Publié le 19 février 2006

Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur les relations franco-indiennes, à New Delhi le 19 février 2006.

Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur les relations franco-indiennes, à New Delhi le 19 février 2006.

19 février 2006 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur les relations franco-indiennes, à New Delhi le 19 février 2006. - PDF 173 Ko

Monsieur l'Ambassadeur, Madame,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Messieurs les Parlementaires,
Mes chers compatriotes,
Permettez-moi tout d'abord de vous dire ma joie, celle de mon épouse et celle de la délégation qui m'accompagne, d'être aujourd'hui parmi vous, à Delhi, pour retrouver cette grande nation indienne, creuset d'une civilisation millénaire.
A vous qui vivez dans ce beau pays, qui le sillonnez, qui le connaissez, qui êtes les témoins de l'émergence de la puissance indienne, je veux dire ma gratitude. La France a l'ambition d'être un grand partenaire, d'avoir un grand partenariat avec l'Inde. Et ce partenariat, c'est vous tous et vous toutes qui le faites vivre chaque jour.
Un partenariat qui est d'abord politique et stratégique. Grande puissance responsable, démocratie rayonnante, l'Inde partage avec la France des ambitions et aussi une vision : celle d'un monde qui fait le choix de la paix et de la sécurité collective £ celle d'un monde qui fait le choix du respect des règles et des valeurs d'une démocratie planétaire pour humaniser et maîtriser la mondialisation.
C'est pourquoi, depuis l'instauration de notre partenariat stratégique en 1998, je plaide sans relâche pour que ce rôle de l'Inde soit enfin consacré par un siège de membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies. Je souhaite aussi qu'une évolution des règles internationales en matière de transferts de technologies nucléaires permette à ce grand pays responsable de répondre à ses besoins énergétiques et de préserver son environnement ainsi que le nôtre, ceci, naturellement, dans le respect des exigences de non prolifération.
C'est pourquoi la France a voulu ce partenariat d'envergure entre l'Inde, puissance scientifique de premier rang, et l'Union européenne, qui a placé la formation, l'innovation et les technologies de pointe au c?ur de ses stratégies de croissance.
Ce partenariat, nous souhaitons qu'il prenne toute son ampleur notamment dans le domaine économique.
A Paris, en septembre dernier, j'ai souligné auprès du Premier ministre, M. Manmohan Singh, le désir et la capacité de nos entreprises, notamment des plus performantes, d'accompagner l'Inde dans sa marche en avant.
Pour répondre à la croissance indienne, déjà près de 270 entreprises françaises, contre 180 il y a seulement trois ans, se sont implantées ici. Il faut faire davantage encore. Des partenariats de long terme se mettent en place dans l'automobile, l'aéronautique, les biens d'équipements ou les biotechnologies, mais aussi dans le domaine des services. Nos deux pays en tireront bénéfice en termes d'accès à des technologies de pointe, de création d'emplois, de création de richesses.
Vous connaissez tous les promesses de l'immense marché indien. Vous en connaissez aussi les difficultés. Je vous appelle à être particulièrement solidaires entre vous, à partager vos expériences pour aider notamment nos petites et moyennes entreprises dans leurs projets de développement. Nos partenaires européens le font mieux que nous : nous devons nous aussi être plus solidaires et plus rassemblés dans notre approche des nouveaux marchés. C'est par cette solidarité, c'est par ce partage que nous construirons ce partenariat ambitieux que nous voulons entre l'Inde et la France.
Notre partenariat est également de nature culturelle. De leur histoire et de leurs racines, nos deux pays ont tiré le même esprit d'ouverture, le même goût du dialogue, le même souci de la diversité des cultures. Le Centre des sciences humaines de New Delhi, l'Institut français de Pondichéry et l'Ecole française d'Extrême-Orient jouent un rôle essentiel dans la connaissance réciproque de nos civilisations.
Avec quinze Alliances françaises, dont l'espace magnifique de la nouvelle Alliance de New Delhi, nous disposons d'un formidable outil de promotion des échanges entre nos deux pays.
Des échanges que nous devons renforcer avec nos universités, avec nos grandes écoles. Trop peu nombreux sont nos étudiants français ou indiens qui viennent compléter leur formation dans le pays partenaire. Le champ qui reste à investir est immense. Je me réjouis des initiatives de nos universités et de nos grandes écoles, comme l'ESSEC qui vient de conclure le premier accord de double diplôme avec le prestigieux Institut de Commerce d'Ahmedabad.
Notre partenariat est enfin celui du coeur. Je n'oublie pas en effet l'engagement de nos compatriotes, parfois celui de toute une vie, aux côtés des plus pauvres parmi les plus pauvres. Ils incarnent les plus nobles traditions de notre pays et lui font honneur.
Mes chers compatriotes,
J'aurai l'occasion de revenir avec le Président de la République et le Premier ministre indien, ainsi qu'avec l'ensemble des responsables, sur ce nouvel élan que nous entendons donner à notre partenariat stratégique, dans tous les domaines et dans toutes ses dimensions.
Cet élan, c'est d'abord vous qui l'imprimerez, animés du même désir de réussir et de vous épanouir dans ce pays extraordinaire, et ceci, au service aussi de la France, de ses talents, de sa richesse et de ses emplois. A chacune et à chacun d'entre vous, et en particulier à vos élus que je salue très amicalement, j'exprime mes remerciements et j'adresse mes voeux de réussite, de bonheur et de succès. Je vous remercie.

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers