Publié le 19 janvier 1999

Lettre de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressée à Sa Majesté Hussein Ibn Talal, roi de Jordanie, à l'occasion de son retour en Jordanie, Paris le 19 janvier 1999.

Lettre de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressée à Sa Majesté Hussein Ibn Talal, roi de Jordanie, à l'occasion de son retour en Jordanie, Paris le 19 janvier 1999.

19 janvier 1999 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Lettre de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressée à Sa Majesté Hussein Ibn Talal, roi de Jordanie, à l'occasion de son retour en Jordanie, Paris le 19 janvier 1999. - PDF 76 Ko
Sire,
Je souhaite m'associer à la joie du peuple jordanien qui célèbre avec affection et respect le retour de Votre Majesté dans son pays.
Je me réjouis très vivement à l'annonce de votre complète guérison. Plus que jamais, le Proche-Orient et le monde arabe, aux carrefours de tant de périls mais qui aspirent ardemment à la paix et à la stabilité, ont besoin de votre sagesse, de vos conseils et de vos initiatives.
Votre Majesté a su, lors des discussions de Wye River, trouver les mots justes pour faire partager sa conviction que seule la paix par la négociation est de nature à garantir l'avenir et la sécurité, en Palestine comme en Israël, mais les mois écoulés ont malheureusement montré que rien ne doit jamais être tenu pour acquis.
Laissez-moi vous redire, Sire, combien la France sera fière et heureuse de vous recevoir en visite d'Etat au cours de cette année, afin de marquer avec force la qualité et l'ambition que nous assignons à nos relations. Votre Majesté a touché le coeur des Français, tout autant que celui du peuple jordanien.
En ce début d'année, j'adresse à Votre Majesté, au nom de tous mes concitoyens, des sentiments de haute estime et de sincère affection. Mon épouse se joint à moi pour vous transmettre, ainsi qu'à la Reine Nour, dont la présence à vos côtés n'a cessé d'impressionner tous ceux qui vous sont attachés, nos très fidèles et amicales pensées.
Je prie Votre Majesté de croire à l'assurance de ma très haute considération.\

Voir tous les articles et dossiers