Publié le 7 février 1999

Message de condoléances de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressé au roi Abdallah Bin Al Hussein à l'occasion du décès de son père le roi Hussein de Jordanie, Paris le 7 février 1999.

Message de condoléances de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressé au roi Abdallah Bin Al Hussein à l'occasion du décès de son père le roi Hussein de Jordanie, Paris le 7 février 1999.

7 février 1999 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Message de condoléances de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressé au roi Abdallah Bin Al Hussein à l'occasion du décès de son père le roi Hussein de Jordanie, Paris le 7 février 1999. - PDF 112 Ko
Sire,
C'est avec une très vive émotion que je viens d'apprendre la disparition de Sa Majesté le Roi Hussein 1er de Jordanie, au terme du long et courageux combat qu'il a livré contre la maladie.
Je tiens à vous exprimer, au nom du peuple français et en mon nom personnel, toute ma sympathie et mes condoléances attristées que je vous demande de transmettre au peuple jordanien.
Au-delà d'un père, vous perdez un Roi. Le vide ainsi créé sera immense pour la Jordanie, la famille hachémite et vos compatriotes dont je partage l'infinie tristesse. C'est aussi une très grande perte pour la région comme pour le monde.
Je souhaite rendre hommage à cette immense voix au service de la paix qui s'est éteinte aujourd'hui. Je voudrais vous exprimer l'admiration de la France pour l'homme d'Etat visionnaire, pour celui qui, avec courage, lucidité et détermination, n'a cessé de préférer le dialogue à l'affrontement, la réconciliation entre les peuples à l'exaspération des tensions.
Cet homme de paix fut aussi l'incarnation de la grande Nation jordanienne. Avec force, avec conviction, avec passion, il a amplifié l'oeuvre de son grand-père, le regretté Roi Abdallah pour construire son pays et en faire une nation prospère, forte, unie, pacifique.
Au nom de tous les Français, je m'incline devant sa mémoire. J'adresse au peuple de Jordanie les sentiments d'amitié et de solidarité de la France.
Sa Majesté le Roi n'est plus, mais son message demeure et son oeuvre servira d'inspiration pour nous tous. C'est d'abord l'exemple du courage. L'histoire n'a pu progresser que grâce à des hommes d'Etat d'envergure qui, comme lui, ont su surmonter les scepticismes, les haines du passé. Il croyait en la paix, il la croyait inéluctable. L'inéluctable dans votre région, Sire, c'est la paix, dans la stabilité politique et la prospérité économique.
La disparition de Sa Majesté le Roi doit être l'occasion de réaffirmer notre volonté commune de poursuivre et d'achever la recherche de la paix à laquelle il a consacré sa vie. Sa Majesté le Roi savait qu'adversaires d'hier, Arabes et Israéliens étaient devenus les partenaires d'aujourd'hui dont la coopération étroite permettra de construire les bases du Moyen-Orient de demain. Il avait montré la voie, avec l'accord de paix de 1994. Son action inspira le monde.
Dans l'épreuve, la France est aux côtés du Royaume Hachémite de Jordanie pour sa stabilité et son développement. La France ne cessera de se mobiliser dans la région pour achever cette réconciliation que voulait tant Sa Majesté le Roi Hussein. Aujourd'hui, j'adresse à la Jordanie, dans ce moment de deuil national, un message d'affection et de soutien, d'espoir et de confiance en son avenir.
Je Vous prie, Sire, d'accepter, avec mes sentiments de grande sympathie, l'expression de ma très haute considération.
Jacques CHIRAC\

Voir tous les articles et dossiers