Publié le 29 juillet 1975

INTERVIEW TELEVISEE DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING SUR LES MESURES DE SOUTIEN A L'ECONOMIE, PARIS, LE 20 JUILLET 1975

INTERVIEW TELEVISEE DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING SUR LES MESURES DE SOUTIEN A L'ECONOMIE, PARIS, LE 20 JUILLET 1975

29 juillet 1975 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger INTERVIEW TELEVISEE DE M. VALERY GISCARD D'ESTAING SUR LES MESURES DE SOUTIEN A L'ECONOMIE, PARIS, LE 20 JUILLET 1975 - PDF 258 Ko
QUESTION.- QUEL EST VOTRE DIAGNOSTIC ET COMMENT ALLEZ-VOUS MENER PERSONNELLEMENT CETTE CAMPAGNE DE REANIMATION DE NOTRE ECONOMIE ? LE PRESIDENT.- VOUS VOUS SOUVENEZ QUE J'AVAIS DEMANDE AU GOUVERNEMENT DE PROCEDER A UN DIAGNOSTIC APPROFONDI DE NOTRE SITUATION. POURQUOI UN DIAGNOSTIC ? C'EST PARCE QUE L'EVOLUTION DES FAITS ECONOMIQUES ET SOCIAUX A ETE DIFFERENTE AU-COURS DES DERNIERS MOIS DE CE QUI AVAIT ETE PREVU ET QU'IL FALLAIT DONC CONNAITRE A FOND LA SITUATION. D'AILLEURS, CE DIAGNOSTIC A ETE BEAUCOUP ECLAIRE PAR LES CONVERSATIONS QUE LE PREMIER MINISTRE A EUES AVEC L'ENSEMBLE DES ORGANISATIONS SYNDICALES ET PATRONALES, QUI ONT APPORTE LES ELEMENTS DE CONNAISSANCE ET D'INFORMATION DONT ELLES DISPOSAIENT. CE DIAGNOSTIC FAIT APPARAITRE AVEC FORCE LE FAIT QUE L'ACTIVITE ECONOMIQUE DU PREMIER SEMESTRE A ETE NETTEMENT INFERIEURE A CE QUI AVAIT ETE IMAGINE. ET CETTE SITUATION, D'AILLEURS, N'EST PAS PROPRE A LA FRANCE, C'EST DANS L'ENSEMBLE DES PAYS INDUSTRIELS QU'IL Y A UNE TELLE SITUATION AVEC, NATURELLEMENT, DES CONSEQUENCES SERIEUSES SUR LE NIVEAU DE L'EMPLOI, C'EST-A-DIRE SUR LE NOMBRE DE CHOMEURS TOTAUX OU PARTIELS. D'AUTRE_PART, POUR LA RENTREE, ON APERCOIT CERTAINS SIGNES DE REPRISE DANS CERTAINS SECTEURS, MAIS CES SIGNES DE REPRISE NE SONT PAS SUFFISANTS POUR CHANGER LA _NATURE DE CETTE SITUATION. IL FAUT DONC AGIR. DANS CE DIAGNOSTIC, IL Y A DEUX ELEMENTS POSITIFS, QUI SONT LE COMMERCE EXTERIEUR ET LES PRIX. LE COMMERCE EXTERIEUR, PUISQUE VOUS SAVEZ QU'ON IMAGINAIT QUE LE RETABLISSEMENT DE NOTRE BALANCE EXTERIEURE SE FERAIT ASSEZ LENTEMENT - A LA FIN DE L'ANNEE POUR LA BALANCE COMMERCIALE ET LE PLAN DISAIT VERS 1980 POUR LA BALANCE DES PAIEMENTS, - OR, POUR LE PREMIER SEMESTRE, NOUS AVONS UN EXCEDENT DE LA BALANCE COMMERCIALE ET L'EQUILIBRE DE LA BALANCE DES PAIEMENTS. DEUXIEME ELEMENT FAVORABLE : CE SONT LES PRIX, PUISQUE, AVEC LE DERNIER CHIFFRE CONNU - 0,7 % POUR LE MOIS DE JUIN, - ON VOIT QUE, POUR LE DEUXIEME TRIMESTRE, NOUS SOMMES PASSES AU-DESSOUS DU RYTHME DE HAUSSE ANNUEL DE 10 %. CE POINT EST TRES IMPORTANT, PARCE QUE CELA DONNE PLUS_DE LIBERTE POUR AGIR SUR LA CONJONCTURE, PUISQU'ON NE RISQUE PAS, A CE MOMENT-LA, DE RELANCER L'INFLATION. LE CONSEIL DES MINISTRES A DONC PRONONCE CE DIAGNOSTIC ET ARRETE LE CALENDRIER DE PREPARATION DES MESURES\
QUESTION.- SUR LE PROBLEME DU CHOMAGE, EST-CE QUE VOUS PENSEZ QUE LA FRANCE POURRAIT CONNAITRE PLUS_D'UN MILLION DE CHOMEURS A LA RENTREE ? LE PRESIDENT.- "IL NE FAUT PAS SE LANCER OU SE HASARDER SUR DES PRONOSTICS. CE QUI EST CERTAIN, C'EST QUE NOUS SOMMES A L'HEURE ACTUELLE AU VOISINAGE DE NEUF CENT MILLE CHOMEURS ET QUE, POUR LA RENTREE, NORMALEMENT, IL Y A UNE PARTIE DE LA GENERATION DES JEUNES FRANCAIS QUI ACHEVE SES ETUDES OU SA FORMATION PROFESSIONNELLE ET QUI VA DEVENIR DEMANDEUR D'EMPLOI. CELA PEUT SE TRADUIRE EFFECTIVEMENT PAR UNE AUGMENTATION DU CHIFFRE ACTUEL DE CHOMEURS, D'OU LA NECESSITE ET LA POSSIBILITE D'UN PROGRAMME IMPORTANT DE SOUTIEN DE L'ACTIVITE ECONOMIQUE. QUESTION.- VOUS NE L'APPELEZ TOUJOURS PAS RELANCE ? LE PRESIDENT.- "NON, PARCE QUE RELANCE DONNE L'IMPRESSION QUE L'ON VEUT RECREER LA SITUATION ANTERIEURE. OR, ON NE RECREERA PAS LA SITUATION ANTERIEURE. CE SERA UNE AUTRE CROISSANCE. LE MONDE CHANGE. UN CERTAIN NOMBRE DE PHENOMENES SE PRODUISENT AUTOUR DE NOUS. NOUS LE VOYONS BIEN. IL FAUT DONC IMAGINER UNE AUTRE CROISSANCE. CE N'EST DONC PAS UNE RELANCE, C'EST LE SOUTIEN DE L'ACTIVITE ECONOMIQUE. ALORS, QUEL SERA LE CALENDRIER ? LES MINISTRES ONT RECU DES DIRECTIVES POUR PREPARER UN CERTAIN NOMBRE DE MESURES, DONT ILS FERONT RAPPORT AU CONSEIL DES MINISTRES LE 27 AOUT PROCHAIN. PUIS, APRES CET EXAMEN ET LES MISES AU-POINT NECESSAIRES, LE GOUVERNEMENT ARRETERA DEFINITIVEMENT SON PROGRAMME LE 4 SEPTEMBRE (CE SERA UN JEUDI, ET NON PAS UN MERCREDI, EN-RAISON DE LA REUNION DU FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL `FMI`), ET LES MESURES LEGISLATIVES DE CE PROGRAMME, NOTAMMENT LES MESURES BUDGETAIRES DE SOUTIEN A L'ACTIVITE ECONOMIQUE, RENDRONT NECESSAIRE LA CONVOCATION D'UNE SESSION EXTRAORDINAIRE DU PARLEMENT - QUI SERA DONC CONVOQUE, A LA DILIGENCE DU PREMIER MINISTRE ET APRES CONSULTATION DES PRESIDENTS DES ASSEMBLEES, POUR LES PREMIERS JOURS DE SEPTEMBRE. QUESTION.- VOUS VOUS ENGAGEZ PERSONNELLEMENT DANS LA CONDUITE DES OPERATIONS : QUEL EST POUR VOUS SON ENJEU POLITIQUE ? LE PRESIDENT.- JE CROIS QU'IL Y A DEUX CHOSES. JE CROIS QU'IL EST D'ABORD IMPORTANT DE PRENDRE UN GRAND ENSEMBLE DE MESURES DE SOUTIEN DE L'ACTIVITE ECONOMIQUE, DONC DE DEVELOPPEMENT DE L'EMPLOI EN FRANCE. ET JE CROIS QU'IL EST IMPORTANT QUE CE PROGRAMME EN MEME TEMPS MARQUE UN CHANGEMENT DE CAP, C'EST-A-DIRE QUE L'ON VA VERS UNE AUTRE CROISSANCE, VERS UNE AUTRE ECONOMIE AVEC DES STRUCTURES DIFFERENTES. C'EST POURQUOI J'Y ATTACHE UNE DOUBLE IMPORTANCE : SOUTENIR L'ACTIVITE ECONOMIQUE ET, EN MEME TEMPS, ORIENTER L'ECONOMIE FRANCAISE VERS DES STRUCTURES NOUVELLES\
QUESTION.- DANS LA MESURE OU LA SITUATION N'EST PAS TRES BONNE, POURQUOI ATTENDRE LA RENTREE POUR PRENDRE CES MESURES ? POURQUOI PAS TOUT DE SUITE ? LE PRESIDENT.- EN REALITE, L'ACTION EST CONTINUE. VOUS VOUS SOUVENEZ QUE DES MESURES ONT ETE PRISES IL Y A PLUSIEURS MOIS DANS LE DOMAINE DE L'INVESTISSEMENT. CE QUI EST ESSENTIEL, C'EST DE CONDUIRE A L'HEURE ACTUELLE UNE ACTION MINUTIEUSE CONCERNANT SES RESULTATS ET SES EFFETS. NOUS NE RECHERCHERONS PAS UN EFFET D'ANNONCE. IL NE S'AGIT PAS SIMPLEMENT DE FAIRE L'ANNONCE D'UN PROGRAMME. IL S'AGIT DE JUGER CE PROGRAMME SUR LES EFFETS QUE LES FRANCAIS PEUVENT EN ATTENDRE CONCERNANT LE NIVEAU DE L'ACTIVITE ECONOMIQUE ET LES CREATIONS D'EMPLOI. IL FAUT EGALEMENT QUE CE PROGRAMME MARQUE TRES CLAIREMENT LA VOLONTE ET LA CAPACITE DE L'ECONOMIE FRANCAISE DE S'ORIENTER VERS DE NOUVELLES STRUCTURES ADAPTEES A LA NOUVELLE CROISSANCE DE L'ECONOMIE FRANCAISE. QUESTION.- QUAND VOUS DITES NOUVELLES STRUCTURES, EST-CE QUE CELA VEUT DIRE QUE, POUR VOUS, C'EST AUTRE CHOSE QU'UN ACCIDENT DE PARCOURS : UN BOULEVERSEMENT PLUS PROFOND DE NOTRE ENSEMBLE ? LE PRESIDENT.- OUI, C'EST AUTRE CHOSE. JE CROIS QU'APRES UNE PERIODE QUI A ETE FINALEMENT LA FIN DE LA PERIODE D'APRES-GUERRE, C'EST-A-DIRE LA RECONSTRUCTION DES ECONOMIES INDUSTRIALISEES ET, EN MEME TEMPS, LA CONSTITUTION D'UN PREMIER PATRIMOINE DE BIENS COURANTS - AUTOMOBILE, ELECTROMENAGER - DANS CES SOCIETES INDUSTRIALISEES, LES GRANDS EBRANLEMENTS QUI ONT EU _LIEU - CRISE DE L'ENERGIE, MODIFICATION DES RAPPORTS AVEC LES PAYS PRODUCTEURS DE MATIERES PREMIERES - NOUS CONDUISENT A UN AUTRE TYPE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE. ET, PAR EXEMPLE, IL Y A UN CERTAIN NOMBRE DE TACHES QUI, EN FRANCE, DESORMAIS, DOIVENT A NOUVEAU POUVOIR ETRE ASSUMEES PAR DES FRANCAIS, CE QUI VEUT DIRE UNE REORGANISATION ASSEZ PROFONDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL ET DES CONDITIONS DE FORMATION\
QUESTION.- VOUS AVIEZ DIT AUX FRANCAIS QU'ILS POUVAIENT PARTIR TRANQUILLES EN VACANCES. POUR CEUX QUI EN REVIENNENT, VOUS LEUR DITES AUSSI QU'ILS PEUVENT RENTRER TRANQUILLES ? LE PRESIDENT.- CE QUE J'AVAIS DIT AUX FRANCAIS - JE LEUR DEMANDE DE SE REPORTER A MES PROPRES DECLARATIONS, NON PAS AUX COMMENTAIRES QU'ON EN FAIT, - C'EST QU'IL NE FALLAIT PAS QU'ILS VIVENT DANS LA MENACE PERPETUELLE ET DANS L'INQUIETUDE PERPETUELLE, PARCE QUE LES PROBLEMES AUXQUELS NOUS AVONS A FAIRE FACE SONT DES PROBLEMES QUE NOUS POUVONS RESOUDRE, ET J'ESTIMAIS QUE, EN ATTENDANT LA REPRISE DE LEUR ACTIVITE, ILS AVAIENT DROIT AU REPOS. CE QUE VOUS POUVEZ SAVOIR, C'EST QUE LE GOUVERNEMENT VA TRAVAILLER AVEC LE PLUS GRAND SOIN ET LA PLUS GRANDE PRECISION A LA MISE AU-POINT DE CES MESURES QUI SERONT ANNONCEES DONC AU DEBUT DE SEPTEMBRE"\

Voir tous les articles et dossiers