Publié le 30 septembre 1981

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de S. E. M. U Ko Ko Gyi, ambassadeur de la République socialiste de l'union de Birmanie, Paris, Palais de l'Élysée, mercredi 30 septembre 1981

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de S. E. M. U Ko Ko Gyi, ambassadeur de la République socialiste de l'union de Birmanie, Paris, Palais de l'Élysée, mercredi 30 septembre 1981

30 septembre 1981 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de S. E. M. U Ko Ko Gyi, ambassadeur de la République socialiste de l'union de Birmanie, Paris, Palais de l'Élysée, mercredi 30 septembre 1981 - PDF 94 Ko
Monsieur l'ambassadeur,
- Je me réjouis de recevoir de vos mains les Lettres par lesquelles Son Excellence le président NE WIN vous accrédite auprès du Gouvernement et du Chef de l'Etat français en qualité d'ambassadeur extraordinaire etplénipotentiaire de la République socialiste de l'Union de Birmanie.
- Les liens d'amitié entre nos deux pays sont anciens et profonds. Nations de vieille civilisation, attachées à leur patrimoine humain spirituel et culturel, la Birmanie et la France sont animées d'un égal souci de préserver leur identité.
- Une même volonté d'indépendance nationale guide notre action au service de la paix. En choisissant la voie de la neutralité, votre pays a su se tenir à l'écart des crises qui ont si souvent éprouvé l'Asie du Sud-Est et qui en endeuillent encore les populations. En rejetant avec détermination toute hégémonie, la Birmanie propose une réponse originale aux contraintes qui caractérisent la situation dans une région où la France désire ardemment, comme elle, que s'établissent entre des régimes, sans doute différents, des relations pacifiques et fructueuses fondées sur le respect des droits de l'homme et des principes de souveraineté nationale et de non ingérence.
- Votre pays pourra, s'il le désire, compter sur l'aide de la France pour mener à bien l'action qu'il a -entreprise pour relever le défi du développement. A cette fin, nous souhaitons que nos échanges s'accroissent largement et que notre coopération se développe notamment dans les domaines qui contribueront à la mise en valeur du potentiel économique de la Birmanie.
- Soyez assuré, monsieur l'ambassadeur, de mon soutien personnel et de celui du Gouvernement français dans l'accomplissement de votre mission.
- Je vous saurais gré de bien vouloir transmettre à Son Excellence le président du Conseil d'Etat de la République socialiste de l'Union de Birmanie mes voeux très sincères pour son bonheur personnel et celui du peuple birman.\

Voir tous les articles et dossiers