19 juillet 2016 - Seul le prononcé fait foi

Point presse de M. François Hollande, Président de la République, sur le Brexit et la Zone euro, à Lisbonne le 19 juillet 2016.

Télécharger le .pdf

Mesdames, Messieurs,
Je souhaitais avoir une discussion avec le Premier ministre Antonio COSTA sur l'Europe, puisque nous avons une échéance qui est celle du Sommet de Bratislava puis une autre qui est, bien sûr, de fixer la relation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.
Sur ces deux sujets, nous sommes entièrement d'accord. Il faut aller vite pour ouvrir la négociation avec le Royaume-Uni, de manière à ce que l'incertitude soit la plus réduite possible et que l'Europe puisse elle-même définir sa relation avec ce pays ami qu'est le Royaume-Uni, ainsi qu'entre les 27 pour donner une nouvelle impulsion.
Au Sommet de Bratislava, nous aurons l'occasion d'approfondir ce que pourrait être la construction européenne, notamment dans la dimension de sécurité, de protection, mais également dans l'investissement, l'emploi, la jeunesse et enfin dans le renforcement de la zone euro.
Puisque je parle de la zone euro, il y a la question du Portugal, pays qui a fait énormément d'efforts, qui a consenti beaucoup de sacrifices pour respecter les règles. La France veut que la Commission européenne puisse prendre très vite sa décision, parce qu'on ne peut pas demander au Portugal plus qu'il n'a déjà fait et il est très important que le Portugal puisse lui-même montrer que pour l'année 2016 et l'année 2017, les engagements seront tenus. Plus tôt les décisions seront prises, plus simples seront-elles, c'est-à-dire sans infliger une sanction à un pays qui a travaillé, travaillé non seulement pour redresser ses comptes, améliorer sa compétitivité, mais travailler pour la cohésion de la zone euro.
Voilà ce que j'étais venu dire aussi au Portugal, parce que nous avons besoin à la fois de règles communes, nous appartenons au même ensemble, la zone euro, mais nous avons besoin aussi de solidarité et d'espérance. Les peuples ne peuvent pas simplement vivre avec des procédures, ils doivent vivre avec des projets. Le projet européen ne peut pas se réduire simplement à des règles ou à des disciplines. Elles sont nécessaires, mais elles ne peuvent pas constituer en soi le projet pour l'Europe telle que nous la concevons.
La France et le Portugal sont deux grands pays européens. Je me souviens j'étais très jeune à l'époque qu'après la chute de la dictature, ce que demandait le Portugal, c'était d'adhérer à l'Europe. François MITTERRAND avait eu cette lucidité, alors Président de la République française, d'accueillir l'Espagne et le Portugal. Je m'inscris dans cette Histoire-là, le Portugal est un pays européen qui a apporté beaucoup à l'Europe et l'Europe doit être aux côtés du Portugal, comme aujourd'hui le Portugal est aux côtés de la France après l'épreuve qu'elle traverse. Merci.

Voir tous les articles et dossiers