Publié le 13 mai 1982

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de M. Carl Libhom, ambassadeur de Suède, Paris, Palais de l'Élysée, jeudi 13 mai 1982.

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de M. Carl Libhom, ambassadeur de Suède, Paris, Palais de l'Élysée, jeudi 13 mai 1982.

13 mai 1982 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de M. Carl Libhom, ambassadeur de Suède, Paris, Palais de l'Élysée, jeudi 13 mai 1982. - PDF 107 Ko
Monsieur l'ambassadeur,
- C'est pour moi un grand plaisir que de recevoir les Lettres de créance par lesquelles Sa Majesté le Roi de Suède vous a accrédité comme ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à Paris.
- La Suède est depuis des siècles une amie très proche de la France. Depuis le temps où DESCARTES séjournait à la Cour de la Reine CHRISTINE, nos relations n'ont fait que s'approfondir et se diversifier. Et s'il est vrai, comme vous l'avez rappelé, que des idées nées en France ont marqué votre pays, il est vrai également que la politique économique et surtout sociale menée en Suède depuis cinquante ans, nous a inspirés dans bien des domaines.
- La France, comme la Suède, veut avant tout assurer à l'homme sa dignité. C'est la raison pour laquelle nous attachons, vous et nous, autant d'importance au droit au travail et à la lutte contre le chômage. C'est pourquoi aussi nous sommes si attentifs au respect des droits de l'homme partout dans le monde, et si résolus à en dénoncer les violations.\
Comme la Suède, la France est particulièrement préoccupée par les conséquences de la crise économique mondiale pour les nations en développement, et soucieuse comme elle de voir les négociations en-cours déboucher sur un progrès réel du dialogue Nord-Sud.
- Nos deux Etats accordent un très grand -prix à leur indépendance, et à la paix dans le monde. Nous sommes attachés comme vous aux conditions présentes de l'équilibre et donc de la paix dans le Nord de l'Europe. Nous souhaitons comme vous que l'équilibre global des forces, dont dépend la paix sur notre continent, puisse se réaliser à un niveau inférieur d'armement. A cet égard, nous avons noté avec intérêt les propositions avancées par le Président REAGAN, visant à une réduction des armements stratégiques.
- Nous espérons qu'elles permettront entre les Etats-Unis et l'Union soviétique `URSS` l'ouverture de négociations tout naturellement en liaison avec les discussions engagées à Genève sur les armes de portée intermédiaire.
- Monsieur l'ambassadeur, au moment où commence votre mission, soyez assuré que vous trouverez auprès du gouvernement français tout le -concours nécessaire pour approfondir et diversifier la coopération franco - suédoise et renforcer ainsi les liens d'amitié déjà très étroits entre nos deux pays. Je vous prie d'être l'interprète auprès de Sa Majesté le Roi CARL XVI GUSTAV des voeux que je forme pour Elle, pour la famille royale ainsi que pour le bonheur et la prospérité du peuple suédois.\

Voir tous les articles et dossiers