Publié le 27 février 1998

Lettre de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressée à M. Helmut Kohl, sur le rôle de l'abbé Franz Stock pour son aide aux prisonniers et condamnés à mort français pendant la deuxième guerre mondiale et sur ses appels à la réconciliation franco-allemande, Paris le 27 février 1998.

Lettre de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressée à M. Helmut Kohl, sur le rôle de l'abbé Franz Stock pour son aide aux prisonniers et condamnés à mort français pendant la deuxième guerre mondiale et sur ses appels à la réconciliation franco-allemande, Paris le 27 février 1998.

27 février 1998 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Lettre de M. Jacques Chirac, Président de la République, adressée à M. Helmut Kohl, sur le rôle de l'abbé Franz Stock pour son aide aux prisonniers et condamnés à mort français pendant la deuxième guerre mondiale et sur ses appels à la réconciliation franco-allemande, Paris le 27 février 1998. - PDF 72 Ko
Monsieur le Chancelier,
En ce jour où nous célébrons la mémoire de l'Abbé Stock, qui avait appelé dès les années 1920 à la réconciliation entre les Allemands et les Français, tu as souhaité faire un geste en son honneur en venant à Chartres et je tiens à te dire combien cela me touche. C'est pourquoi j'ai demandé au Président du Sénat, mon ami René Monory, d'être à tes côtés en cette occasion.
Visitant inlassablement les prisons et assistant les condamnés à mort, l'Abbé Stock a été un ardent partisan du rapprochement entre nos deux peuples.
Il avait, parmi les premiers, compris que la réconciliation est un état d'esprit. Elle est une construction de chaque jour. Elle repose non sur le refus de l'histoire mais sur l'aptitude à en tirer les leçons et à les dépasser.
L'Abbé Stock a su, par ses qualités humaines exceptionnelles et par son action, y contribuer de façon exemplaire.
Plus que jamais nos deux pays ont besoin l'un de l'autre. Plus que jamais l'Europe, sa paix et son développement, ont besoin de l'amitié et de l'entente franco-allemandes.
Bien amicalement
à toi,

Voir tous les articles et dossiers