Publié le 30 juillet 1981

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de S.E.M. Samuel M'Baye, ambassadeur du Gabon, Paris, Palais de l'Élysée, jeudi 30 juillet 1981

Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de S.E.M. Samuel M'Baye, ambassadeur du Gabon, Paris, Palais de l'Élysée, jeudi 30 juillet 1981

30 juillet 1981 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l'occasion de la réception des Lettres de créance de S.E.M. Samuel M'Baye, ambassadeur du Gabon, Paris, Palais de l'Élysée, jeudi 30 juillet 1981 - PDF 70 Ko
`Politique étrangère ` relations franco - gabonaises`
- C'est tout naturellement dans la coopération étroite et fructueuse qui s'est établie entre nos deux pays, dans le respect de l'indépendance de chacun de nous, que notre solidarité devra trouver son plein épanouissement pour donner l'image de ce que devraient être, à l'avenir, les relations nouvelles de coopération et de dialogue que la France veut établir avec nos amis africains.
- A cet égard, laissez-moi vous dire que le réalisme et la prudence des choix économiques dans-le-cadre de votre plan triennal de développement, méritent la considération. Tout comme la stratégie économique que vous avez retenue, qui vise à préparer d'ores et déjà l'ère de l'après-pétrole en accordant une place importante à l'exploitation de toutes vos potentialités économiques et plus spécialement celles de vos ressources agricoles.
- Soyez assuré, monsieu l'ambassadeur, que la France continuera à apporter sa contribution au développement économique du Gabon et s'attachera à maintenir avec votre pays une coopération fructueuse comme en témoigne la récente réunion à Libreville de la première grande commission mixte franco - gabonaise.\

Sur le même thème

Voir tous les articles et dossiers