Publié le 18 janvier 1984

Déclaration à la presse de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'issue de sa visite au "Forum Projets urbains" à Creil (Oise), mercredi 18 janvier 1984.

Déclaration à la presse de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'issue de sa visite au "Forum Projets urbains" à Creil (Oise), mercredi 18 janvier 1984.

18 janvier 1984 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration à la presse de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'issue de sa visite au "Forum Projets urbains" à Creil (Oise), mercredi 18 janvier 1984. - PDF 118 Ko
Je suppose que vous vous demandez pourquoi je suis ici. D'abord, si vous avez circulé d'une salle à l'autre vous avez déjà compris qu'il s'agit de la mise en oeuvre sur le terrain de ce qui a été annoncé comme la réhabilitation de 22 quartiers particulièrement déshérités, posant tous les problèmes à la fois pour ceux qui y vivent.
- Ici sont exposés des plans, et se rassemblent des équipes, qui non seulement ont fait ces plans mais qui veulent les réaliser, qui ont commencé de les réaliser. Il était pour moi très intéressant et très utile de rencontrer ces équipes, d'entendre leur point de vue, et de pouvoir facilement pour mon propre compte prévoir les développements de leurs travaux. Il faut que les pouvoirs publics, à tous les échelons, les aident et assurément les élus locaux qui grâce aux lois de décentralisation, exercent dans une affaire comme celle-ci une action déterminante. Au delà de ces 22 réhabilitations, il en est quelques autres qui se sont ajoutées de telle sorte que vous avez là ceux qui, aujourd'hui en France sont parmi les meneurs, les inspirateurs et les artisans de l'action que je viens de vous décrire. C'est l'une des plus importantes dans mon esprit, qu'il conviendra de réaliser pendant tout le temps où nous aurons la charge des affaires publiques.
- Assurément, rien ne serait possible sans la conjonction des efforts de plusieurs administrations, de plusieurs institutions ou organismes. Vous connaissez la commission chargée, au-plan national, d'organiser, de concevoir. Vous connaissez aussi les responsables de ces actions qui se sont avancés d'eux-mêmes par la passion qui les anime pour ce type d'-entreprise. Réhabiliter, réorganiser, reconcevoir la ville c'est la rendre habitable, y créer toutes les chances d'équilibre, d'épanouissement et de bonheur personnel, et l'on sait bien que l'appartement, l'immeuble, la maison, la place, l'arbre, la route, l'environnement tout cela représente une donnée parmi les plus fondamentales pour l'équilibre de l'individu, dans ses cellules naturelles, sa vie de famille, sa vie de quartier, sa vie de métier. La commission Pesce d'un côté, différentes animations mandatées officiellement du type de celles que mènent M. Castro, M. Trigano, quelques autres, le rôle des maires de ces communes. Aujourd'hui, c'est monsieur le maire de Creil, M. Anciant, qui nous reçoit, mais j'en ai rencontré d'autres. Et le rôle déterminant que doit jouer le ministère de l'urbanisme et du logement, il n'est pas le seul, mais en tout cas il est plus responsable que d'autres autour de M. Quilès. Il n'est pas dans ce domaine de priorité entre les responsables, chacun doit y mettre du sien, selon sa propre responsabilité. Aurais-je oublié l'un ou l'autre, il ne s'agit pas ici d'établir un palmarès, ce sont des équipes qui sont là, ignorons désormais ceux qui les composent et encourageons, aidons et, le cas échéant, admirons le travail qu'elles accomplissent.\

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers