Publié le 18 octobre 2003

Lettre de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressé à M. Ilham Aliev, Président de l'Azerbaïdjan, à l'occasion des élections présidentielles en Azerbaïdjan, Paris le 18 octobre 2003.

Lettre de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressé à M. Ilham Aliev, Président de l'Azerbaïdjan, à l'occasion des élections présidentielles en Azerbaïdjan, Paris le 18 octobre 2003.

18 octobre 2003 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Lettre de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressé à M. Ilham Aliev, Président de l'Azerbaïdjan, à l'occasion des élections présidentielles en Azerbaïdjan, Paris le 18 octobre 2003. - PDF 79 Ko
Monsieur le Président
Au moment où les premiers résultats de l'élection présidentielle peuvent vous laisser espérer une large victoire, je tiens à vous adresser mes félicitations les plus chaleureuses.
Je me réjouis de la perspective de travailler avec vous, dans la continuité de l'action exemplaire engagée par votre père, au renforcement des liens qui unissent nos pays et nos peuples. Après vous avoir accueilli au printemps dernier à Paris, je serais très heureux de vous y recevoir en visite officielle aussitôt que votre calendrier vous le permettra.
C'est désormais fort de la confiance qui vous aura été exprimée par le peuple azerbaïdjanais que vous pourrez relever les défis qui se présentent à votre pays et d'abord celui de la paix. Vous connaissez l'engagement de la France, au sein du groupe de Minsk, en faveur d'une solution pacifique et durable au conflit du Haut Karabagh. Le co-président français et ses homologues russe et américain, sont prêts à vous rencontrer dès que vous le jugerez possible afin de relancer leur médiation.
Les tragiques événements qui se sont produits à Bakou doivent également vous conforter dans votre détermination à relever le défi des réformes démocratiques et du renforcement de l'Etat de droit en Azerbaïdjan, conformément aux engagements pris par votre pays dans le cadre de l'OSCE et du Conseil de l'Europe. Vous pouvez compter sur notre plein soutien et notre coopération dans cette entreprise.
En vous renouvelant mes félicitations, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de ma très haute considération.

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers