Publié le 24 mars 2015

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur l'accident d'avion de la compagnie Germanwings, à Paris le 24 mars 2015.

24 mars 2015 - Seul le prononcé fait foi

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur l'accident d'avion de la compagnie Germanwings, à Paris le 24 mars 2015.

Télécharger le .pdf

Un avion de la compagnie Germanwings vient de s'écraser au-delà de Digne près de Barcelonnette. Cet avion faisait le trajet entre la ville de Barcelone et la ville de Düsseldorf. Il y avait 148 personnes à bord. Les conditions de l'accident, qui ne sont pas encore élucidées, laissent penser qu'il n'y aurait aucun survivant.
Je veux d'abord exprimer aux familles qui viennent d'être touchées par ce drame qui s'est produit en France toute notre solidarité. Nous ne connaissons pas encore l'identité des victimes. Je me suis entretenu immédiatement avec le Premier ministre £ le ministre de l'Intérieur Bernard CAZENEUVE se rend immédiatement sur place £ une cellule de crise vient d'être constituée et nous disposerons de toutes les informations dans quelques minutes.
D'ici là, nous mettons tout en uvre pour qu'il n'y ait aucune autre conséquence de l'accident et j'aurai des entretiens, avec la Chancelière MERKEL car il est probable qu'il y ait un bon nombre de victimes allemandes, et bien sûr avec le Roi d'Espagne qui nous rend visite aujourd'hui.
C'est une tragédie, une nouvelle tragédie aérienne. Nous aurons aussi à connaitre toutes les causes de ce qui s'est produit, et nous les donnerons bien évidemment aux autorités concernées, aussi bien espagnoles qu'allemandes et aux familles des victimes.
C'est un deuil que nous devons éprouver, parce que c'est une tragédie qui s'est produite sur notre sol.
Enfin, j'ai la volonté aussi de savoir s'il n'y aurait pas eu d'autres conséquences de l'accident qui s'est produit dans une zone particulièrement difficile d'accès. Je ne sais pas s'il y a des habitations concernées, nous le saurons dans les heures prochaines.
Dans l'attente, c'est d'abord la solidarité qui doit être notre premier sentiment. Merci.

Voir tous les articles et dossiers