Le Président de la République s’est entretenu par téléphone avec le Président de l’Ukraine M. Volodymyr ZELENSKY, ce lundi 21 novembre 2022.

Cet entretien intervient après les bombardements massifs de la semaine dernière contre des infrastructures civiles ukrainiennes. Le Président de la République a à cet égard réaffirmé sa solidarité envers l’Ukraine et sa ferme condamnation des frappes russes contre des cibles civiles.

Le Président de la République a dit sa vive préoccupation quant à de nouveaux tirs contre la centrale de Zaporijjia, au sujet desquels il s’est entretenu hier par téléphone avec le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique M. Rafael GROSSI. Les deux Présidents ont rappelé que c’était l’occupation illégale de la centrale par la Russie qui était à l’origine de la situation actuelle. Ils ont insisté sur l’absolue nécessité de préserver la sécurité et la sûreté de la centrale. Ils sont convenus de l’importance de poursuivre les efforts avec l’AIEA pour parvenir à un accord qui assure l’absence d’armes légères ou lourdes dans la zone de protection et la sécurisation de la centrale. Ils ont souligné que la sécurité et la sûreté de l’ensemble des centrales nucléaires devait être assurée, de même que les infrastructures essentielles au fonctionnement, comme le barrage de Kakhovka, également pris pour cible. 

Dans la perspective de la conférence de soutien à la résilience civile ukrainienne du 13 décembre prochain à Paris, les deux Présidents ont échangé sur les besoins de l’Ukraine pour traverser l’hiver. Ils sont convenus que l’accès à l’énergie devra être une priorité de cette conférence, de même que les moyens pour l’Ukraine d’économiser de l’énergie. Le Président de la République a par ailleurs fait part de son soutien à l’opération « Grain from Ukraine » et confirmé que la France y participerait, en particulier en lien avec le Programme alimentaire mondial. 

Le Président ZELENSKY a remercié la France pour son soutien continu et déterminant aux forces armées ukrainiennes, par les matériels et équipements livrés ou à livrer, les formations octroyées, le fonds de soutien de 200 millions d’euros pour l’achat de matériel par l’Ukraine, et la contribution française à la Facilité européenne de paix.

Voir tous les articles et dossiers