, ET A CAUSE DE CERTAINS EXCES QUI ONT ETE INCONTESTABLEMENT OBSERVES. MAIS IL FAUT SOULIGNER AUSSI ET JE DIRAIS EN SENS CONTRAIRE, QUE LA CONSOMMATION EST LA FINALITE PRINCIPALE ET LE MOTEUR LE PLUS IMPORTANT DE L'ENSEMBLE DE NOS ACTIVITES ECONOMIQUES. A ELLE SEULE, EN FRANCE, A L'HEURE ACTUELLE, LA CONSOMMATION ABSORBE PLUS DES DEUX TIERS DE NOS RESSOURCES NATIONALES. ELLE EST LA RAISON D'ETRE DE LA MAJEURE PARTIE DES EFFORTS DES TRAVAILLEURS ET DES ENTREPRISES. DONC, TOUT EN CONSERVANT NOTRE JUGEMENT ET NOTRE ESPRIT CRITIQUE ENVERS LA CONSOMMATION, QUI N'EST CERTAINEMENT PAS LA SEULE FONCTION DE L'HOMME, ET ENVERS LA SOCIETE DE CONSOMMATION, QUI N'EPUISE PAS A COUP SUR LES FINALITES DE LA VIE SOCIALE, NE PERDONS PAS DE VUE CE POINT ESSENTIEL : UNE DEMOCRATIE MODERNE, C'EST-A-DIRE UNE DEMOCRATIE QUI PLACE L'EPANOUISSEMENT INDIVIDUEL AU PREMIER RANG DE SES OBJECTIFS DOIT ETRE CAPABLE DE TRAITER LES PROBLEMES DE LA CONSOMMATION
-\
CONSOMMATION, COMMENT ? A CETTE QUESTION, LA REPONSE EST DOUBLE. LE PREMIER ELEMENT EST UN CHOIX DE STRUCTURE ECONOMIQUE, LE CHOIX DE LA CONCURRENCE COMME REGLE, DE L'INITIATIVE COMME RESSORT, DE LA LIBERTE COMME PRINCIPE. JE CONNAIS TOUT CE QUE L'ON A PU DIRE OU ECRIRE SUR LA MANIPULATION DU CONSOMMATEUR DANS LES ECONOMIES DE MARCHE. LOIN DE MOI L'IDEE DE TENIR CES CRITIQUES POUR NEGLIGEABLES. ELLES SONT SERIEUSES ET DIGNES DE CONSIDERATION, ET J'AURAI L'OCCASION D'Y REVENIR DANS UN INSTANT. MAIS LA AUSSI, QUE L'ARBRE NE NOUS CACHE PAS LA FORET. QUE LES IMPERFECTIONS, TROP REELLES, DU MARCHE, NE NOUS CACHENT PAS LA NECESSITE DU MARCHE. DANS LE MONDE CONTEMPORAIN, TOUTE L'EXPERIENCE ECONOMIQUE EUROPEENNE, AMERICAINE, ASIATIQUE, ET, REVENANT DE COTE_D_IVOIRE, J'AJOUTE, AFRICAINE, LE PROUVE : SEULES LES ECONOMIES DE MARCHE SONT EFFICACEMENT AU SERVICE DU CONSOMMATEUR. SI ON LAISSE DE COTE LES IDEOLOGIES POUR NE CONSIDERER QUE LES FAITS, FORCE NOUS EST DE CONSTATER CECI : LES SYSTEMES ECONOMIQUES DONT LA REGULATION EST ASSUREE PAR UNE PLANIFICATION CENTRALE OFFRENT AU CONSOMMATEUR DES SATISFACTIONS INFINIMENT MOINS GRANDES, EN QUANTITE ET EN QUALITE, QUE CELLES QUI REPOSENT SUR LE LIBRE JEU DU MARCHE. SI CES FAITS CONTRARIENT DES IDEES PRECONCUES, NOUS N'Y POUVONS RIEN : CE SONT DES FAITS. SACHONS RECONNAITRE LES FAITS. ILS ONT TOUJOURS LE DERNIER MOT. QU'EST-CE QUE CELA PROUVE ? D'ABORD, SUR-LE-PLAN QUANTITATIF, QU'IL N'EST, DANS LA DUREE, AUCUN MOTEUR ECONOMIQUE QUI SOIT PLUS PUISSANT ET PLUS REGULIER QUE CELUI DE L'INITIATIVE ET DE L'EFFORT PERSONNEL. JE PRENDRAIS UN EXEMPLE. PENDANT LA SEULE DUREE DE VIE DE VOTRE JEUNE INSTITUT, C'EST-A-DIRE DEPUIS DIX ANNEES, ET MALGRE LA CRISE MONDIALE INTERVENUE DEPUIS QUATRE ANS, LA CONSOMMATION DES FRANCAIS A AUGMENTE, EN VALEUR REELLE, DE 50 %
-\
LA POLITIQUE DE LA CONSOMMATION, C'EST D'ABORD DE PERMETTRE A LA CONSOMMATION D'AUGMENTER, EN COMMENCANT PAR LA CONSOMMATION POPULAIRE. PRESQUE NULLE PART AU MONDE, ET EN TOUT CAS NULLE PART EN EUROPE, ELLE N'A AUGMENTE PLUS VITE QU'EN FRANCE. LA SECONDE LECON A TIRER DE CES FAITS EST QUE L'ECONOMIE DE MARCHE, RESTE LA MEILLEURE FACON DE PERMETTRE AUX ASPIRATIONS DES CONSOMMATEURS D'ORIENTER QUALITATIVEMENT LA PRODUCTION. BIEN SUR, LORSQU'ON OBSERVE LE DETAIL, COMME VOUS LE FAITES, ET DANS LE COURT TERME, CETTE AFFIRMATION SOUFFRE DES EXCEPTIONS NOMBREUSES. MAIS DANS LA LONGUE DUREE, ET GLOBALEMENT, ELLE N'EST PAS SERIEUSEMENT CONTESTABLE. MAIS LA DEMOCRATIE NE DOIT PAS ETRE L'ANARCHIE. CECI EST VRAI DANS LE DOMAINE DE LA CONSOMMATION COMME DANS LES AUTRES. C'EST POURQUOI UNE POLITIQUE DE LA CONSOMMATION EST LE COMPLEMENT INDISPENSABLE DE LA LIBERTE DE LA CONSOMMATION. CETTE POLITIQUE, ET VOTRE INSTITUT Y A BEAUCOUP CONTRIBUE, PAR SES PROPOSITIONS, PAR SES ACTIVITES, A PRIS CORPS PEU A PEU AU-COURS DES DERNIERES ANNEES. LA POLITIQUE DE LA CONSOMMATION EST UNE POLITIQUE DE PAYS DEVELOPPE. AU_FUR_ET_A-MESURE QUE NOUS SOMMES DEVENUS UN PAYS DEVELOPPE, NOUS AVONS RECONNU LA NECESSITE DE CETTE POLITIQUE ET NOUS L'AVONS PROGRESSIVEMENT MISE_EN_PLACE. D'AILLEURS, CETTE EVOLUTION VERS LA RECONNAISSANCE D'UNE NECESSITE DE LA POLITIQUE DE LA CONSOMMATION, ELLE-MEME N'EST PAS ISOLEE : ELLE FAIT PARTIE D'UN ENSEMBLE, CONSOMMATION, ECOLOGIE, LUTTE CONTRE LA BUREAUCRATIE QUI SONT LES TROIS VOLETS D'UN MEME CHANGEMENT EN PROFONDEUR DE NOTRE SOCIETE : CHANGEMENT DANS LE SENS D'UN RESPECT PLUS PROFOND DE L'INDIVIDU, DE SES BESOINS, DE SES DROITS, DE SES ASPIRATIONS. DANS LE SENS D'UNE NOUVELLE CROISSANCE. DANS LE SENS D'UN APPROFONDISSEMENT DE NOTRE DEMOCRATIE ECONOMIQUE ET SOCIALE
-\
AUJOURD'HUI, AU STADE DE DEVELOPPEMENT QUE NOUS AVONS ATTEINT, ET MEME S'IL RESTE ENCORE DANS NOTRE PAYS BEAUCOUP DE BESOINS SOCIAUX, FONDAMENTAUX A SATISFAIRE, IL S'AGIT, NON PLUS SEULEMENT COMME AUTREFOIS DE CONSOMMER DAVANTAGE, MAIS TOUT AUTANT DE CONSOMMER MIEUX. C'EST D'AILLEURS L'ASPIRATION MANIFESTE DES FRANCAISES ET DES FRANCAIS. L'ACTION DIRECTE DES CONSOMMATEURS DOIT Y CONTRIBUER, EN MEME TEMPS QUE LA POLITIQUE DE LA CONSOMMATION. C'EST DE CETTE POLITIQUE QUE JE VOUDRAIS MAINTENANT DIRE QUELQUES MOTS £ ELLE DOIT REPONDRE A DEUX IMPERATIFS : MIEUX PROTEGER LE CONSOMMATEUR, MAIS AUSSI LUI PERMETTRE DE S'AFFIRMER DAVANTAGE. D'ABORD MIEUX PROTEGER LE CONSOMMATEUR, DANS SA SECURITE PHYSIQUE ET DANS SES INTERETS ET DROITS ECONOMIQUES. A CET EGARD, PLUSIEURS DISPOSITIONS ESSENTIELLES, DONT CERTAINES ONT ETE PRISES A L'INITIATIVE DE MME LE SECRETAIRE_D_ETAT A LA CONSOMMATION, DONT JE VOUDRAIS SALUER ICI L'ACTION, ONT PERMIS DE REALISER DE GRAND PROGRES. JE CITERAI QUELQUES EXEMPLES : LA LOI RECENTE SUR LA PROTECTION ET L'INFORMATION DES CONSOMMATEURS `LOI DU 10 JANVIER 1978` PERMET DESORMAIS DE SUSPENDRE SANS DELAI LA COMMERCIALISATION DE PRODUITS DANGEREUX. BEAUCOUP D'ENTRE VOUS SE SOUVIENNENT CERTAINEMENT DE SITUATIONS DE CE TYPE APPARUES DANS LE PASSE ET QU'IL N'AVAIT PAS ETE POSSIBLE DE REDRESSER RAPIDEMENT. ELLE FAIT, IL FAUT LE SAVOIR, DU CONSOMMATEUR FRANCAIS, L'UN DES MIEUX PROTEGES DU MONDE
-\
D'AUTRES MESURES, DONT CERTAINES REMONTENT A PLUSIEURS ANNEES, ET QUE J'AVAIS PROPOSEES EN MON TEMPS COMME MINISTRE, - JE RECONNAIS D'AILLEURS ICI CERTAINS DE CEUX QUI TRAVAILLAIENT AVEC MOI A L'EPOQUE SUR CES SUJETS OU ILS DEPENDAIENT DIRECTEMENT DU MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES -, ONT PERMIS DES PROGRES IMPORTANTS EN-MATIERE DE PUBLICITE DES PRIX, DE MORALISATION DES METHODES DE VENTE, DE REPRESSION DE LA PUBLICITE MENSONGERE. JE VOUS RAPPELLE QUE C'EST SEULEMENT EN 1963 QU'ONT ETE INTRODUITES DANS NOTRE LEGISLATION LES PREMIERES DISPOSITIONS RELATIVES A LA REPRESSION DE LA PUBLICITE MENSONGERE. DE MEME, DES DECISIONS RECENTES, TELLE QUE LA GRATUITE DES PROCEDURES DE JUSTICE `LOI DU 30 DECEMBRE 1977` QUI VIENT D'ETRE DECIDEE PAR LE PARLEMENT, LA GENERALISATION DES PROCEDURES DE CONCILIATION ET DE REGLEMENT AMIABLE, AMELIORERONT LA PROTECTION ECONOMIQUE ET JURIDIQUE DES CONSOMMATEURS, QUI SERONT DESORMAIS MIEUX A MEME DE FAIRE VALOIR LEURS DROITS. JE CONSIDERE COMME TRES IMPORTANTE EGALEMENT, LA DISPOSITION DE LA LOI RECENTE QUI PERMET D'ELIMINER DES CONTRATS LES CLAUSES ABUSIVES QUI PEUVENT Y FIGURER `LOI DU 10 JANVIER 1978`. ENFIN, JE CONSIDERE COMME ESSENTIELLE, POUR LA PROTECTION EN PROFONDEUR ET DURABLE DES INTERETS DE LA CONSOMMATION, LA LOI SUR LE CONTROLE DE LA CONCENTRATION ECONOMIQUE ET LA REPRESSION DES ENTENTES ILLICITES AINSI QUE LES ABUS DE POSITION DOMINANTE `LOI DU 19 JUILLET 1977`. COMME VOUS LE SAVEZ, LES DISPOSITIONS NECESSAIRES ONT ETE PRISES POUR LA MISE EN APPLICATION RAPIDE DES DISPOSITIONS DE CETTE LEGISLATION. TOUT CECI N'IRA PAS SANS MAL TANT SONT ANCREES, TANT SONT PROFONDES CERTAINES DE NOS HABITUDES
-\
NOUS AVONS SU, DEPUIS VINGT ANS, FAIRE ET GAGNER LE PARI DE LA CONCURRENCE EXTERIEURE. ET JE RAPPELLE AUX PLUS ANCIENS D'ENTRE VOUS, QUELLES ETAIENT LES CRAINTES DE TOUTE _NATURE QUI ETAIENT EVOQUEES AVANT 1956 `TRAITE_DE_ROME`, AVANT LA DECISION DE L'ACCEPTATION DE LA CONCURRENCE EXTERIEURE £ C'ETAIT, DISAIT-ON, LA RUINE DE L'ECONOMIE FRANCAISE. AU CONTRAIRE L'OUVERTURE DE NOS FRONTIERES ETAIT UN GAGE D'ACTIVITES ECONOMIQUES ET DE DEVELOPPEMENT DE L'EMPLOI. NOUS L'AVONS AMPLEMENT CONSTATE AU-COURS DES DERNIERES ANNEES ET TOUT RECEMMENT ENCORE AU-COURS DU DERNIER MOIS DE DECEMBRE. EH BIEN, SACHONS NOUS ENGAGER AUJOURD'HUI, - AVEC RAISON ET MESURE, BIEN ENTENDU - DANS L'ELIMINATION DES PROTECTIONNISMES INTERIEURS. ET IL EST IMPORTANT DE POUVOIR _COMPTER DANS CETTE ACTION, SUR LE SOUTIEN ACTIF DE LA CONSOMMATION. S'IL APPARTIENT AUX POUVOIRS PUBLICS D'ASSURER LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS, CEUX-CI NE DOIVENT PAS ETRE UNIQUEMENT ASSISTES ET PROTEGES £ ILS DOIVENT ETRE DYNAMIQUES ET RESPONSABLES DU DEVELOPPEMENT SOCIAL. FACILITER CETTE EVOLUTION NECESSAIRE, TEL EST LE SECOND AXE DE LA POLITIQUE DE LA CONSOMMATION. CETTE ACTION PASSE PAR LA FORMATION ET L'INFORMATION DES CONSOMMATEURS. ELLE SUPPOSE EN_OUTRE QUE LES CONSOMMATEURS S'ORGANISENT. BEAUCOUP A ETE ENTREPRIS. ET NATURELLEMENT, COMME C'EST UNE ACTION LONGUE, - UN PEU COMME LE VIEILLISSEMENT, - ON NE S'EN APERCOIT PAS JOUR APRES JOUR. MAIS SI L'ON COMPARE LA CONSCIENCE QU'ONT LES CONSOMMATEURS DE LEUR ROLE, L'_ETAT DE L'INFORMATION DU CONSOMMATEUR, IL Y A DIX ANS, ET CE QU'ILS SONT DEVENUS AUJOURD'HUI, ON S'APERCOIT DE L'IMPORTANCE DU PROGRES ACCOMPLI
-\
LES PUBLICATIONS ET LES EMISSIONS TELEVISEES DE VOTRE INSTITUT `INC` ET DES ASSOCIATIONS DE CONSOMMATEURS, LES CAMPAGNES D'INFORMATION SUR LES PRIX, PERMETTENT PEU A PEU AUX FRANCAISES ET AUX FRANCAIS D'ETRE DES CONSOMMATEURS MIEUX AVERTIS. J'EN AI ETE PERSONNELLEMENT TRES FRAPPE EN 1977 EN OBSERVANT CERTAINS PHENOMENES ECONOMIQUES. VOUS VOUS SOUVENEZ DES TRES FORTES HAUSSES DE PRIX DE CERTAINS PRODUITS TROPICAUX IMPORTES TELS QUE LES HUILES, LE CAFE ET LE CACAO. IL Y A QUELQUES ANNEES CES HAUSSES AURAIENT SANS DOUTE ETE SUBIES SANS QU'ON OBSERVE DE MOUVEMENTS SENSIBLES DE LA CONSOMMATION. OR, EN-RAISON DES CAMPAGNES D'INFORMATION, ON A PU CONSTATER DES MOUVEMENTS TRES IMPORTANTS DE CONSOMMATION ET NOTAMMENT LA RECHERCHE DE CONSOMMATION DE SUBSTITUTION. IL Y A DONC DESORMAIS DANS LA VIE DE LA CONSOMMATION FRANCAISE, UN DYNAMISME BEAUCOUP PLUS GRAND QU'IL Y A QUELQUES ANNEES. L'ETIQUETAGE D'INFORMATION, AU LANCEMENT DUQUEL J'AVAIS PARTICIPE EN 1970, BIENTOT LES CERTIFICATS DE QUALIFICATION DES PRODUITS, EXERCENT LEUR ACTION DANS LE MEME SENS. POSITIVE EGALEMENT, EST L'INTRODUCTION DANS NOS COLLEGES, DANS LE COLLEGE UNIQUE DE L'EDUCATION DES FRANCAIS, D'UNE FORMATION A LA CONSOMMATION `REFORME HABY`. C'EST POURQUOI, JE ME REJOUIS QU'AU-SEIN DU CONSEIL D'ADMINISTRATION, LE MINISTERE DE L'EDUCATION SOIT REPRESENTE A UN TRES HAUT NIVEAU. PAR TOUS CES MOYENS, IL S'AGIT DE FAIRE QUE LES CONSOMMATEURS FRANCAIS SACHENT MIEUX MESURER ET COMPARER L'UTILITE REELLE DES BIENS QUI LEUR SONT OFFERTS, LEUR DUREE DE VIE, LEUR COUT D'ENTRETIEN, LEUR PRIX
-\
MAIS IL FAUT AUSSI QUE LES CONSOMMATEURS S'ORGANISENT, QU'ILS CONSTITUENT UNE FORCE. LONGTEMPS, NOTRE VIE ECONOMIQUE ET SOCIALE, A ETE MONOPOLISEE PAR LE DIALOGUE ENTRE LES ENTREPRISES ET LES TRAVAILLEURS, DIALOGUE ASSUREMENT INDISPENSABLE, MAIS QUI NE SAURAIT ETRE EXCLUSIF D'AUTRES DIALOGUES. DANS NOTRE DEMOCRATIE, IL EST NECESSAIRE QUE LES CONSOMMATEURS DEVIENNENT DES PARTENAIRES ECONOMIQUES ET SOCIAUX A PART ENTIERE. POUR FACILITER CETTE EVOLUTION, LES MOYENS DES ORGANISATIONS DE CONSOMMATEURS ONT ETE ACCRUS, LA POSSIBILITE LEUR A ETE DONNEE DE SE PORTER PARTIE CIVILE, LEUR REPRESENTATION A ETE INTRODUITE DANS LES PRINCIPAUX ORGANISMES D'ORIENTATION DE LA VIE ECONOMIQUE £ ELLE DEVRA ENCORE ETRE DEVELOPPEE NOTAMMENT AU-SEIN DU CONSEIL_ECONOMIQUE_ET_SOCIAL. CETTE ACTION DEVRA ETRE ENERGIQUEMENT POURSUIVIE. ELLE TROUVERA SA RECOMPENSE DANS LE SENTIMENT CROISSANT DE RESPONSABILITE DES CONSOMMATEURS EUX-MEMES ET DE LEURS ORGANISATIONS
-\
AINSI LE CONSOMMATEUR, NAGUERE PERSONNAGE EFFACE, ET TIMIDE DE NOTRE VIE ECONOMIQUE ET SOCIALE, DEVIENT PEU A PEU UN ACTEUR DE PREMIER RANG. LE SUJET PASSIF QU'IL ETAIT, LE SUJET PARFOIS EXPLOITE QU'IL A PU ETRE, CEDE LA PLACE A UN ETRE MAJEUR, DONT LES DROITS SONT RECONNUS ET QUI PREND EN MAIN SES PROPRES INTERETS. TOUT CECI, BIEN SUR, NE SE FAIT QUE PROGRESSIVEMENT, ET PARFOIS, ME DIREZ-VOUS, TROP LENTEMENT. MAIS L'ESSENTIEL N'EST-IL PAS QUE LE CHANGEMENT SE PRODUISE DANS LE BON SENS. TEL EST BIEN LE CAS AUJOURD'HUI. C'EST CETTE REALITE QUE J'AI VOULU CONSTATER, DEVANT VOUS, APRES L'AVOIR MOI-MEME ENCOURAGEE DE MON MIEUX. POUR TOUT ANNIVERSAIRE, ON EVOQUE A LA FOIS LE CHEMIN PARCOURU ET CELUI QUI RESTE A PARCOURIR. J'AI DIT TOUT A L'HEURE LES VOEUX QUE JE FORMAIS POUR L'INSTITUT NATIONAL DE LA CONSOMMATION, DONT JE SOUHAITE QUE LES MOYENS MATERIELS ET LES MOYENS HUMAINS SOIENT PORTES PROGRESSIVEMENT AU NIVEAU DE SA TRES IMPORTANTE MISSION. JE SUIS SUR MADAME LE SECRETAIRE_D_ETAT `CHRISTIANE SCRIVENER` QUE VOUS SEREZ TRES ATTENTIVE A RECHERCHER LES DISPOSITIONS QUI PERMETTRONT DE LE FAIRE. MAIS JE PENSE AUSSI AUX CONSOMMATEURS. TOUT ORGANISME, QUEL QU'IL SOIT, NE DOIT JAMAIS OUBLIER LA FINALITE QUI A ETE A L'ORIGINE DE SA CREATION. LA CREATION DE L'INSTITUT NATIONAL DE LA CONSOMMATION, C'ETAIT EN QUELQUE SORTE L'ENTREE DES CONSOMMATEURS SUR LA SCENE ECONOMIQUE EN FRANCE. JE SOUHAITE, MESDAMES ET MESSIEURS, QUE LES DIX PROCHAINES ANNEES SOIENT AUSSI FAVORABLES A L'AMELIORATION EN QUANTITE ET EN QUALITE DE LA CONSOMMATION POPULAIRE DES FRANCAIS QUE L'ONT ETE, POUR EUX, A LEUR SERVICE, LES DIX ANNEES ECOULEES
-\

Voir tous les articles et dossiers