Publié le 15 mai 1984

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, lors du dîner offert en l'honneur de Sa Majesté le Roi de Norvège, Oslo, mardi 15 mai 1984.

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, lors du dîner offert en l'honneur de Sa Majesté le Roi de Norvège, Oslo, mardi 15 mai 1984.

15 mai 1984 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, lors du dîner offert en l'honneur de Sa Majesté le Roi de Norvège, Oslo, mardi 15 mai 1984. - PDF 81 Ko
Sire, laissez-moi vous dire à l'issue de ce voyage en Norvège, le plaisir et l'intérêt que j'ai pris, et avec moi ma femme, et mes compagnons de voyage, à la meilleure connaissance de la Norvège.
- Nous avons été reçus par votre famille, de telle sorte que nous nous sommes sentis tout à fait chez nous dans ce pays pourtant étranger et que les Français, enfin la plupart d'entre eux, connaissaient si peu.
- Nous vous quitterons demain avec regret et nous garderons un souvenir vivant, et je l'espère utile, de tout ce qui s'est accompli pendant ces deux jours, et qui peut servir de base à ce qui sera fait demain.
- Dans 48 heures, ce sera le jour anniversaire de votre fête nationale £ je regrette presque à si peu de temps de manquer cet événement, mais recevez, dès maintenant, l'hommage de la France et les voeux que nous formons pour que d'année en année, votre personne, les vôtres, et votre peuple tout entier puissent célébrer dans la paix et l'espoir les grandes dates de leur histoire.
- Je voudrais dire à Leurs Altesses royales combien nous avons apprécié leurs attentions et leur délicatesse, et à tous nos invités de ce soir, que c'est pour la France un motif de fierté que de compter pendant quelques heures les dirigeants, les responsables, ceux qui apportent à leur pays, bien au-delà de ces frontières, le renom de la Norvège.
- Je lève mon verre, Majesté, à votre santé personnelle. Je vous souhaite de pouvoir poursuivre ainsi dans l'affection de votre peuple une tâche commencée à la suite d'une homme, votre père, qui avait lui-même illustré la Norvège. Je vous souhaite à toutes et à tous, madame, tout le bonheur que l'on peut attendre de la vie.
- Vive la Norvège, Majesté, vive la Norvège.\

Voir tous les articles et dossiers