Avril 2014

Jules GREVY (1879-1887)

Portrait officiel de Jules Grévy
Président de la République française (1879-1887)
© Bibliothèque nationale de France, diffuseur La Documentation française

15 août 1807 à Mont sous Vaudrey (Jura), d'une famille aux convictions républicaines

Après de brillantes études au collège de l'Arc à Dole, il obtient une licence de droit à Paris et devient avocat. Il publie, en 1836, un recueil général de formules pour tous les actes judiciaires, Le Procédurier.

Sous la monarchie de juillet, il plaide lors de procès politiques (notamment l'affaire des "Saisons" en 1839 où les accusés sont poursuivis pour atteinte à la sûreté de l'Etat).

Sa carrière politique débute à la faveur des événements de 1848.

Il est nommé commissaire de la République dans le Jura par le gouvernement issu de la révolution de 1848 puis il est élu député du Jura en avril 1848. Il se rend célèbre, lors des débats relatifs à l'élaboration de la Constitution, par son opposition à l'élection du président de la République au suffrage universel. Mais "l'amendement Grévy" est repoussé.

Le 4 avril 1849

Jules Grévy est élu vice-président de l'Assemblée.

A la suite du coup d'Etat du 2 décembre 1851, il redevient avocat

1862

Il est élu membre du conseil de l'ordre des avocats du Barreau de Paris puis, le 4 août 1868, bâtonnier de l'ordre des avocats. A la fin du Second Empire, il revient à la politique et est à nouveau élu député du Jura en 1868 et en 1869

Il s'oppose, avec Thiers et Gambetta, à la déclaration de guerre en 1870 et condamne l'insurrection de la Commune. Il est élu président de l'Assemblée nationale jusqu'à sa démission en avril 1873. Il est à nouveau président de la Chambre des députés à partir de 1876.

A la suite de la disparition de Thiers le 3 septembre 1877, dont il prononce l'éloge funèbre, il est chargé de la direction du parti républicain.

Le 30 janvier 1879, le président Mac Mahon démissionne et Jules Grévy est élu président de la République par le Congrès réuni à Versailles. Dans le message lu aux Chambres le 6 février 1879, Jules Grévy expose sa conception de la fonction présidentielle : "Soumis avec sincérité à la grande loi du régime parlementaire, je n'entrerai jamais en lutte conte la volonté nationale exprimée par ses organes institutionnels". Ainsi a-t-on parfois parlé de "constitution Grévy" pour qualifier cette interprétation restrictive des prérogatives présidentielles désormais en vigueur sous la IIIe République.

En politique intérieure, son mandat est marqué par des mesures anticléricales. Malgré ses convictions modérées, il laisse le gouvernement Freycinet prendre deux décrets en mars 1880, l'un pour disperser les jésuites, l'autre pour instaurer un enregistrement obligatoire des congrégations.

En politique extérieure, le président Grévy manifeste un grand souci de paix, en particulier vis-à-vis de l'Allemagne, tandis qu'il doit faire face à la crise boulangiste.

Il fait opérer quelques transformations au Palais de l'Elysée durant son mandat : installation du téléphone, construction du jardin d'hiver et pose d'une pendule sur le bâtiment central.

Président bourgeois, il avait épousé en 1848 Coralie Fraisse, fille d'un tanneur de Narbonne, dont il a eu une fille, Alice. Le mariage de sa fille avec Daniel Wilson, député, est célébré en 1881 à l'Elysée même, en présence de Jules Ferry, témoin du marié, et de Léon Gambetta.

Réélu en décembre 1885, il est contraint de démissionner le 2 décembre 1887 à la suite du scandale provoqué par la découverte d'un trafic de décorations auquel est mêlé son gendre Daniel Wilson.

Il s'éteint à Mont sous Vaudrey le 9 septembre 1891.

Source : Service des archives et de l'information documentaire de la Présidence de la République

Bibliographie :

Pierre Jeambrun, Jules Grévy ou la République debout, Librairie Jules Tallandier, 1991.

Restez connecté

Les contenus disponibles importants