Publié le 6 décembre 2004

Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le rôle de la "Fondation pour l'agriculture et la ruralité dans le monde" pour le développement des pays les plus pauvres, notamment en matière d'alimentation, à Paris le 6 décembre 2004.

Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le rôle de la "Fondation pour l'agriculture et la ruralité dans le monde" pour le développement des pays les plus pauvres, notamment en matière d'alimentation, à Paris le 6 décembre 2004.

6 décembre 2004 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur le rôle de la "Fondation pour l'agriculture et la ruralité dans le monde" pour le développement des pays les plus pauvres, notamment en matière d'alimentation, à Paris le 6 décembre 2004. - PDF 111 Ko
Je suis particulièrement heureux de vous accueillir ce soir pour cette réunion de lancement de la "Fondation pour l'agriculture et la ruralité dans le monde".
J'ai été particulièrement sensible, cher René Carron, à votre accord lorsque je vous ai demandé si vous accepteriez de porter ce projet. Vous n'avez pas hésité. Merci de votre engagement et de l'énergie que vous avez déployée pour que ce projet aboutisse.
Merci aussi à vous tous Messieurs d'avoir accepté de vous engager avec vos entreprises dans ce projet innovant.
C'est un projet qui me tient particulièrement à coeur, car il vise à favoriser des actions que je crois particulièrement utiles d'engager pour soutenir le développement des pays les plus pauvres.
Dans le contexte actuel des négociations internationales, de la place que peut y tenir notre pays, et des initiatives en faveur des pays en développement, cette fondation est nécessaire au moins pour deux raisons :
- en plus du doublement des crédits d'aide publique au développement et des engagements que nous prenons en faveur de ces pays dans les négociations internationales, nous devons mettre en place de nouveaux outils mieux adaptés aux débats actuels sur la gouvernance alimentaire mondiale.
Le rôle des organisations non gouvernementales et des entreprises privées est maintenant essentiel et les instances officielles internationales ne sont plus les seuls lieux de ces débats.
- Nous devons aussi mieux valoriser toutes les actions d'appui technique qui sont conduites dans le domaine agricole ou du développement rural. C'est essentiel au décollage économique et aux équilibres sociaux dans ces pays. Or ces actions sont nombreuses mais elles sont malheureusement souvent très dispersées et insuffisamment valorisées.
Il est donc important que nous puissions disposer d'un lieu de débats et d'initiatives, tel cette Fondation, pour que tous les acteurs concernés, et particulièrement les entreprises, participent à cette grande ambition : permettre à tous, sur cette terre, de se nourrir convenablement.
Parce que cette Fondation sera à la fois
- un lieu d'échanges et de réflexion,
- un promoteur de programmes de coopération,
- un pôle d'identification, de connaissance et de valorisation des actions engagées par l'ensemble des partenaires.
Qu'une dizaine de chefs d'entreprises, parmi les plus éminents de notre pays, se retrouvent pour s'engager ensemble sur un tel projet est exemplaire. Je suis convaincu que rapidement d'autres chefs d'entreprises français et étrangers vont se joindre à vous.
D'ores et déjà, une dizaine de millions d'euros ont été mobilisés.
Je veux aussi vous assurer de tout mon soutien dans l'action que conduira la Fondation en vous remerciant à nouveau de votre participation.

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers