Publié le 16 mars 1983

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la présentation des Lettres de créance de M. Jorge Castaneda y Alvarez de la Rosa, ambassadeur du Mexique, Paris, Palais de l'Élysée, mercredi 16 mars 1983.

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la présentation des Lettres de créance de M. Jorge Castaneda y Alvarez de la Rosa, ambassadeur du Mexique, Paris, Palais de l'Élysée, mercredi 16 mars 1983.

16 mars 1983 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la présentation des Lettres de créance de M. Jorge Castaneda y Alvarez de la Rosa, ambassadeur du Mexique, Paris, Palais de l'Élysée, mercredi 16 mars 1983. - PDF 100 Ko
Monsieur l'ambassadeur,
- C'est avec plaisir que je reçois les Lettres par lesquelles le président Miguel de la Madrid Hurtado vous accrédite auprès de moi et de mon gouvernement en qualité d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des Etats-Unis du Mexique.
- Les relations amicales entre la France et le Mexique sont anciennes, mais elles se sont tout particulièrement renforcées ces dernières années dans bien des domaines. Nos deux pays ont pu oeuvrer ensemble dans la -recherche de solutions pacifiques aux grands problèmes de votre région et du monde.
- J'ai pu moi-même mesurer l'importance et la qualité des relations franco - mexicaines lors de ma visite à Mexico et lors du sommet de Cancun en octobre 1981 et je suis heureux de l'approbation donnée par M. de la Madrid aux impulsions nouvelles dont son prédécesseur `Jose Lopez Portillo` et moi-même étions convenus. Je vous suis reconnaissant du rôle personnel que vous avez joué à cet égard.
- A l'heure actuelle la France participe activement aux efforts de la communauté internationale pour aider le Mexique à surmonter ses difficultés. La France souhaite que la coopération économique entre nos deux pays, qui a déjà connu des progrès substantiels, se renforce encore. Il en va de même des relations culturelles. Le gouvernement mexicain ne pouvait trouver meilleur avocat que vous, monsieur l'ambassadeur, pour le représenter à Paris. Vos grandes qualités personnelles, votre connaissance des problèmes mondiaux, votre habitude de la vie diplomatique internationale, et, je le sais, votre amitié pour la France, que vous connaissez bien, vous désignaient tout naturellement pour ce poste.
- Pendant votre mission, vous pourrez compter sur mon appui personnel et celui de mon gouvernement pour favoriser l'épanouissement des liens qui unissent si heureusement nos deux pays et traduisent notre volonté commune de participeer au développement économique du monde et au maintien de la paix.
- Je vous prie de transmettre au président Miguel de la Madrid l'expression de mes sentiments les plus cordiaux et de lui dire que la France forme des voeux pour le bonheur et la prospérité du peuple mexicain.\

Voir tous les articles et dossiers