Publié le 10 mai 2006

Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le respect des principes de la République, suite aux informations parues sur l'affaire Clearstream, à Paris le 10 mai 2006.

Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le respect des principes de la République, suite aux informations parues sur l'affaire Clearstream, à Paris le 10 mai 2006.

10 mai 2006 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le respect des principes de la République, suite aux informations parues sur l'affaire Clearstream, à Paris le 10 mai 2006. - PDF 77 Ko
A un moment où l'agitation le dispute à la raison, je veux rappeler quelques principes.
La République, ce n'est pas la dictature de la rumeur, la dictature de la calomnie. La République, c'est la loi.
La justice est saisie. Elle doit faire son travail : établir les faits, tous les faits et dire le droit. Je souhaite qu'elle le fasse dans la sérénité et le plus rapidement possible.
La démocratie, ce n'est pas l'irrespect et l'exploitation jusqu'à l'outrage de procédures judiciaires en cours, au risque de faire le lit des extrémismes et de désespérer les Français de la politique.
Bien sûr, il y a la perspective des élections qui agite les esprits. Mais l'élection présidentielle, c'est dans un an. Et c'est un vrai débat, le moment venu, auquel notre pays doit pouvoir être convié.
Pour l'heure, il y a l'exigence et l'honneur de Gouverner.
Grâce aux efforts des Français, grâce aux réformes entreprises par le Gouvernement, nous avons à la fois un chômage en baisse depuis un an et une croissance positive qui s'accélère. Jamais je n'accepterai de laisser gâcher une telle chance pour la France.
Je l'ai dit ce matin en Conseil des Ministres, je fais toute confiance au Gouvernement de Dominique de Villepin pour conduire la mission que je lui ai confiée et j'attends de lui qu'il accélère encore son action.
Chacun doit être à la tâche, avec énergie, sans calcul, avec la seule obsession qui vaille, celle de l'intérêt national, celle de l'intérêt des Français.
Ces principes sont ceux de la République. Ils nous éclairent et ils s'imposent à nous.

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers