Publié le 8 février 2017

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les relations entre la France et l'Asie, à Paris le 8 février 2017.

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les relations entre la France et l'Asie, à Paris le 8 février 2017.

8 février 2017 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les relations entre la France et l'Asie, à Paris le 8 février 2017. - PDF 310 Ko

Mesdames, Messieurs les Parlementaires,
Mesdames, Messieurs les Élus, notamment Monsieur le Maire du XIIIe arrondissement,
Mesdames, Messieurs,
Je vous retrouve toujours aussi nombreux, même plus nombreux et avec encore davantage de portables parce que la seule photo qui vaille, c'est celle qui est sur son appareil, aucune autre photo officielle ne peut valoir confirmation de votre présence ici, à l'Élysée.
Je le dis pour tous ceux qui peuvent enregistrer mes propos, vous êtes bien ici, à l'Élysée, et vous y êtes chaleureusement conviés pour cette cérémonie du Nouvel An lunaire qui est à la fois une tradition établie depuis près de 30 ans et en même temps une fierté que d'avoir cette richesse culturelle que vous représentez.
Je veux d'ailleurs remercier les associations comme les collectivités locales qui contribuent au succès de cet événement qui est devenu considérable en termes de participation. Alors ce Nouvel An, cette année, est placé sous le signe du coq. Je vous remercie de cette délicate attention parce que, pour les Français et les Françaises, le coq est l'emblème national. Vous avez voulu montrer à travers ce symbole, le coq, à la fois une fierté le coq se met sur ses ergots et, en même temps, une capacité à nous défendre, oui, à défendre les valeurs, les principes qui sont les nôtres, qui sont les vôtres et notamment la liberté et la sécurité.
La France est liée au continent asiatique depuis très longtemps à travers des voyages qui se sont produits au cours des siècles passés, mais également à travers des liens humains qui se sont établis et dont vous êtes ici les meilleurs représentants. Pour beaucoup, vos familles sont venues de loin et ont choisi la France à travers un certain nombre d'épreuves quelquefois que vous avez pu rencontrer ou à travers une volonté qui était la vôtre de réussir ici, dans notre pays. Et la France est heureuse de vous accueillir parce que vous êtes ses enfants et que vous contribuez à la diversité mais aussi à la richesse économique, culturelle de notre pays et même à la richesse politique puisque un certain nombre d'entre vous ont maintenant des responsabilités dans nos collectivités locales et peut-être bientôt dans notre Parlement.
La France est une société ouverte et elle le démontre encore aujourd'hui. Elle porte des principes qui permettent de vivre ensemble et qui nous rassemblent tous, au-delà de nos origines, de nos croyances, de nos parcours. Nous rejetons la tentation de repli, de fermeture et même de protectionnisme. À cet égard, le Président XI Jinping, s'étant rendu au sommet de Davos, a défendu les principes du commerce régulé mais du commerce qui doit être la règle entre les grands continents. Nous devons tous être soucieux que les échanges puissent se faire sans que des barrières soient posées ou des restrictions imposées alors même qu'elles n'ont pas de justification. En revanche, il nous faut faire respecter les normes sanitaires, les normes sociales, les normes environnementales - mais nous en convenons tous. Nous développons donc l'esprit de responsabilité par rapport à cette grande question qui est celle du commerce et nous luttons contre les tentations de protectionnisme.
La France est également très fière d'être la première destination touristique au monde et nous accueillons de nombreux visiteurs venus d'Asie. Nous sommes aussi un des pays qui accueillent le plus d'étudiants étrangers et notamment venus d'Asie. C'est pourquoi, compte tenu de la présence de nombreux Asiatiques ici, en France, pour l'essentiel, devenus Français mais pour d'autres, touristes, nous ne pouvons pas admettre et accepter les actes de délinquance ou de discrimination, de violence qui peuvent être inspirés par des préjugés racistes et qui portent atteinte à l'intégrité physique des personnes qui vivent ici. C'est la raison pour laquelle l'État s'est fortement mobilisé pour assurer la sécurité des ressortissants asiatiques ou en voyage dans notre pays.
Des mesures ont été prises par le gouvernement pour renforcer notre vigilance, notamment en agglomération parisienne, avec des patrouilles, des unités locales de sécurité et la vidéoprotection. Et je veux affirmer ici que tout sera fait pour assurer la sécurité de tous nos compatriotes et notamment de ceux qui, d'origine asiatique, habitent nos villes et nos quartiers et contribuent à la vie en commun. Nous ne pouvons tolérer aucune agression et toutes seront punies sévèrement.
Je veux aussi insister devant vous sur la qualité des relations que, depuis près de cinq ans, j'ai voulu établir avec le continent asiatique. L'année 2016 a été une grande année pour la France et pour la Chine. J'ai rencontré le Président XI Jinping à plusieurs reprises et notamment lors de la présidence par la Chine du G20 à Hangzhou qui fut un grand succès.
Je veux également souligner combien la Chine a été précieuse pour trouver un accord à Paris sur le climat. Et c'est parce qu'il y a eu une déclaration commune entre la France et la Chine que nous avons pu avoir ce succès. Là encore, la France n'acceptera pas que l'on puisse remettre les acquis, remettre en cause les acquis de cette négociation et l'accord qui a été trouvé et qui engage tous les pays et, forcément, les plus grands d'entre eux.
Nous avons aussi voulu, avec la Chine, engager une coopération sur le nucléaire civil et il y a eu des avancées très importantes ces derniers mois et notamment par un investissement que nous allons faire, français et chinois, au Royaume-Uni.
Je veux quand même saluer l'effort mais enfin c'est un effort qui est un plaisir , l'effort de la Chine pour reconnaître 45 appellations bordelaises pour apprécier nos vins. Je pense que les autorités chinoises n'auront pas à regretter ce geste et je suis très heureux qu'il puisse y avoir une appréciation par les consommateurs chinois de notre viticulture et de nos productions.
Je souhaite également que nous puissions avoir encore davantage d'échanges entre la France et la Chine. Il y a 9 centres de visas qui ont été créés ces dernières années et le nombre de visas est en considérable augmentation. Nous avons l'objectif d'accueillir 5 millions de visiteurs chinois d'ici 2020.
Nous avons mis beaucoup aussi d'engagement commun dans la culture et nous sommes très heureux qu'il y ait une exposition, « L'invention du Louvre », qui soit présentée au musée national de Pékin.
Je me réjouis également qu'il y ait 50 000 jeunes Français qui apprennent le chinois. C'est considérable ! Si je puis dire, il n'y a que 100 000 Chinois qui apprennent le français Si nous faisons les proportions, nous souhaitons que le français se diffuse encore davantage. Mais, il y a 35 000 étudiants chinois en France et ça aussi, c'est un atout et une chance pour nos deux pays parce que cela veut dire qu'il y aura des liens indestructibles qui seront ainsi créés.
Prochainement, dans quelques jours, le Premier ministre, Bernard CAZENEUVE, va se rendre en Chine et ce sera l'occasion encore d'approfondir cette relation.
J'ai également établi avec l'Inde un très bon rapport fondé sur le partenariat stratégique que nous avons conclu en 1998. Et là encore, nous accueillons de nombreux touristes indiens et de nombreux étudiants et nous avons l'objectif d'en accueillir 10 000 dans les prochaines années.
Avec le Japon, nous sommes liés par un partenariat d'exception et nous allons préparer le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon et avec de grandes manifestations culturelles qui seront organisées tout au long de l'année 2018.
Je me suis également rendu au Vietnam et plusieurs d'entre vous m'ont accompagné pour cette visite. Cette visite me permettait de parler de l'histoire puisque la France et le Vietnam ont été à un moment unis pour le destin qui devait être le leur et qui s'est séparé au milieu des années 1950 et nous avons, avec le Vietnam, à préparer l'avenir. C'est ce que j'ai fait et notamment dans le domaine des nouvelles technologies et des énergies nouvelles. C'est très important aussi que les Français d'origine vietnamienne puissent travailler avec les autorités de notre pays pour investir encore davantage au Vietnam et porter la langue française.
Je me rendrai bientôt à Singapour, en Malaisie et en Indonésie. À Singapour, parce que c'est un pays qui est très dynamique, chacun le sait, c'est un pays d'innovation et nous avons là aussi une communauté française importante, avec des entreprises qui se sont investies dans ce pays.
Ensuite, je me rendrai en Malaisie qui est devenue l'un des principaux partenaires économiques de la France au sein de l'ASEAN. Je me rendrai en Indonésie qui, je le rappelle, est l'un des pays les plus peuplés au monde et qui compte aussi le plus grand nombre de musulmans au monde et avec un Islam qui a été toujours conçu comme une ouverture et comme une tolérance, nous permettant de partager ce même message de paix.
J'ai également voulu, tout au long de ces dernières années, nouer avec la Corée du Sud un partenariat majeur. Nos échanges ont doublé en 10 ans et nous avons organisé des Années croisées France-Corée/Corée-France qui ont eu un énorme succès puisque plus de 7 millions de Français et de Coréens ont participé à ces manifestations. Je saisis cette occasion pour dire que nous sommes aux côtés de la Corée du Sud alors que la Corée du Nord continue de défier la communauté internationale avec son programme nucléaire militaire.
Avec l'Asie, et vous en êtes les preuves vivantes ici, nous avons su entretenir une amitié, la France avec l'Asie et l'Asie avec la France. Nous sommes, avec des cultures différentes, des civilisations différentes, conscients que nous sommes des acteurs déterminants du monde parce que nous avons la même conception de la diversité, du respect des peuples, de l'indépendance de nations. Nous savons ce que nous avons en commun et notamment ce que la culture et l'économie peuvent contribuer à la richesse globale. Nous sommes conscients de ce que nous n'avons qu'une seule planète et que nous devons la préserver. C'est pourquoi nous travaillons toujours avec beaucoup de bénéfices et de fruits communs avec les pays de l'Asie.
Alors l'année du coq est forcément une année qui est synonyme d'énergie puisque le coq, si j'ai compris, est un coq de feu. Je ne sais pas ce que ça veut dire exactement mais vous allez me l'expliquer. Ça veut dire que le coq est combatif et brûle de beaucoup d'amour, je le sais aussi. Et donc nous devons en faire, je le pense, un beau symbole pour encore accentuer les liens entre la France et l'Asie et je voulais, pour cette dernière fois, vous dire tous mes vux pour la Nouvelle Année lunaire, qu'elle soit heureuse pour tous et qu'elle permette à la France de rayonner grâce à vous partout dans le monde.
Merci.

Voir tous les articles et dossiers