Communiqué - Hommage à Claude Pierre-Brossolette

Écouter

Avec Claude Pierre-Brossolette, nous perdons l’un de ces hauts-fonctionnaires d’exception qui ont reconstruit la France après la Libération.

Il fit partie des premières promotions de l’Ecole nationale d’administration (promotion Jean Giraudoux, 1950-52) et rejoignit en 1952 l’inspection des Finances. Il commença alors une première carrière comme membre de divers cabinets ministériels, sous la IVe puis la Ve République notamment auprès de Valéry Giscard d’Estaing au ministère des finances.

C’est le temps où la haute fonction publique rebâtit l’outil industriel et redonne à la France son influence sur la scène internationale, en particulier dans le domaine économique. Ce brillant parcours lui vaut en 1974 d’être choisi par Valéry Giscard d’Estaing, nouvellement élu, comme Secrétaire Général de la Présidence de la République. Après deux années marquées par cette modernisation à laquelle il était si attaché, Claude Pierre-Brossolette commence sa deuxième carrière, celle de banquier. Il passera d’abord par le Crédit Lyonnais, puis par la banque Stern et la banque Worms au moment de l’émergence des marchés financiers et de la première phase de la globalisation financière. Il aura ainsi été l’acteur de transformations majeures pour notre pays.

Longtemps, il aura refusé de parler de son père tant aimé, Pierre, héros de la résistance qui se défenestra le 22 mars 1944 alors qu’il avait été arrêté, interrogé et cruellement torturé par la Gestapo, emportant dans la mort les secrets que les nazis avaient échoué à lui arracher. Claude avait 15 ans et il aimait tendrement son père. Ce suicide le marqua profondément. La chape de plomb qu’il s’était imposée même vis-à-vis de ses enfants s’est cependant peu à peu allégée et depuis quelques années, il entretenait la mémoire de son père avec ferveur pour transmettre aux jeunes générations l’exemple du courage et de la résistance à l’oppression. Cela ne saurait faire oublier qu’il fut lui-même brièvement arrêté et interrogé par la Gestapo en 1942 et fut un des plus jeunes médaillés de la Résistance. Claude Pierre-Brossolette allait avoir 90 ans dans quelques semaines. Il a fait le choix ce jour de nous quitter.

Le Président de la République adresse ses sincères condoléances à sa famille ainsi qu’à ceux qui ont appris de lui le sens de l’Etat et de la continuité de notre mémoire nationale.

Rechercher dans les actualités

Une liste des raccourcis clavier pour le calendrier est disponible dans la page accessibilité. Lors de la validation d'une date ou de la sortie du champ, l'agenda sera automatiquement mis à jour. Entre et

Dernières actualités