Publié le 21 janvier 2013

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les relations franco-tanzaniennes et sur l'intervention militaire française au Mali, à Paris le 21 janvier 2013.

Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les relations franco-tanzaniennes et sur l'intervention militaire française au Mali, à Paris le 21 janvier 2013.

21 janvier 2013 - Seul le prononcé fait foi

Télécharger Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur les relations franco-tanzaniennes et sur l'intervention militaire française au Mali, à Paris le 21 janvier 2013. - PDF 92 Ko
LE PRESIDENT « Nous avons, avec le Président de la Tanzanie, réaffirmé notre bonne coopération, nos relations bilatérales. Le Président aura des réunions tout au long de la journée demain avec des entreprises françaises. De ce côté-là tout va bien et lAgence française de développement a aussi des projets en Tanzanie donc nous sommes tout à fait confiants.
Nous avons regardé les sujets qui nous préoccupent en revanche. Je suis, bien sûr, revenu sur lintervention de la France avec lidée de confier à la MISMA la responsabilité première au Mali. Nous avons également regardé les sujets de la Somalie, de la RDC, de Madagascar, sur lesquels nous avons une complète convergence de vue ».
Je remercie vraiment le Président de la Tanzanie pour le soutien quil nous apporte, soutien politique, soutien moral. Bientôt il y aura une conférence des donateurs qui va se tenir à Addis-Abeba. Je sais que beaucoup de pays africains ne peuvent pas être présents avec des troupes, parce quils sont engagés sur dautres terrains, et nous pensons à la RDC et à la MANUSCO. Je sais quils participeront à la conférence des donateurs dAddis-Abeba.
La France est soutenue par toute lAfrique et la France soutient lAfrique puisque nous avons vocation à laisser la place à la MISMA le plus rapidement possible. Mais dici là nous devons faire notre devoir et ce devoir est parfaitement compris par nos amis africains ».
QUESTION « Monsieur le Président, sur lobjectif suivi par la France, on parle de bloquer les rebelles, déradiquer le terrorisme dans une partie de lAfrique. Est-ce que lobjectif nest pas trop ambitieux ? »
LE PRESIDENT « Notre objectif cétait darrêter loffensive terroriste, cest fait. Cétait de permettre aux Maliens, par leurs forces armées, de reconquérir des villes qui avaient été occupées par les groupes terroristes, cest en train de se faire. Lobjectif cest de permettre à la force internationale, la MISMA, de prendre le relais pour permettre au Mali de retrouver son intégrité territoriale et nous savons que cela prendra encore du temps. Merci à vous ».

Voir tous les articles et dossiers