Publié le 1 septembre 2014

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les relations entre la France et l'Arabie Saoudite, à Paris le 1er septembre 2014.

1 septembre 2014 - Seul le prononcé fait foi

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les relations entre la France et l'Arabie Saoudite, à Paris le 1er septembre 2014.

Télécharger le .pdf

Altesse,
C'est un honneur de vous recevoir, ici, au Palais de l'Elysée. Vous êtes un ami de la France. Vous m'avez confié, lorsque je suis venu à Riyad l'année dernière, que c'était à Paris que vous aviez effectué votre premier voyage à l'étranger, venant d'Arabie Saoudite : c'était hier, c'était en 1951. Et depuis, dans les hautes responsabilités que vous avez exercées pour votre pays, vous n'avez cessé de marquer votre attachement à la France et nous y sommes très sensibles.
Car, vous êtes l'un des principaux bâtisseurs de l'Arabie Saoudite et vous avez apporté une puissante contribution à ce qu'est le Royaume aujourd'hui.
Pour la France, l'Arabie Saoudite est un partenaire exceptionnel, privilégié. Cette alliance, a été scellée ici même, dans ce lieu à l'Elysée, en 1967, lorsque le roi Fayçal a rendu visite au Général de GAULLE. Depuis, ni le temps ni les alternances n'ont altéré cette relation entre nos deux pays. Le roi Abdallah, dont chacun connaît ici la sagesse et la hauteur de vue, a voulu que la France et l'Arabie Saoudite se rapprochent et intensifient leurs échanges dans de nombreux domaines. Et d'abord, sur le plan politique.
Notre priorité commune c'est la paix et la sécurité et notamment, au Moyen-Orient. Cette exigence est plus que jamais nécessaire maintenant que la crise syrienne a débordé en Irak et qu'un mouvement terroriste prétend devenir un Etat. La France a décidé d'aider l'Irak sur le plan humanitaire, sur le plan militaire. Mais je l'ai dit au Président irakien, ce soutien ne sera efficace que si un gouvernement représentatif de toutes les communautés est rapidement formé pour éviter la partition et prévenir le chaos.
J'ai proposé une conférence pour l'Irak, permettant de coordonner tous les efforts de tous les pays qui le voudront pour lutter contre l'Etat islamique.
En Syrie, la France et l'Arabie Saoudite ont été particulièrement lucides sur la gravité de la crise. Avec le roi Abdallah, à plusieurs reprises je m'en suis entretenu. Nos deux pays ont appelé la Communauté internationale à la vigilance sur ce que se produisait en Syrie, conflit qui aura fait 180 000 morts, depuis 3 ans.
Mais, nos deux pays n'ont pas été suffisamment entendus. Alors aujourd'hui, nous devons soutenir ceux qui luttent contre la barbarie d'ASSAD et contre les extrémistes, les terroristes.
De la même manière, nos deux pays convergent sur ce qu'il convient de faire au Proche-Orient.
La France soutient l'initiative arabe de paix qui avait été faite en 2002 par l'Arabie Saoudite. Et je souhaite que nous travaillions ensemble à la relancer, après ce qui s'est produit à Gaza.
Notre coopération politique est tellement solide, qu'elle s'est également traduite par une coopération militaire de grande qualité. Nos armées ont établi de longue date une action opérationnelle dans les domaines cruciaux de la sécurité du Royaume, et au-delà, la sécurité de la Région. Je remercie l'Arabie Saoudite pour la confiance qu'elle accorde à notre expertise et aux technologies de la France pour sa propre défense, mais aussi pour nous appeler à la solidarité par rapport au Liban. Au Liban, pays si cher à la France, si cher à l'Arabie Saoudite. Pays magnifique et en même temps vulnérable. Ce pays a besoin lui aussi de sécurité, au moment où il accueille des milliers de réfugiés
Alors, nous avons convenu ensemble, l'Arabie Saoudite et la France, d'aider le Liban à la condition aussi qu'il s'aide lui-même pour sa propre sécurité.
Sur le plan économique, l'Arabie Saoudite est un grand pays qui a su mettre en valeur ses ressources au service d'un projet ambitieux. Les entreprises françaises qui sont ici représentées, prennent toute leur part au développement de l'Arabie Saoudite. Elles sont présentes dans les domaines de l'énergie, des services, de la santé, des transports, mais elles peuvent faire même davantage.
De la même façon, je souhaite que l'Arabie saoudite et la France puissent nouer des partenariats entre nos entreprises. Je me félicite que le roi Abdallah ait décidé d'augmenter les investissements saoudiens en France à travers des fonds qui pourront mobiliser des capitaux aussi bien pour la France que pour l'Arabie saoudite et aussi pour d'autres pays du monde.
Nous avons identifié toutes les opportunités, elles sont nombreuses, et notamment dans des domaines stratégiques et technologiques. Il nous reste à mettre en uvre ces principes et ces engagements.
Altesse, Mesdames et Messieurs,
Nos liens sont politiques, militaires, économiques, financiers et donc multiples mais ils sont aussi humains, c'est-à-dire culturels : plusieurs milliers de Français, citoyens de mon pays, musulmans, se rendent chaque année aux lieux saints de Médine et de La Mecque. Et c'est très important que nous puissions leur assurer la sécurité et que vous puissiez les accueillir. L'Institut du Monde Arabe a récemment exposé tout ce qu'il était possible de montrer sur le Hajj, et j'ai moi-même inauguré, Jack LANG est présent, cette manifestation qui a connu un très grand succès auprès du public. Parce que cela témoigne justement de ce que nous pouvons partager comme émotion et essayer de mieux connaitre de nos cultures respectives.
Les Saoudiens apprécient la France, j'en suis très heureux, très flatté, et notamment sa capitale, Paris, où de nombreux de vos compatriotes séjournent régulièrement. Nous nous réjouissons, là aussi, d'accueillir un nombre croissant d'étudiants, de chercheurs d'universitaires mais aussi de chefs d'entreprises. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent FABIUS, veille particulièrement à ce que les visas puissent être distribués de manière claire, de manière simple, pour que toutes ces personnes puissent venir en France facilement et pour nous apporter à la fois le témoignage de leur confiance et en même temps la reconnaissance que la France est un partenaire de l'Arabie Saoudite.
La France attache beaucoup de prix à l'amitié, c'est-à-dire à la fidélité, et l'Arabie est l'un des tout premiers amis de la France et l'un des plus fidèles, et c'est pourquoi aujourd'hui, ce soir, dans ce palais de l'Elysée où en 1951 vous étiez déjà là, ce qui n'est pas mon cas, je peux dire que :
Vive l'Arabie Saoudite !
Vive la France !Vive l'amitié entre l'Arabie Saoudite et la France !

Voir tous les articles et dossiers